Magazine Société

Le web est-il 68tard? Episode 1

Publié le 24 avril 2008 par Yulgrejes

Le web serait-il (lui aussi !) un héritier de 68 ? Révolution, idéal de liberté et de créativité, réseaux communautaires, transgression… Le vocabulaire utilisé pour parler d'Internet s'apparente bien souvent à celui de 68. Peut-on pousser plus loin la comparaison ? 

On l'admet, la question peut paraître un brin tirée par les cheveux. Un parallèle un peu facile en ces temps de commémorite aigüe. Pourtant, selon les dires même d'un acteur de la toile, Versac, c’est en soi une "question rhétorique et conceptuelle tout à fait soixante-huitarde ». A ce titre, elle méritait d'être approfondie. Les héritiers sont donc partis à la rencontre de – quelques- acteurs de la toile pour enquêter sur un sujet qui en a inspiré plus d’un...

Quelques entretiens et pas mal de cafés plus tard, nous vous livrons nos premiers résultats. Soyons collaboratifs ! L’intérêt principal de cette enquête réside dans vos réactions. Amis du Web et de 68, nous vous encourageons donc plus que jamais à réagir pour enrichir ce passionnant débat.

Libération de toutes les formes d’expression : Mai 68, Internet, même combat ?

Le web, « lieu de la démocratie totale où tous les discours sont possibles » selon les mots d’Alain Finkelkraut, permet aussi à toutes les sensibilités de coexister. Culture, politique, art, sexe… Pas besoin d’avoir un message ou du talent pour s’exprimer.

« J’ai envie d’écrire mais je ne sais pas quoi »

En 68, la parole jusque là confisquée se libère en fanfare. Sur les murs de Paris, on exige, on revendique, on décrète… Bref, on s’exprime. « Je ne sais quoi écrire mais je voudrais en dire de belles », confesse un anonyme de Mai. Qu’importe, semble lui répondre un autre : « être libre en 68, c’est participer ». Prémisses du forum ? Les rajouts, les réponses, les ratures instituent un dialogue.

Quarante ans après Mai 68, le net permet d’assouvir un besoin d’expression qui n’a pas faibli. « La philosophie des pionniers du web est celle d'une liberté d'expression sans limites », rappelle Versac. Sur le Web aussi, il est « interdit d’interdire ».

Aublogcitoyens

Et c’est le blog qui fait office de mur. Avec 5 à 6 millions de journaux personnels, la France détient le record européen, et presque mondial puisqu’elle se place au 2ème rang, derrière les Etats-Unis. Journaux intimes d’adolescents pour la plupart -les fameux Skyblogs notamment - les blogs sont aussi un média à part entière quand ils revendiquent une certaine rigueur, bien qu’éloignée des canons du journalisme.

Les responsables politiques, les journalistes, les chefs d’entreprise, les militants, les témoins d’un jour ou les contestataires de tous ordres utilisent le web comme moyen de contourner les circuits officiels.

Car la méfiance vis-à-vis des médias traditionnels n’est pas l’apanage des soixante-huitards d’hier.

1968/2008... et le même refus des hiérarchies

Pour Alain Finkelkraut, Internet permet de se « détourner des informations qui brutalisent vos convictions, et d’aller partager vos certitudes avec ceux dont vous serez persuadés qu’ils pensent comme vous ». La possibilité de choisir l’info donc, mais aussi de la faire.

C’est l’apparition du fameux « journaliste citoyen », consacré par le site AgoraVox en France. Désormais armé des mêmes outils que le journaliste classique (caméra, appareil photo, ordinateur…), Internet offre au citoyen en mal de représentativité une tribune mondiale. Pour Carlo Revelli, cofondateur d’AgoraVox, si «le phénomène sociologique de méfiance des médias et l’envie d’être acteur de l’information sont communs à 68 », ce sont « les avancées technologiques [qui] ont apporté les moyens de développer une vision « bottom-up » ( par opposition à la vision « top-down » ndlr) de l’information ». 

20h
Traduction : la légitimité de l’information « tombée d’en haut » est sérieusement remise en cause par celle qui émane de la base. La grand-messe du 20 heures a perdu de son caractère sacré.

Philippe Cohen analyse ce qu’il appelle le phénomène de « transversalité » comme un « refus illusoire des hiérarchies ». Illusoire, car, « la hiérarchie correspond à quelque chose d’anthropologiquement indépassable ». Et dangereux, car si en 68 «l’utopie » a duré « trois semaines », Internet « prétend être structuré, stable et permanent ».

boomp3.com

Pour certains journalistes, comme Pierre Haski, l’horizontalité induite par Internet est au contraire une opportunité en ce qu’elle permet de « renouer une relation de confiance entre le journaliste et ses lecteurs». A condition de ne pas faire d’erreur dans la définition du concept de journaliste citoyen: «lui n’enquête pas, ne recoupe pas ses sources : il donne de l’information brute, il témoigne sur ce dont il a connaissance».

 

Blogueur, journaliste, le webard est aussi un potentiel artiste...

« D’une culture de la rue à une culture digitale »

Pour Versac, « le web est le lieu et le moyen de l'éclosion d'une génération de créatifs, comme les affiches de rue de 68 ». Passage d’une culture de la rue à la culture digitale : « on ne colle plus avec la colle, on n'imprime plus sur une ronéo, mais on crée sur MySpace ou sur DailyMotion. C'est là que se diffusent les cultures visuelles en marge ».

Alors, Internet nouvelle pépinière d’artistes ? Les sites comme MySpace révèlent certes des talents. Ils encouragent aussi des vocations plus ou moins heureuses… 

A_bas_la_socit_spectaculaire_marc_2
Car sur la toile, succès ne rime pas toujours avec talent. Exemple parmi d’autres : le phénomène Lorie. Après avoir essuyé le refus de toutes les maisons de disque, son premier titre « Près de moi », écrit par Johnny Williams et Louis Element, est diffusé gratuitement sur Internet (peoplesound.fr) en 2000. La chanson est téléchargée 15 000 fois en deux mois. Résultat : Lorie signe un contrat avec la maison de disque Epic et son titre sort finalement en single, vendu à plus de 600 000 exemplaires. L’histoire de Lorie, ou comment la popularité crée l’ « artiste ».

A une moindre échelle, c’est aussi Internet qui a permis à la Chanson du Dimanche d’exister.

Le groupe a été popularisé grâce aux sites Dailymotion (La Chanson du Dimanche a plusieurs fois été « vidéo star ») et MySpace. Le principe : une chanson basée sur l’actualité de la semaine, mise en ligne tous les dimanche.

Pour Emery Doligé, une « culture jetable » à mille lieux de la    musique de 68, de ses groupes et de ses titres indémodables.

boomp3.com

Et à se vouloir artistes, certains se prennent même pour des « porn stars » amateurs.

Du sexe!

MyPornMotion, site collaboratif à la manière de DailyMotion créé le 1er décembre 2007, part d’une idée simple : derrière chaque internaute se cache un potentiel « porn amateur ». Chacun peut donc en toute liberté poster les vidéos de ses ébats, avec en bonus, la possibilité de laisser un e-mail en vue d’une rencontre… «On s’est inspiré de l’Américain YouPorn. En France, il y avait une vraie opportunité puisque le secteur n’avait pas encore été exploité », explique l’un des fondateurs de MPM. Résultat, aujourd’hui, le site affiche 75 000 visiteurs par jour, 1 000 0000 pages vues par jour, 20% de croissance des visiteurs par semaine...Un succès qui ne se dément pas et qui traduit une quête insatiable vers le sexe "facile" qu'offre Internet. La preuve d’une sexualité aussi libérée qu’en 68 ?   

Agnès Giard, l’auteur du blog des 400 culs sur le site de Libération, note : « l’un de mes articles les plus lus était consacré à l’absence de sexualité.» Et de conclure «les Français s’intéressent plus au malheur qu’au bonheur ». Ou simplement plus attirés par ce qui les touche ? Car le porno sur le net, « à 99% ça reste encore médiocre et ça s'adresse à des frustrés ».   

Pour Guy Birenbaum, loin d’être une révolution, le succès du « sexe » sur Internet est plutôt inquiétant.

boomp3.com

boomp3.com

On est loin de l’image du sexe joyeux associée à 68 – grande orgie populaire et décomplexée.

Car même au-delà de l’inévitable part de fantasme dans les représentations post-soixante-huitardes de cette « révolution sexuelle », l’idéal était bien là: faire sauter les interdits, obtenir plus de libertés, d'égalité et de tolérance. L’idéal du net ? « Il n’y en a pas. Toutes les pensées s’y expriment, des plus rétrogrades aux plus anti-conformistes », répond Agnès. 

Autant d’utilisateurs que d’utilisations, donc. Et de sexualités que d’individus.

« Internet a permis aux sexualités dites "minoritaires" de sortir de l'ombre », poursuit Agnès. Conséquence: comme en 68, le mythe d'une sexualité unique, "normale", standard s’étiole.

« Avant, les gens étaient isolés. S'ils aimaient se travestir, ou recevoir du martinet sur les fesses, ça pouvait être traumatisant de ne pas pouvoir en parler à d'autres » résume Agnès.

C’est peut-être là la vraie –la seule ? - révolution.

                                                                                                                                                                          Alvin Agades


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Yulgrejes 55 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine