Magazine Environnement

Le chemin de l'esperance

Publié le 17 avril 2012 par Bernard Taillefer

Il était 14 heures hier. J'entame le livre de Stéphane Hessel et Edgar Morin, le chemin de l'espérance. Il pleut et il fait froid sur la terrasse de café où je me suis installé. Je ne lâcherai pas ce livre avant de l'avoir fini. Je n'ai pas de mérite, il ne fait que soixante pages, écrites en gros caractères. Mais que du bonheur !

D'entrée de jeu les deux auteurs, de jeunes vieillards de 90 et 94 ans, donnent le ton du premier chapitre, " la France dans le monde " : " Notre propos est de dénoncer le cours pervers d'une politique aveugle qui nous conduit aux désastres.[...]. Toute l'humanité subit les mêmes menaces mortelles qu'apportent la prolifération des armes nucléaires, le déchaînement des conflits ethno-religieux, la dégradation de la biosphère, le cours ambivalent d'une économie mondiale incontrôlée, la tyrannie de l'argent, la conjonction d'une barbarie venue du fond des âges et de la barbarie glacée propre au calcul technique et économique ". Le décor est campé. Il est sinistre mais décrit avec une lucidité redoutable. Dans ce contexte, par leur ouvrage, Stéphane et Edgar veulent énoncer une voie de salut public, annoncer une nouvelle espérance, dans un monde où " le libéralisme économique, prétendant succéder aux idéologies, se révèle comme une idéologie en faillite ".

La mondialisation est critiquée de manière objective (elle a apporté le meilleur et le pire), pour arriver à la conclusion qu'il faut savoir à la fois mondialiser (pour perpétuer et développer tout ce que la mondialisation apporte d'intersolidarités et de fécondités culturelles) et démondialiser pour redonner sa place à l'économie sociale et solidaire, à l'économie de terroir, l'agriculture vivrière et l'alimentation qui y est liée. Pour les auteurs il est des actions et des politiques à faire croître et d'autres à faire décroître. Et ils entrent dans les détails que je ne donnerai pas pour que vous achetiez ce livre !

Dans ce monde mal parti où des Indignés se lèvent partout, les auteurs nous invitent à avoir conscience du moment dramatique que vit l'espèce humaine, de ses ambivalences, de ses périls, mais aussi de ses chances.

Le deuxième chapitre de ce livre qui n'en comporte que deux, de taille fort inégale puisque ce second chapitre fait presque tout le livre, Stéphane Hessel et Edgar Morin proposent " une politique pour la France " que feraient bien de lire tous ces messieurs et dames qui prétendent aux plus hautes responsabilités dans notre pays.

De nouveau ils établissent, avec des mots très durs, des constats sur la situation actuelle de notre pays : " appétits déchaînés du profit, dégradation des solidarités concrètes, hyperbureaucratisation des administrations publiques et privées, exacerbation et pression de la compétitivité, forme dégénérée de la concurrence, intoxications consuméristes poussant à l'achat de produits doté de qualités illusoires " etc. Mais, plus grave soulignent-t-ils, le bien-être matériel n'a pas apporté le bien-être mental, à voir les consommations d'antidépresseurs et les solitudes personnelles qui se développent pour au moins 4 millions de Français. La xénophobie se développe officiellement, rappelant les pires heures sous Pétain.

Selon Stéphane et Edgar, il faut réformer et transformer et d'abord revenir à une politique du bien-vivre, réformant en profondeur notre société et nos modes de vie et ils proposent, définissant dans l'ouvrage, contre l "hégémonie de la quantité, du calcul, de l'avoir, une vaste politique de qualité de la vie. Il faut se séparer au plus vite de l'intoxication automobile, de la pollution publicitaire, du gaspillage du jetable. Il faut revenir à une ruralité fermière, restaurer la qualité de l'eau avec deux grandes tendances à assurer de front : la réhumanisation des villes et la revitalisation des campagnes. " Administration publiques et entreprises devront être réformées pour dé-bureaucratiser, dé-scléroser, dé-compartimenter, donner initiative et souplesse aux fonctionnaires et aux employés ".

Le bien-être passera par la revitalisation de la solidarité et des maisons de la Fraternité doivent être créées partout. Ils en établissent les contours. Ils définissent ensuite une politique de la jeunesse " qui reconnaît la dignité de tous les jeunes rejetés ". Les auteurs souhaitent que l'éthique revienne au devant de la scène, faite de solidarité et de refus de la corruption.

Des actions fortes doivent être menées dans le domaine du travail et de l'emploi car la crise est double et affecte à la fois les conditions de travail et l'emploi.

Sur le plan économique, ils demandent de promouvoir une économie équitable, sociale et solidaire au sein d'une économie plurielle. Cette économie devra être écologique, juguler la spéculation financière tandis qu'une vraie politique de consommation devra être définie.

Les auteurs sont très sensibles aux inégalités. Ils notent : " l'accroissement des inégalités depuis l'omniprésence du néolibéralisme économique accroît les formes de pauvreté, accentue la dégradation de la pauvreté en misère, augmente le pouvoir des riches, intensifie les corruptions au sein de la classe dirigeante, cependant qu'une petite oligarchie profite d'invraisemblables privilèges fiscaux ". Un conseil permanent de lutte contre les inégalités devra être créé, s'attaquant aux distorsions salariales et plus généralement au déséquilibre accru dans la relation capital-travail.

Hessel et Morin rappellent cette phrase de Rousseau qui devra inspirer une réforme profonde de l'éducation : " Je veux lui apprendre à vivre ". Cette réforme passera nécessairement par une nouvelle formation des maîtres dans le primaire, la coopération de savoirs disciplinaires demeurés séparés les uns des autres dans le secondaire, enseigner ce qu'est l'être humain dans sa triple nature biologique, individuelle et sociale. Pour les auteurs, " il est capital d'enseigner la compréhension humaine qui seule permet d'entretenir les solidarités et les fraternités ". Le cœur de la nouvelle politique de l'éducation sera, dans l'université, une réforme de la pensée. Je vous laisse découvrir...

L'ouvrage se termine par des propositions sur la " culture esthétique " qui " nous aide à nous émerveiller et nous permet de regarder l'horreur en face ".

Les derniers paragraphes de l'ouvrage portent sur l'Etat et la démocratie dans un contexte où " il existe incontestablement des processus de dégénérescence, de dessèchement de la démocratie " [...] " alors que ce pays est on ne peut plus vivant dans ses tréfonds ".

L'ouvrage s'achève sous un paragraphe au titre de " régénération ". Les auteurs y expliquent : " nous ne voulons pas fonder un parti nouveau, ni nous rallier à un parti ancien, mais nous souhaitons que s'opère une régénérescence à partir des quatre sources qui alimentent la gauche : la source libertaire qui se concentre sur la liberté des individus ; lasource socialiste, qui se concentre sur l'amélioration de la société ; lasource communiste qui se concentre sur la fraternité humaine. Ajoutons-y lasource écologique, qui nous restitue notre lien et notre interdépendance avec la nature et plus profondément notre Terre-mère ".

Ce livre est admirable car on y prend de la hauteur. La société France est analysée dans son contexte mondial dramatique et les propositions attaquent la racine des maux qui affectent l'humain dans notre société, dont un capitalisme effréné et prédateur qui est à bout de souffle. Ce livre est fait pour pour qui aime " l'humain d'abord " A lire, à prêter, à donner, à partager... en écoutant Jean Ferrat ou Léo Ferré chantant Aragon !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Taillefer 116 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte