Magazine

Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 60

Publié le 26 mai 2013 par Antropologia

Tweeter-rature

Ça commence comme une conférence. Il y a un écran, un ordinateur et on cherche à allumer un rétroprojecteur. Tandis que ceux que je pressens être les orateurs s’affairent à trouver le bon bouton, mes camarades de l’atelier littéraire[1] tapotent sur leurs tablettes et autres Smartphones. Une dame d’un certain âge à mes côtés semble soulagée que moi non plus, je n’aie pas de compte Tweeter. Elle est venue pour qu’on l’aide à en ouvrir un et se montre embarrassée des trop nombreuses options de son appareil à écran tactile. Ne lui étant d’aucune aide, elle se tourne rapidement vers son autre voisin, bien plus expert que moi. Le grand écran s’allume enfin, chacun cherche fébrilement du réseau, bref, nous somme prêts. Après nous avoir exposé sa recette poétique (l’idée de la mort émergeant à la vue d’un chat écrasé sur le bord de l’autoroute), l’un des intervenants se propose de réaliser en direct un tweet d’exactement 140 caractères, ce qui constitue sa spécialité, ayant fait sienne la contrainte technologique sans rien y trouver à redire. Le thème du Yéti[2] est choisi et chacun de tapoter sur son écran. Notre professeur de twittérature est en plein processus créatif, les mots s’enchaînent sur le grand écran, le nombre de caractères restants diminue, la tension est à son comble, trois, deux, un, zéro, il publie d’un clic et satisfait, nous livre son tweet. La démonstration est magistrale, le public hoche la tête d’un air approbateur. C’est alors que tout bascule. Une voix désagréable fait remarquer une faute d’orthographe au tableau numérique : « Euh… ça marche pas, il manque un trait d’union… désolé, hein ». Malaise et confusion, petit moment d’horreur remettant le génie numérique au travail, qui ôte une virgule, rajoute une apostrophe, bricole ses espaces pour tenter de trouver le soulagement des 140. La contrainte est devenue servitude et l’auteur maître de la technologie un esclave de Tweeter, cherchant à effacer sa rature. A ma droite, ma voisine triomphe. Elle a enfin réussi à ouvrir son compte (@Miwizz33) et vient de publier sa première œuvre : « yetitivatibienchezmollat!! ».

Stéphanie Gernet

[1] Les autres ateliers de Twittérature concernent la fonction pédagogique de Tweeter pour les enseignants et son utilisation business pour les professionnels utilisant des réseaux sociaux, selon le site de la Semaine Digitale de Bordeaux : http://citedigitale.bordeaux.fr/catalogue/agenda/festival-de-twitterature.html, consulté le 29 avril 2013.

[2] Blague récurrente de la Semaine Digitale de Bordeaux, comprise a posteriori après recherche sur le site internet : http://citedigitale.bordeaux.fr/catalogue/actualites/attention-debarquement-de-yetis.html, consulté le 29 avril 2013.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antropologia 110 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte