Magazine Asie

Des tuk-tuks électriques en Thaïlande ?

Publié le 10 juin 2013 par Asianmike
L'idée de remplacer les pétaradants et polluants tuk-tuks de Thaïlande par des équivalents électriques n'est pas nouvelle mais depuis quelques mois, ils sont plusieurs à y voir un marché très porteur. Les véhicules 3 roues en version électrique ayant déjà fait leur apparition depuis 2 ans dans plusieurs capitales européennes Rome, Berlin, Stockholm, Copenhague... et même Paris !
Tuktuk electrique
Le modèle de Terra Motors qui débarquera aux Philippines pour le fin de l'année
Le premier tuk-tuk électrique au monde date de 2011 mais c'est récemment le japonais Terra Motors, une start-up qui vise l'immense marché des tuk-tuks en Asie qui vient réveiller un peu le amrché annonçant son modèle pour fin 2013. L'électrique étant plus que marginal dans la région, il y a tout à faire. Pour leur véhicule aux courbes arrondies d'un design futuriste, la firme nippone a fait le choix de ne pas conserver ce qui fait le charme des tuk-tuks, à savoir leur look si reconnaissable. Probablement une erreur stratégique car si enlever sa faculté de polluer à un samlaw est une bonne idée, lui enlever tout son folklore, c'est lui retirer son principal attrait touristiques. Un voyageur de passage n'embarque pas dans un tel véhicule pour aller d'un point A à un point B mais pour vivre une expérience, se plonger dans la Thaïlande telle qu'on la fantasme en Occident. Déjà enlever le bruit et les reprises endiablées du moteur qui accélère lors des slaloms dans le trafic bangkokien enlève beaucoup des sensations fortes alors en moderniser l'apparence...
Tuk-tuk eléctrique Bangkok
Un modèle plus traditionnel de TukTuk Factory à Paris
TukTuk Factory, la première entreprise à avoir commercialisé un tuk-tuk 100% électrique, n'est pas thaïlandaise mais hollandaise. Et sa gamme reprend quant à elle les codes des tuk-tuks traditionnels. Pas de révolution dans les lignes, bien au contraire ! Et ça marche... mais en Europe pour le moment. Surtout dans les pays du Nord et l'Allemagne. Au départ le fondateur Dennis Hart, un ingénieur des Pays-Bas, ambitionnait seulement d'exporter le concept dans les villes européennes mais se trouva rapidement confronté aux normes européennes en matière de sécurité et de pollution que les tuk-tuks thaïlandais ne respectent évidemment pas. Il du reprendre sa copie et finit par proposer des samlaw électriques. Aujourd'hui, retour aux sources. Il a installé une unité de production à Samut Prakan, non loin de Bangkok et compte bien voir sa production envahir petit à petit les rues thaïlandaises. Ces nouveaux véhicules que ce soit le japonais qui vise en priorité le marché des Philippines ou le néerlandais qui vise la Thaïlande, sont très chers pour les bourses des chauffeurs locaux. Près de 4700 euros pour le modèle de Terra Motors (190 000 THB) et le double pour le modèle de TukTuk Factory. Seules les grands hôtels et autres grandes firmes peuvent vraiment se permettre un tel investissement et le feront pour se donner une image écolo. Car même si les économies réalisées sur le carburant, estimées à 150 baths par jour, permettront d'amortir le prix d'achat, nulle doute que ce sera le premier frein à l'invasion de tuk-tuks silencieux à Bangkok. Le modèle qui pourrait tirer son épingle du jeu, par contre, c'est celui qui permet d'aménager un commerce, bar ou petite cuisine de restaurant, à l'arrière. A noter que le fabricant numéro un de tuktuks, thaïlandais, ThailandTukTuk, propose aussi dans sa gamme un modèle sur batterie en tout point fidèle au modèle à essence. Alors un Hollandais va-t-il devenir le roi du tuk-tuk en Thaïlande ?

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Asianmike 7290 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines