Magazine Insolite

La police de Los Angeles tente d’arrêter une statue de Call of Duty

Publié le 05 juin 2013 par Brokenbird @JournalDuGeek

Lundi matin. Tout est calme aux studios Robotoki, petit développeur indépendant de jeux vidéo de Los Angeles. Mais d’un coup, l’alarme retentit dans les locaux paisibles. Le Panic Button a été pressé. Les forces de l’ordre sont donc immédiatement appelées pour aller voir ce qu’il se passe et régler le problème si nécessaire.

Cod-Ghost-LAPD-footage

Nos courageux policiers entrent donc en trombe dans leurs voitures et foncent à travers les rues bondées de la cité des Anges. Arrivés sur place, nos policiers sortent l’artillerie lourde, s’équipant de gilets par balles et de fusils à pompes. Et pour cause, le bâtiment est gardé par un soldat mystérieux équipé d’un fusil d’assaut. Stoïque, le soldat ne bouge pas. Caché dans l’ombre, il nargue les policiers et garde le bâtiment tel un cerbère des temps modernes.

La police choisit de discuter d’abord et de tirer ensuite. Pendant 15 minutes, nos mangeurs de donuts tentent de négocier avec l’individu. Mais celui-ci ne bouge pas d’un pouce, malgré les tirs de sommations. Ils décident donc de contourner l’obstacle et de s’infiltrer dans le bâtiment. Progressant avec moult précautions, les policiers arrivent dans le bureau d’un employé de Robotoki : Robert Bowling. Bowling est surpris par cette arrivée inopinée dans ses locaux et les choses commencent à s’éclaircir lorsque les protagonistes commencent à discuter…

Quelques minutes plus tôt :

Un designer du studio se balade tranquillement dans les locaux en ce lundi matin. Dans les couloirs, une chose attire son attention : Un énorme bouton « Panic » rouge vif. Ce bouton n’était en effet pas là vendredi. En homme censé, notre designer décide d’appuyer dessus, pour voir…

Bureau de Robert Bowling :

Les policiers commencent à discuter avec Robert Bowling et les choses s’expliquent petit à petit. Le bouton Panic ? Un employé un peu trop curieux qui voulait juste « voir » ce que c’était. Et l’homme armé ? L’explication est simple : Robert Bowling est un ancien d’Infinity Ward, le studio qui a créé Call of Duty. Le soldat en question n’est qu’une simple statue de « Ghost », l’un des personnages du jeu. Les policiers, un peu gênés, se rendent donc compte que leurs négociations n’avaient aucune chance d’aboutir. Ils sont donc repartis au poste, sans demander leur reste. Les employés du studio, eux, ont été évacués avant l’assaut et ont donc dû prendre leur journée. Cette histoire totalement WTF n’a donc pas fait que des malheureux…

Cod-Ghost-Statue-Tweet


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Brokenbird 953528 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine