Magazine Culture

Réel(s) : veut-on, oui ou non, montrer la vraie France?

Publié le 08 juillet 2013 par Jean-Emmanuel Ducoin
Quand deux intellectuels s'interrogent sur le décalage entre ce que l'on donne à voir de notre pays et la réalité...
Réel(s) : veut-on, oui ou non, montrer la vraie France?Diagnostic. Quelque chose d’insidieux nous remonte des marges mais aussi du coeur de la réalité française. Quelque chose de volontairement tu, comme un point aveugle de la société dont personne n’ose vraiment parler, faute de diagnostic partagé et d’esprit d’interprétation scientifique. Ce «quelque chose», curieusement, vient d’être pointé avec excellence par deux hommes s’exprimant dans des domaines en apparence très différents. Primo, un entretien étrange et confondant d’ambiguïté de Jacques Lévy, géographe, qui, dans Libération, plaide pour un nouveau «mode de gouvernance des territoires et un nouveau contrat géographique» par ce qu’il appelle une «justice spatiale». Nous pouvons être en désaccord avec le point d’aboutissement de cette expertise, qui peut, si l’on n’y prend garde, conduire à remette en question l’organisation des départements, des communes et, au-delà, de la vision d’idéal républicain de continuité territoriale et de service public comme ambitions essentielles. Secundo, une admirable interview de l’écrivain et photographe Philippe Bordas, donnée à Rue 89, où l’amoureux de cyclisme (re)connu déclare porter le deuil d’un monde perdu et raconte, dans le détail, sa passion trahie à l’aune de l’uniformisation et de la banalisation des performances et des comportements, le «produit» ayant remplacé le rêve jusqu’à l’atrophie de notre Tour de France sacré, rendu à de la consommation sponsorisée. Vous vous demandez: qu’y a-t-il de commun entre ces deux hommes?
Deux idées au fond assez semblables. Le premier dit: «La France est fâchée avec le pays réel.» Le second l’assure: «Le Tour ne veut pas montrer la vraie France.» Nous y voilà.
Ecart. L’un comme l’autre, à leur manière, verbalisent donc ce que nous ressentons confusément depuis des mois. Car les deux sujets ainsi analysés viennent, en effet, du même symptôme. Pour Jacques Lévy, l’hexagone a achevé son urbanisation et, selon lui, les élites continueraient de s’accrocher à une ruralité fantasmée, ce qui entretiendrait des archaïsmes inavouables: pendant qu’on administre une France supposée, une autre poursuit son chemin en accentuant le grand écart. Pour Philippe Bordas, qui n’hésite pas à parler de Céline, de la Commune de Paris, du Peuple du Tour, d’Alfred Jarry et de Thomas Voeckler, nous avons tous oublié que le cyclisme était né dans des pays où la littérature était reine, avec « sa tradition de l’écriture de l’exploit liée à la Grèce, à Pindare, à l’apothéose du geste héroïque » dont la matière « est tragique, romanesque », mais, à force de profanation, une antimagie opère désormais qui a fini par versé la Grande Boucle de l’espace du mythe – la question théâtrale de la temporalité – dans celui du monde marchand. Le constat cruel de Jacques Lévy: «Depuis 1990, l’Insee a élaboré la notion d’aires urbaines pour prendre en compte la périurbanisation. Mais il s’est aperçu que, si on procédait ainsi, il deviendrait patent, à quelques infimes pourcentages près, que toute la population était désormais urbaine. D’une certaine façon, ça ne collait pas avec ce qu’aurait dû être le résultat, une France plus ‘’équilibrée’’ selon la tradition agrarienne. L’institut a donc modifié les critères et, par un coup de baguette magique statistique, a éliminé des millions d’habitants des villes qui en comptent moins de 12.000. Le mythe de la permanence du rural était sauvé.»
Réel(s) : veut-on, oui ou non, montrer la vraie France?L’évidence soulevée par Philippe Bordas: «Le Tour sélectionne la France. Il ne veut pas montrer Paris, les cités, les zones commerciales atroces et interchangeables d’un pays souillé par le commerce de masse. Ils font des repérages absolument invraisemblables pour sélectionner des zones. T’as  pas de ZUP, t’as pas de ‘’ziva’’ en booster, tout est faux ! Aujourd’hui, la représentation du peuple et du néo-peti-peuple, ce sont les cités de France. La vraie physionomie du pays n’est pas montrée. Sauf les ronds-points, c’est le seul truc qu’ils sont obligés de montrer de la France contemporaine.»
Réthorique. Quelle est donc cette volonté qui procède d’une forme de révisionnisme du présent?  L’ambition – manipulatrice – de figurer l’image imposée d’une réalité qui ne l’est pas. Car c’est le réel qu’on peut changer, pas le réel supposé. Nous donnerons ainsi raison à Philippe Bordas (dont le magistral «Forcenés» vient d’être publié chez Folio), quand il accuse la médiacratie par ces mots: «La réthorique enroule son drap sur des écritures imitées de la télégraphie ; les papiers replient au format réduit de l’appareil instantané. Les papiers lentement s’obligent de l’objectif froid, obéissant le gris du code civil et le bref de l’agence de presse.» Comment le dire mieux?
[BLOC-NOTES publié dans l'Humanité du 5 juillet 2013.]

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jean-Emmanuel Ducoin 9787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte