Magazine

Monsieur le directeur

Publié le 21 avril 2008 par Gaby

Monsieur le directeur,
Conscient du fait qu'on ne vit qu'une seule fois et que les années passent trop vite, je me permet de vous demander l'annulation de mon stage à Séville dans 4 mois, ou tout au moins de pouvoir le réaliser à distance, depuis Göteborg. M'y sentant trop bien, il m'est impossible de bouger de la Suède pour le moment. En espérant que vous comprendrez ma requête,
Veuillez accepter, monsieur, des suédisations les plus distinguées,
Cordialement,
Gaby


P.S.: je peux vous envoyer des photos si vous voulez, pour vous rendre compte.


Bon, je ne l'ai pas envoyée encore. Je devrais peut-être mais je n'ai pas envie d'avoir fait 5-6 ans d'études pour rien.
Et c'est vrai que je n'ai pas envie de bouger d'ici. Le printemps est là, tout le monde sort dans la ville, les terrasses sont bondées comme sur la Côte d'Azur en Juillet : c'est la fête. Dès qu'on a un peu de soleil et que les températures franchissent 10°C, les suédois et suédoises s'installent dans les parcs, sortent tshirts et débardeurs (voire même maillots de bain autour des fontaines) et se prélassent sur des transat' en regardant les gamins jouer au frisbee avec le chien.
© Sandie Ogier
JE NE VEUX PAS PARTIIIIR !
Non mais sérieux, en plus ils m'incitent à rester ici en trouant leur portemonaie. J'ai encore trouvé un billet de 100 Kr (11 euros) ce WE. Franchement, à ce rythme le coup de la vie n'est pas beaucoup plus cher ici qu'en France !
Je l'avoue, j'ai souvent eu de la chance pour ça. Je crois que j'ai trouvé de l'argent dans la moitié des pays que j'ai visité. J'ai récupéré des Deutch Mark, des Pesetas, des Livres, des Euros et maintenant des Couronnes Suédoises. En France ça a bien marché aussi, j'ai trouvé des dizaines et des dizaines d'euros (et de Francs) un peu partout où je suis passé.
En réalité, je crois que je suis quelqu'un de chanceux en règle générale. Je n'ai jamais eu de gros problèmes (ou pas trop), je me suis toujours bien sorti de situations embarrassantes et si je n'ai pas gagné à l'Euromillion (pas encore) j'ai quand même récupéré quelques gains dans divers jeux ou loteries.
En prépa, ma chance était même devenue légendaire évidente. Dans la plupart des cours on devait passer au tableau pour corriger les exercices (préparés uniquement quand c'était notre tour de passer évidemment). Le professeur nous appelait un par un et par ordre alphabétique pour présenter notre travail. Une fois sur deux (voire trois fois sur quatre les jours de pleine lune) il m'oubliait et passait au suivant dans la liste qui était dégoûté à chaque fois de présenter l'exercice précédant celui qu'il avait préparé.
Alors on peut trouver toutes les excuses que l'on veut mais on final je ne passais pas. Et ce n'était pas pour me déplaire d'ailleurs. La seule fois où je n'ai pas eu de chance en cours et dont je me rappelle, c'était en cours de Techno en 4ème :
"Contrôle surprise !"
Personne n'a révisé comme d'habitude, tout le monde triche avec le cours caché sous le bureau. Tout le monde sauf moi, parce que j'étais je suis quelqu'un d'intègre. Puis je me dis "oh et à quoi bon ? Si c'est pour avoir une note de merde, autant tenter quelque chose."
C'était la première fois que je trichais pour un contrôle, la première (et seule) fois où je me suis fait prendre aussi. Manque d'expérience sûrement. Je me rappelle encore des mots de Mme C. aux cheveux rouge/reflets-violets et à la voix perçante (chez vous aussi les profs de Techno étaient über space ?) :
"- oooooooOOOOOOOOooooooooooh ! Je ne pensais pas ça de vous mon petit !
(*sic*)
- Ça vous apprendra, j'ai des yeux partouuuUUUUuuut.
(Ouai et les autres à côté alors ?)
- Pour la peine je ne vais pas mettre de mot dans votre caaaarnet, je vais juste vous exposer à toute la classe comme un trophé une victime. Je pense que l'huuumiliation devant vos camarades est plus efficace que celle devant vos paaaaarents.
(Tu penses, je suis trop cassé là ...)"

C'est vrai que je m'y étais très mal pris mais ma position dans la salle n'étais pas adéquate aussi. Et puis c'était con, j'étais premier de la classe cette année là. Ça n'a pas duré beaucoup plus d'années, je vous rassure.
Bon, je retourne au bureau, c'est difficile de travailler quand le soleil tappe dehors mais bon ...
P.S.: il paraît qu'il fait moche en France ? Quel dommaaaage ! :)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gaby 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog