Magazine

Ma chère Terre

Publié le 22 avril 2008 par Hugo Jolly

Tout d’abord, j’insiste pour m’excuser pour ces dernières années difficiles pour vous, lesquelles nous ont à nous, permis d’enrichir une partie de la population, à votre dépens bien entendu, mais vous comprendrez que c’est dans notre nature plus loin. Bien sûr, toutes et tous n’ont pas su profiter de l’opportunité, même qu’une grande partie de notre espèce, en fait la majorité, s’est vu diminuée en avantage de toute sorte tels que; pouvoir boire l’eau potable qui circule à votre surface, pouvoir se prévaloir d’un toit, d’une habitation ou d’un moyen de transport, d’une éducation convenable universelle et d’un système de santé efficace et universel. Grâce aux ressources que recèle votre magnifique surface, laquelle je m’en excuse, nous avons grandement détériorée suite à nos soifs de pouvoir, d’opportunités et d’ambition à exploiter notre prochain, nous avons tout de même su avancer dans l’histoire et moderniser plusieurs champs de compétences.

Je sais, nous avons, contrairement à mes propos, bien plus gravement endommagé votre surface que je n’aie pu le laisser croire dans mon intervention. Soit, mais ne croyez-vous pas en fait qu’il s’agit de l’avenir de notre espèce humaine qui soit en jeu? Que dans les faits, ça vous est complètement passé d’une oreille à l’autre, non? Que dis-je, une oreille?!? Mais n’est-ce pas, sérieusement, plutôt notre espèce qui court un très grave danger? Vous, vous avez toujours été là, enfin, bien avant nous! Notre disparition ne vous gênerait guère d’ailleurs, au pire,une espèce bien plus intelligente prendrait notre place sachant peut-être elle, vous respecter un peu plus.

Bien, mais cela dit, il m’apparait important de vous préciser qu’une infime partie de notre espèce se trouve en fait responsable du mode de vie de la majorité des nôtres. Ils ne sont que 2% d’entres nous, mais ce semblant de maigre pourcentage est bien assez pour jouer sur notre avenir à nous tous, les êtres humains.

Les bourgeois, ces héros et gourous de la secte capitaliste, rayonnent dans leur tour d’ivoire, que vous avez certes remarquée parmi les autres logis. Alors qu’ils vivent du travail d’autrui, en fait du reste de la population (98%), cette dernière, cette majorité flagrante essaie de suivre le pas également, elle envie visiblement cette minorité. Ces minoritaires parasites dont je vous ai d’abord parlé, possèdent en passant; les armées, la police, les juges, la Justice en général en fait, les parlements, les usines et les machines, les moyens de propagande, etc.. Bref, vous aurez compris ma pauvre, qu’ils nous dominent de façon autoritaire et revendiquent, malgré leur éminente disparition et leur si faible nombre, la totalité de ces pouvoirs au nom du Ô Capital, leur dieu tout puissant.

Il serait donc prématuré de nous mettre entièrement au banc des accusés, quoique nous ayons en réalité, le pouvoir de masse et ce faisant, nous possédons en réalité aussi, le réel pouvoir de renverser par une révolution armée s’il le faut, cette sauvage et pitoyable dictature bourgeoise, néfaste pour nous, néfaste pour vous. Toutefois, comprenez que bon nombre d’entres nous n’ose pas critiquer, ne comprend pas la secte en place et ses failles, et espère même, quelque fois, prendre cette place en fait si peu accessible et étroitement liée à l’égoïsme et à l’opportunisme. Je vous prie donc d’accepter nos excuses, à tout de moins, celles de mes camarades prolétaires et celles des aliénés encore trop abrutis par le système et de remettre en question votre chaud tempérament récemment débuté, sans doute prélude à une colère que nous ne souhaitons pas, je vous le jure!

La pollution engendrée par notre système capitaliste sectaire et suicidaire est heureusement pour vous, peut-être à la veille de sombrer dans l’oubli, auprès des dinosaures et des autres vagues d’espèces ayant parcouru votre surface changeante. Pour conclure…

Si vous nous le permettez, mes camarades terriens et moi voudrions vous souhaiter le plus bel, le plus joyeux, mais surtout, le plus vert et bleu des anniversaires qui soit, avec je l’espère, de la santé pour la totalité de votre prochain voyage autour du Soleil, espérant que notre disparition, si elle devait arriver, puisse rendre votre existence plus facile et apte à accueillir des espèces, sans aucun doute plus méritantes que la nôtre.

(Musique imaginaire…) Ma chère Terre, c’est à votre tour, de vous laisser, parler, d’amour…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hugo Jolly 383 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte