Magazine En France

Il était une fois dans l’Ouest… Poul-Fetan

Publié le 07 juillet 2013 par Lesbottieres

(la suite)

Hum !  Une agréable odeur de cuisine s’échappe d’une des maisons dont la porte est entre-ouverte. On s’approche.

Gwelaouen (1) la maîtresse de maison, tout en discutant avec sa voisine Aziliz (1), est en train de préparer la bouillie de millet.

093

095
 
097

La recette est simple, à base de millet donc, de sucre et d’œufs.

Attention, pour éviter qu’elle n’attache au fond de la marmite, il faut absolument touiller pendant toute la cuisson.

Même par mauvais temps, pas besoin de quitter la maison pour se procurer les principaux ingrédients, le millet est pilé sur place

098

et les œufs ramassés dans les alvéoles du mur à l’intérieur de la pièce…

027

Aziliz nous explique alors le mode de vie dans le hameau

022
 
031

avant de se rendre au lavoir faire sa lessive. Si on veut, on peut l’accompagner.

On veut bien.

Elle retrouve ainsi son amie Maela (1) et, tout en battant leur linge, les deux femmes se rapportent les derniers cancans du village

077

080
 
081

et là, les commérages vont bon train, les oreilles de beaucoup de villageois et villageoises doivent siffler.

083
 
082

079
 
042

Une fois que le linge sera lavé puis séché et blanchi sur pré, il faudra songer au repassage mais ce sera pour plus tard.

016

On laisse nos lavandières et nous nous rendons aux champs.

En passant, petit coup d’œil dans la grange où la crémière est en train de fabriquer le beurre

091

Grosse activité dans les plantations, on y cultive une grande variété de céréales et de légumes

048
 
050

049

Les journées sont bien occupées dans notre petit village et le soir venu, pas besoin de berceuse j’imagine.

Retour à la maison.

Le grand meuble qui occupe la pièce unique du rez-de-chaussée

009

comprend le lit du dernier né (qui dort déjà) mais également à côté, celui des parents

010
 
024

Chut ! Il ne faut pas le réveiller, éloignons-nous sur la pointe des pieds…

°+°+°+°+°+°+°

“Poul-Fetan (56) n’était habité que par une ou deux familles au XVIème siècle.

Au XIXème siècle, cinq familles y étaient encore présentes puis le village s’est peu à peu vidé de ses habitants partant à la ville et bientôt, il fut complètement abandonné et tomba dans l’oubli.

A l’initiative de la commune de Quistinic et d’une équipe de bénévoles, des travaux de réhabilitation furent entrepris entre 1979 et 1992 et aujourd’hui ce patrimoine breton merveilleusement restauré accueille les visiteurs d’avril à septembre.”

058

(1) prénoms fictifs

.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lesbottieres 195 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines