Magazine Environnement

Monnaies locales pour dynamiser la vie communale

Publié le 04 octobre 2011 par Bernard Taillefer
MONNAIES LOCALES POUR DYNAMISER LA VIE COMMUNALE
Il y a crise de l'Euro, créée par le comportement irresponsable des banques qui ont multiplié les produits sophistiqués à l'infini (cf les subprimes) et qui revendent leurs produits financiers aux particuliers mais aussi aux entreprises et aux Etats à des taux d'intérêt usuraires. Les clients, de ce fait, ne peuvent rembourser. Les banques craignent de perdre et doivent resserrer leur politique de crédit. Aujourd'hui il est difficile pour un particulier d'avoir un crédit dans une banque. Et l'économie se bloque, créant sa masse de chômeurs et de démunis. On peut atténuer ces effets désastreux par la création de monnaies locales, comme à Toulouse par exemple.

SOL-Violette from Michel Lepesant on Vimeo.
La vidéo suivante présente la création de la monnaie locale l'occitan à Pézenas dans l'Hérault.
Un dernier exemple est celui de la création récente de la monnaie locale luciole en Ardèche. Pour en savoir plus sur la luciole : http://colibris.ning.com/profiles/blogs/la-monnaie-luciole-est-nee-en
L’histoire des monnaies complémentaires est déjà ancienne. Elle est née du concept de monnaie franche ou monnaie fondante qui désigne une monnaie qui à l’image des biens de consommation (nourriture, maison, vêtements…) perd de sa valeur au fil du temps. Elle fut conceptualisée au tournant du 19ème et du 20 ème siècle par Silvio Gesell. Certaines expériences, nées notamment autour de la crise de 29 aux Etats Unis en Europe ont duré plusieurs années mais ont dû disparaître suite à des interdictions émanant des appareils gouvernementaux. L’idée refleurit ces temps-ci. Pas étonnant puisque la crise financière est bien là ! De quoi s’agit-il ? Une collectivité locale (commune ou département ou pays) décide, en partenariat avec une institution financière un peu clean (Crédit municipal, Crédit Coopératif, La Nef) d’émettre de la monnaie qu’elle désigne sous un nom, par exemple « sol » (pour notre exemple). Le sol vaut un euro. Il s’achète dans les institutions financières partenaires. Il peut s’acheter aussi à la collectivité locale porteuse du projet. Le sol a une durée de vie limitée, par exemple trois mois, pour éviter toute spéculation par capitalisation. Où peut-on utiliser les sols ? C’est affaire de décision des créateurs mais dans tous les cas c’est dans la zone de la collectivité locale porteuse. Généralement les partenaires d’un système « sol » signent une charte qui fixe les orientations et la vision de tous les adhérents. La vision des fondateurs peut être centrée sur : -   Un réseau de commerçants bio et/ou éthique ; -   Un réseau de commerçants qui n’exploitent pas leur personnel ; -   Un réseau de commerçants qui soutiennent une politique sociale dans la collectivité locale ; -   Etc. L  Le sol sert de monnaie pour les achats locaux. Il faut que ce réseau soit suffisamment dense.  Où cela est-il pratiqué ? Voir le site : http://monnaie-locale-complementaire.net/2011/08/sol-violette-video/ On peut citer en France : Toulouse, Le Carlet en Sud Gironde, Villeneuve sur Lot, Le Havre (projet en construction), le bassin de vie Déodatie dans les Vosges, l’agglomération d’Angers et le Pays Nantais, à Thoiry dans l’Ain, A Vals Aubenas en Ardèche et dans l’Ardèche méridionale, à Romans Bourg de péage dans la Drôme, à Roanne, Chambéry et Annemasse… Mais les monnaies locales sont aussi très développées dans les pays étrangers. Voir http://en.wikipedia.org/wiki/Local_currency. A noter que pendant la grande crise financière qu’a connue l’Argentine, les monnaies locales ont sauvé des milliers de personnes. Sur le site http://www.complementarycurrency.org/ccDatabase/les_public.html on trouvera une information exhaustive sur les communautés locales du monde entier qui ont créé leur monnaie locale. Le WIR en Suisse ou le RES en Belgique ont déjà une certaine ancienneté. Le RES se développe en France. Voir http://monnaie-locale-complementaire.net/2011/02/res-en-france/ Quel intérêt des monnaies locales ? Pour le débat politique 1.  Payer en monnaie locale, c’est clairement faire le choix de l’économie locale : les adhérents s’engagent, en achetant des sols, à faire fonctionner l’économie locale. On achète local ; forcément les dépenses carbone diminue ! Mais on soutient aussi le petit commerce local, cœur de ville ! La commune est le lieu de vie, d’échanges ! 2.  C’est une manière très claire de passer un message sur l’euro : « nous mettons nos liquidités dans un système qui favorise l’économie locale ; nous ne voulons plus mettre nos liquidités dans des banques qui vont aller faire des crédits toxiques en Grèce, en Italie ou ailleurs… Pour les démunis 1.   L’expérience de Toulouse est intéressante : tous les euros déposés pour conversion en sol sont mis dans un compte au Crédit municipal. Avec ce capital le Crédit municipal peut faire des prêts de 300 à 3000 euros aux personnes qui sont en difficulté. 2.  Toujours à Toulouse, une allocation de départ de 30 sols (= 30 euros) est donnée aux personnes en difficultés qui adhèrent au réseau. Pour les PME 1.   En période d’étranglement du crédit comme actuellement en Europe, les monnaies locales offrent des possibilités nouvelles de crédit pour les PME. Conclusion Les monnaies locales ne sont pas bâties selon une norme rigide. Chaque communauté peut la construire comme elle le souhaite : bio ou éthique ou respectueuse des travailleurs. Mais cet outil permet de construire des produits financiers utiles aux démunis. C’est aussi un formidable outil pour expliquer que l’économie locale est prioritaire car c’est là où nous vivons et c’est là que l’argent doit être dépensé ; expliquer que l’Euro n’est pas la seule solution monétaire et que nous refusons que nos liquidités servent à exploiter d’autres peuples. Les monnaies locales ne sont pas une substitution à l’Euro. Elles sont des monnaies complémentaires qui permettent des actions de financement locales. Un signe transmis aux démunis pour leur rappeler qu’ils existent et que nous en tenons compte dans nos actions politiques. Pour en savoir plus :  - voir le site très complet : http://monnaie-locale-complementaire.net/
- et aussi : http://www.economie-sociale.coop/index-economie-sociale/monnaie-alternative.htm - pour créer une monnaie locale : http://fr.ekopedia.org/Comment_cr%C3%A9er_une_monnaie_locale
Dernière heure : Une rencontre nationale des animateurs de monnaie locale se tiendra les 15 et 16 octobre à Villeneuve sur Lot

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Taillefer 116 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte