Magazine Cinéma

Leonardo DiCaprio : itinéraire d’un virtuose

Par Onrembobine @OnRembobinefr

[Dossier] Leonardo DiCaprio : itinéraire d’un virtuose

C’est dans les années 2000, en 1997 plus exactement, que le cinéma dévoile au grand jour avec Titanic, une jolie petite tête blonde, qui fit chavirer le cœur des spectateurs (surtout des téléspectatrices)…
Un jeune homme si particulier qui n’est autre que Leonardo Dicaprio, et qui n’aura de cesse à partir de ce moment là, d’enchaîner les succès commerciaux et critiques.
C’est effectivement dans Titanic, un des films les plus marquants de l’histoire du cinéma, que Leo explose non seulement l’écran, mais également dans le cœur des gens. Il devient par la même occasion un sex symbol, et « l’acteur phare » de toute une génération.

Tout ceci a entraîné une certaine pression à cette époque, que notre « acteur » de génie a su canaliser et enrayer avec brio, en délaissant un temps le septième-art, et en se faisant discret. Il n’est revenu sur les plateaux de cinéma qu’en 2000 pour le film La Plage, de Danny Boyle. Un film que certains ont adoré, d’autres détesté, mais qui, en tout cas, a marqué les esprits. Il est clair que La Plage est quelque peu « spécial », mais le mot adéquat serait « déroutant ». C’est une expérience à part entière qu’il faut peut-être tenter plusieurs fois, afin d’y voir plus clair.

La Plage est donc le premier film après Titanic, sur lequel Leo a travaillé. Cependant il avait auparavant tourné L’Homme au Masque de Fer, qui est sorti juste après tout comme Celebrity de Woody Allen, sorti en 1998. D’ailleurs, dans L’Homme au Masque de Fer, réalisé par Randall Wallace en 1998, il excelle particulièrement, accompagné par certains acteurs bien de chez nous comme Gérard Depardieu, Judith Godrèche ou encore Anne Parillaud. Il y est également aux côtés de pointures comme John Malkovich ou Jeremy Irons. Il y brille littéralement en interprétant un personnage complexe, et parvient à donner au film une saveur toute particulière. Avec ce métrage, Léo prouve qu’il est un véritable acteur caméléon.

Titanic

Titanic

On peut dire que l’autre étape fondamentale dans sa carrière explosive, fut sa rencontre et sa collaboration avec Scorsese. Il a ainsi fait un virage à 180 degrés, et est un peu devenu par la même occasion la muse du réalisateur prodige. Notamment en commençant par le fameux et très salué Gangs of New York. Scorsese a donc donné une nouvelle perspective à la carrière de Leo, en lui donnant beaucoup de crédit, et on peut dire qu’à partir de ce moment là, il a pu aller où il veut et faire ce qu’il veut. En rajoutant un galon à son parcours, il montre une fois de plus quel acteur incroyable il est.

La collaboration avec Scorsese ne s’arrêtera pas là, puisque Leo va tourner par la suite dans d’autres de ses réalisations. À commencer par Aviator, sorti en 2004, ou encore le fameux Les Infiltrés, lourdement récompensé aux oscars 2007 (remake de Infernals Affairs). Toujours avec son partenaire Scorsese, Leo tourne Shutter Island en 2010, où il explose littéralement. Shutter Island est un véritable chef-d’œuvre, comme on en voit rarement. Il distille un suspense qui met en ébullition, et qui fait fait naître chez les spectateurs une foule de questionnements. Et ceci permet une interprétation à plusieurs niveaux de lecture. Le casting général est un grand cru et Léo se positionne en tête. Il nous offre une interprétation qui atteint des sommets. À fleur de peau et troublant, il excelle dans ce film particulièrement noir, et fantastiquement bien réalisé. Ce qui est sûr, c’est qu’on ressort complètement perturbé, chamboulé et en questionnement profond, et c’est là que l’on peut constater toute la puissance d’un grand cinéma.
On est donc très heureux que ces deux là (Scorsese et Leo) se soient trouvés.

shutter_island-Shutter-Island

Shutter Island

En plus d’avoir travaillé avec un grand nom comme Scorsese, Léo a également tourné avec Steven Spielberg. Dans Arrête-moi si tu peux, en 2002 , il interprète Frank Abagnale Jr., à savoir un jeune homme au destin atypique. Ce dernier est connu pour avoir été un des plus grands faussaires des États-Unis, dans les années 60. L’association des deux apparaît comme évidente. La virtuosité, l’impétuosité et le brio de Leo à la rencontre du génie Spielberg. Tout simplement la combinaison parfaite pour un grand film. Dans Attrape-moi si tu peux, Léo est une nouvelle fois à fleur de peau et fougueux à souhait. Mais il y a également Tom Hanks, un acteur au talent remarquable qui nous offre ici, un jeu tout en finesse et en émotion. Le duo DiCaprio-Hanks est en harmonie parfaite, ce qui se ressent profondément à l’écran. Du coup, le rendu final est absolument sublime.

En plus de Spielberg, Leo ne s’est privé de rien ni de personne, ou peut-être est-ce l’inverse ? DiCaprio a donc enchaîné les grands films et a ainsi travaillé avec les plus grands noms du cinéma.
En 2010, un long-métrage particulier, avec un casting exceptionnel, des effets novateurs et une histoire prenante, vont bousculer les cinéphiles, à savoir Inception ! Chef-d’œuvre visuel et narratif qui explosera les box office, Inception est aussi un grand film ambitieux qui s’avère être une claque monumentale ! Réalisé par le prodigieux Christopher Nolan, réalisateur émérite de la très saluée trilogie The Dark Knight, Inception est, comme à son habitude, à couper le souffle.

La Leo Mania

Pour en revenir aux débuts de carrière, cela n’aura échappé à personne, et certainement encore moins aux fans de la première heure, dans les années 2000, Leo fut un véritable sex symbol international. Son physique avantageux et son talent incroyable ont littéralement fait chavirer les cœurs et déclenché les plus vives passions. À l’époque, on a appelé ce phénomène la « Leo Mania ». Pourtant, sa carrière n’a pas démarré avec Titanic.

Rimbaud Verlaine

Rimbaud Verlaine

On commencera par citer le très fameux, Rimbaud Verlaine (Total Eclipse) (1995). Ce film splendide d’Agnieszka Holland, met le caractère passionné et romantique du jeu d’acteur de Leo au premier plan. On se demande même, qui d’autre que lui aurait pu interpréter avec toute la fougue qu’il se doit, un personnage comme Rimbaud. Il nous propose une interprétation romantique saisissante et vibrante, avec cette empreinte si personnelle que l’on retrouve dans nombre de ses compositions. Le choix est judicieux et le coup réussi. Il est renversant et absolument phénoménal dans le rôle du jeune poète, accompagné par David Thewlis qui incarne un Verlaine émouvant et amoureux transit plutôt déséquilibré. Leurs jeux sonnent juste, et on est réellement transporté vers cette époque romantique ardente. À noter que David Thewlis s’illustrera merveilleusement par la suite dans la saga Harry Potter, dans le rôle du professeur Lupin (particulièrement dans Le Prisonnier d’Azkaban, réalisé par le fantastique Alfonso Cuarón).

Si dans Rimbaud Verlaine, il fait preuve d’une charmante et délicieuse insolence, dans The Basketball Diaries (réalisé par Scott Kalvert et sorti en 1998), Leo interprète un jeune drogué complètement perdu dans la vie. Un film adapté des mémoires de Jim Carroll. Dans Titanic, il joue un garçon des classes pauvres et populaires, qui parvient grâce à son charisme, son honnêteté et une nouvelle fois son impétuosité, à faire chavirer le cœur et l’esprit d’une jeune femme qui, socialement est à son opposé.
Dans la si personnelle adaptation de Romeo et Juliette du réalisateur Baz Luhrmann, DiCaprio est totalement passionné. Ce film, complètement anachronique, mélange les époques, et les styles. Et s’il a fait couler beaucoup d’encre à l’époque, il offre néanmoins un très beau rôle au jeune DiCaprio. En interprétant un personnage théâtral fort connu, qui lui sied à merveille, il s’inscrit encore une fois dans ce genre de personnages au caractère emporté. Luhrmann, qu’il retrouve d’ailleurs pour Gatsby, le Magnifique, la nouvelle adaptation sortie sur nos écrans le 15 mai 2013 à l’occasion de l’ouverture du 66ème Festival de Cannes.
Un autre film de cette période qui alimente un souvenir vivace dans les mémoires est Simples Secrets, sorti quant à lui en 1996. Cette réalisation de Jerry Zaks est émouvante et marquante. Entouré d’une Meryl Streep toujours aussi splendide, et d’une Diane Keaton qui l’est tout autant, Leo ajoute une nouvelle corde à son arc en interprétant le jeune Hank. Un personnage une nouvelle fois, au caractère enlevé, mais toujours touchant. Il y a beaucoup de poésie qui se dégage de cette oeuvre, et le rendu est vraiment remarquable.

La jeune carrière de Leonardo DiCaprio est aussi constituée de nombreuses autres productions, un peu moins connues comme Critters 3 (son premier film), Fleur de poison, Blessures Secrètes, ou encore The Foot Shooting Party. N’oublions pas Gilbert Grape dans lequel il joue aux côtés de Johnny Depp et qui amorce alors un point important, dans ce que sera sa carrière. Il y interprète un handicapé mental et prouve ainsi qu’il ne désire pas se cantonner pas à des rôles lisses, même s’il possède cette beauté angélique si propice à ce genre (il est d’ailleurs tellement crédible dans ce rôle que beaucoup de spectateurs penseront qu’il est véritablement autiste). Leo sera aussi dans le western Mort ou Vif de Sam Raimi, en 1995, avec à ses côtés, des interprètes comme Sharon Stone, Gene Hackman, ou encore Russell Crowe.

Mort ou Vif

Mort ou Vif

Même si toute la carrière de DiCaprio est de toute façon à couper le souffle, la période de sa jeunesse cinématographique représente une partie intéressante et intense de sa carrière. Dans ses premiers rôles, on observe constamment cette vulnérabilité marquée, cette douceur et cette profonde tendresse bien intentionnées, mais surtout et toujours une bonne dose de passion. À force d’interpréter des personnages borderlines, Leo n’en ressort que plus touchant. Les nombreuses interprétations de sa jeunesse s’ancrent dans un romantisme exacerbé, où l’on observe de manière frontale, cette essence originelle aux teintes si vivantes. Le temps allant, Leonardo s’est assagi et a gagné en maturité et en nuances. Ceci dit, ce caractère romantique et emporté ne l’a jamais quitté. Ce jeu constamment basé sur les ressentis qui nous donne des frissons, s’illustre à travers toutes les œuvres dans lesquelles il a tourné.

Leonardo DiCaprio et Kate Winslet 

Quand il tourne Titanic, Leo avait la vingtaine, et si ce chef-d’œuvre monumental a lancé sa carrière, c’est aussi à ce moment là que naît son amitié avec Kate Winslet. Ces deux là semblent s’être toujours apprécié et respecté. La réalisation gigantesque aux retombées phénoménales de Cameron les a soudé durablement. Ils ne perdent pas non plus une occasion de se prouver leur affection. Ainsi, lors des Golden Globes 2009, lorsque Kate reçoit le prestigieux prix de la meilleure actrice (pour les Noces Rebelles), elle remerciera chaleureusement son acolyte en lui déclarant sa profonde affection, visiblement très émue.

Les Noces Rebelles

Les Noces Rebelles

Ces deux acteurs géniaux, ont une trajectoire similaire. Similaire, dans le sens où tous deux ont pris beaucoup de recul après le succès gigantesque de Titanic, et ont attendu un peu d’accalmie pour faire les bons choix. Pour Kate, l’après Titanic se nomme Marrakech Express (sorti en 1998), à savoir un choix en marge, loin de là où on l’attendait. En choisissant les projets judicieux depuis le début, elle offre à sa carrière une qualité sans concessions. Kate et Leo s’inscrivent dans cette ligne de grands acteurs au talent et à l’investissement incroyables. Ce sont deux grands de leur génération.
Pour notre plus grand plaisir, c’est sous la houlette de Sam Mendes (mari de l’époque de Kate Winslet) que nous les retrouverons pour le fabuleux Les Noces rebelles, sorti en 2008, adapté du roman éponyme de Richard Yates. Un véritable chef-d’œuvre (et le mot est mérité). Un métrage savamment soigné et absolument magistral, possédant une esthétique fantastique, ainsi qu’un casting de rêve. Nous avons ici deux têtes d’affiche renversantes donc, qui nous offrent un jeu tout en subtilité, aux multiples visages, mais toujours juste et honnête. Une puissance de jeu où les protagonistes brillent si intensément, qu’il parviennent à nous communiquer une émotion sincère et vive, dont on ressort profondément chamboulé.
Le message des Noces Rebelles est fort. En soi, une histoire qui possède le mérite de nous bousculer et de nous remettre en question.

Les différentes rencontres

Nous l’avons vu dans cette rétrospective, il est évident que la rencontre et la collaboration avec Martin Scorsese, marque un tournant considérable et primordial dans la carrière de Leo.
Ceci dit, et après avoir tourné sous la houlette de Spielberg, Scorsese, Danny Boyle ou encore James Cameron, voilà que l’acteur prodige se paye Tarantino (ou inversement) ! Ce cinéaste bluffant et incroyable, au talent si particulier, souvent salué.
Ainsi, début 2013, on le voit s’illustrer dans le fameux Django Unchained. Un classique instantané où Leo joue un vrai méchant (il y incarne en effet un infâme esclavagiste). Dans ce rôle de psychopathe au comportement profondément abject, il est tout simplement ahurissant, et nous perturbe complètement. Étant plutôt habitué à des rôles de gentils, il nous offre ici une composition diamétralement opposée. Dans ce film, Tarantino traite de l’esclavagisme et du racisme avec beaucoup de fond, avec une vision que l’on a pas forcément l’habitude d’observer. Le personnage de Calvin J. Candie, interprété par DiCaprio donc, incarne toute l’intolérance, la haine et la stupidité meurtrière, de ce qu’est le racisme. On aime le détester dans ce film magistral, et on en ressort perturbé, interpellé et touché. De plus, le comédien nous démontre à quel point il se place là où on ne l’attend pas, et peut changer et se transformer avec toujours autant de succès. Avec Tarantino, qui signe là une réalisation tout simplement remarquable, DiCaprio franchit un cap en imposant un jeu impressionnant à l’écran.
Un autre rôle qu’il a embrassé avec maestria ces dernières années, est celui qu’il tient dans J.Edgar, l’ambitieux biopic sur la vie de John Edgar Hoover (le créateur et patron du FBI) réalisé par Clint Eastwood. Oui, parce qu’il s’est aussi payé Eastwood !

Django Unchained

Django Unchained

Engagement en faveur de l’environnement

Début d’année 2013, plus exactement en janvier, Leo aurait déclaré vouloir mettre un terme à sa carrière pour « changer le monde », affolant ainsi tout le web. La réalité c’est qu’après ces dernières années de tournage intense , l’acteur surdoué a aussi envie de consacrer plus de temps à ses activités philanthropes. Le 15 mai 2013, lors d’une très belle interview au cours d’un JT, il dira qu’il n’a en fait jamais été question de définitivement arrêter le cinéma car il aimait beaucoup trop jouer. On est d’ailleurs très heureux de cette nouvelle ! On le verra peut-être tout simplement un peu moins.

Du côté de ses activités personnelles, on sait que Leonardo DiCaprio est très investi en faveur de l’environnement. En 2007 sort l’exceptionnel documentaire La 11ème Heure : Le Dernier Virage. Réalisé par Nadia Conners et Leila Conners Petersen, le documentaire est par ailleurs écrit, narré et produit par Léo. Que dire de ce somptueux film, si ce n’est qu’il faut le voir absolument. Traitant principalement du réchauffement climatique et des dégâts qu’il cause à l’environnement, La 11ème Heure a le pouvoir d’immédiatement interpeller par son propos. Mais on est aussi saisi par le montage intelligent des plans, et par l’aspect esthétique et vibrant qui s’en dégage. Le tout est une réussite grandiose où une certaine poésie vient pointer le bout de son nez. Non seulement on apprend des choses franchement primordiales, mais la réalisation est soignée. Le message final profondément humaniste, nous transporte et nous remue, mais dans tous les cas, ne nous laisse pas indifférent. Les brèves apparitions du narrateur sont là pour faire avancer le film. Narration d’une histoire simple, celle d’une humanité à la dérive, qui doit reprendre le contrôle du cours des choses, et de sa destinée. La 11ème Heure est un documentaire informatif, qui transpire une belle humanité. Leonardo aurait d’ailleurs un nouveau projet de film qui concerne le trafic des animaux sauvages, et Tobey Maguire son ami d’enfance, pourrait même être de la partie.

La 11ème Heure

La 11ème Heure

Au delà de ses productions cinématographiques touchant à ce domaine qui lui tient tant à cœur, Leo est aussi investi dans diverses causes, notamment celle des animaux. Il est un grand donateur pour le WWF (World Wildlife Fund : fond mondial pour la nature), il se prononce souvent en faveur de la protection d’animaux en voie de disparition comme les éléphants très récemment, mais aussi bien d’autres. Il conduit une voiture écologique, a fait poser des panneaux solaires sur sa maison, et ne manque pas une occasion de sensibiliser les gens à la question du réchauffement climatique. Il existe également la Fondation DiCaprio grâce à laquelle 38 millions de dollars ont pu être levé lors d’une vente aux enchères qui a eu lieu récemment (mai 2013). La majorité des fonds seront reversés en faveur de l’environnement et de la préservation des espèces menacées. Leo est apparemment également végétarien, et aurait même inspiré l’actrice Gwyneth Paltrow à suivre ce régime alimentaire.

Citer toutes les actions et investissements en faveur de l’environnement et des animaux de cet acteur si engagé, ne serait pas une mince affaire tellement elles sont nombreuses. Pour terminer donc, nous parlerons de son investissement au Mozambique. En effet, lors du tournage de Blood Diamond, il a travaillé avec les enfants du village de SOS Children’s Village in Maputo, et s’est dit très touché de cette participation. Comme quoi, il ne manque jamais une occasion d’être altruiste.
Blood Diamond (2006) d’ailleurs, est lui même un métrage très engagé, qui dénonce le trafic de diamants en Afrique, et les abominations qu’il engendre. Le réalisateur Edward Zwick signe là un film bouleversant, classé dans la catégorie des inoubliables et rythmé par une bande son de James Newton Howard, absolument magistrale. Leo y est sublime, aux côtés des deux acteurs géniaux que sont Djimon Hounsou et Jennifer Connelly.

Blood Diamond

Blood Diamond

Dans un tout autre sujet qui est celui de sa vie sentimentale, on ne dira que quelques mots. Depuis pas mal d’années, il « multiplie » les magnifiques conquêtes, souvent des mannequins, souvent plus jeunes que lui. De 2000 à 2005, il a été en couple avec Gisele Bündchen, puis il eu une relation assez sérieuse par la suite avec Bar Rafaeli. Depuis, Leo navigue et papillonne par ci par là mais n’est pas encore parvenu à construire une famille et à trouver « l’amour de sa vie ». Il a souvent répété qu’il désirait fonder une famille et trouver le grand amour. En attendant, Leo continue de briller au cinéma, toujours profond, toujours vibrant. Il continue également de s’investir dans de beaux projets environnementaux, et c’est une excellente chose.

Ce qui ressort de tout cela, c’est que Leonardo DiCaprio est tout sauf un acteur terne, il parvient à exprimer diverses émotions, et à nous les communiquer de manière juste et incroyable.
De cette jeunesse explosive de romantique passionné, évoluant vers une sagesse sûre et un jeu toujours maîtrisé, Leo prouve qu’il peut être partout. Prenant toujours plus de risques, il ne s’est jamais oublié pour autant.

Qu’il fascine dans Rimbaud Verlaine, qu’il explose dans Titanic, qu’il émeuve dans Arrête-moi si tu peux ou qu’il choque dans Django Unchained, il est toujours bon. Cet acteur n’a tout simplement encore jamais fait (c’est subjectif bien entendu), une seule fausse note d’interprétation. Il est toujours bon, parce qu’il est proche de ses rôles, proche des réalités et en cela proche des gens.
Le jeune acteur à fleur de peau est devenu un homme serein et mature à la carrière déjà bien fournie, nous offrant par cela une solide évolution. Étant toujours en mouvement, il y a fort à parier qu’il nous surprenne encore longtemps.

Arrête-moi si tu peux

Arrête-moi si tu peux

Alors que lui manque t-il ? Peut être quelques comédies romantiques, mais surtout cette reconnaissance de la part de ses pairs. Il n’a pas encore eu d’Oscar ni de hautes récompenses particulières. Peut-être s’en moque-t-il d’ailleurs, car sa récompense la plus authentique vient de son public, toujours fidèle. Leo fait toujours preuve d’une grande sobriété et d’une grande simplicité en public, ou en interview, c’est fort appréciable, et c’est aussi pour cela que beaucoup l’aiment et le respectent.

Bientôt sortira Le Loup de Wall Street, pour lequel DiCaprio retrouve Scorsese. On attend non sans une certaine impatience cette nouvelle collaboration, qui devrait tenir ses promesses. En attendant, on peut toujours revoir toute la carrière de cet acteur extraordinaire, qui demeure actuellement une source d’inspiration infinie pour bien des passionnés.

@ Audrey Cartier

Leonardo-DiCaprio-GQ


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onrembobine 53826 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines