Magazine Société

Pauvre de toi, soixantehuitard

Publié le 22 avril 2008 par Yulgrejes

Présentés comme des nantis égoïstes, les "soixante-huitards" sont loin d'avoir tous connu la réussite des leaders parisiens du mouvement, certains ayant eu du mal à redescendre sur terre tandis que d'autres se sont tenus à distance des vrais postes de pouvoir, soulignent divers experts.
    Une toute petite minorité, centrée sur le Quartier latin, a généralement été mise en avant, déclare Michelle Zancarini, professeur d'histoire contemporaine à l'université de Lyon I. Mais derrière, il y a eu "une vraie expérience sociale" pour des personnes qui ont été exposées à l'événement, souligne-t-elle. Elles se sont souvent tournées vers des métiers sociaux ou de transmission comme l'enseignement, ajoute-t-elle.
    "Certains n'ont pas pu se réadapter" au monde réel: il y a eu des suicides, des accidents violents, la drogue, rappelle-t-elle.
    "Pour nombre de militants de cette génération, les lendemains se sont révélés très sombres, parfois dramatiques. On a souffert d'une casse humaine très importante", relève Patrick Rotman, étudiant à la Sorbonne en 1968.
    "Il est faux de dire que les soixante-huitards occupent les bons postes. Ce sont toujours les dix mêmes noms qui reviennent. Mais il n'y a aucun grand patron, aucun financier, peu de dirigeants politiques" mis à part Bernard Kouchner.Rotman

En revanche, les soixante-huitards ont investi le domaine culturel, les métiers de l'édition, de la presse, du cinéma et des médias. "Ils se sont emparés des bastions du pouvoir intellectuel", reconnaît Rotman. "Mais même là, ils n'occupent pas des postes de direction" à de rares exceptions (Serge July qui a porté l'aventure de Libération, Edwy Plenel qui a été un temps directeur de la rédaction du Monde).
       Erik Neveu, professeur à l'Institut d'Etudes Politiques de Rennes, a mené une étude sur "les trajectoires de soixante-huitards ordinaires". Il s'est penché sur les militants "gauchistes" de Bretagne dans les années 60 et 70 : moins de 10% des personnes dont il a retrouvé la trace ont des engagements politiques comparables (LCR…) à ceux de l'époque.
    Sur le plan professionnel, une majorité -environ 60%- des anciens militants étudiés ont choisi la fonction publique (éducation nationale, collectivités locales, administrations, poste). D'autres ont investi le "tiers secteur" (économie solidaire, mutuelles). Ils sont peu nombreux dans le privé et dans ce cas occupent souvent une profession liée aux médias. L'étude publiée dans l'ouvrage "Mai Juin 68" (Editions de l'Atelier) relève "la relative modestie des réussites sociales" des soixante-huitards, contrairement à la "mythologie en vigueur".
    Cette génération, proche de la retraite, n'a pourtant pas envie de lâcher prise. "Ce sont des gens actifs, impliqués, engagés. Mai 68 n'a pas fait des fumistes", estime Michelle Zancarini.


Mai 68 extrait [debat] Taddei 09 04 08
envoyé par fullhdReady

Ce soir où jamais sur France 3
Invités : Serge July, André Glucksmann, Romain Bouteille, Armistead Maupin, Jean Louis Gaillard, Georges Wolinski, Luis Rego et Valérie Lagrange.
09 avril 2008

par Blanche Dinnedoti (avec AFP)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Yulgrejes 55 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine