Magazine Séries

Critiques Séries : Dexter. Saison 8. Episode 2. Every Silver Lining.

Publié le 08 juillet 2013 par Delromainzika @cabreakingnews

vlcsnap-2013-07-08-07h10m48s111.png

Dexter // Saison 8. Episode 2. Every Silver Lining.


"You're perfect Dexter". Vogel est devenu en l'espace de deux épisodes l'un des personnages les plus fascinant de toute l'histoire de la série. Charlotte Rampling est étourdissante et a réussi à nous offrir ce que l'on était en droit d'attendre d'une série comme Dexter. Je ne sais pas vraiment ce qu'il faut attendre de la suite de la série mais pour le moment elle me surprend et ce dans le bon sens du terme. Il n'y avait de d'effets de styles spéciaux dans cet épisode contrairement au précédent. Et "Every Silver Lining" abandonne curieusement les excès de colère de son héros, mais c'est avant tout pour se concentrer sur la relation entre Dexter et Evelyn. Evelyn va révéler à Dexter qu'elle est l'instigatrice du code et qu'elle a aidé Harry a canalisé les pulsions de Dexter. J'ai bien aimé la révélation, un peu comme si Vogel devenait maintenant une mentor pour Dexter. La grande question que l'on est cependant en droit de se poser c'est pourquoi maintenant ? Elle a toujours voulu être dans l'ombre et maintenant elle a besoin de l'aide de Dexter pour éliminer les menaces qui pèsent sur sa personne alors qu'elle a toujours tout fait pour aider des serial-killer en herbe à se soigner.
Tous les échanges entre Dexter et Vogel sont absolument magiques. Ils donnent à la série un cachet différent. En tout cas je ne pouvais clairement pas rêver mieux. Surtout lorsque Vogel parle du fait que les psychopathes sont les Alphas de la race humaine, qu'ils sont des cadeaux qu'il faut préserver. C'est assez pervers comme réflexion. Mais aussi réaliste, surtout quand elle dit qu'il y a un gêne psychopathe chez tous les grands hommes du monde aussi bien politiciens que grands patrons. Dexter prend également petit à petit conscience du fait qu'au fond il est différent. Ce n'est pas un psychopathe comme les autres. Vogel est en train de le comprendre alors qu'il peut ressentir des sentiments. Il aime sa soeur et elle est bien plus importante à ses yeux que tuer. C'est assez paradoxal avec la nature de Dexter finalement. Mais et si Dexter avait été conditionné à devenir ce qu'il est ? Finalement, peut être qu'au fond il n'a rien d'un tueur. C'est assez étrange ce qu'il se passe avec la série et la manière dont la psychologie prend de plus en plus de place.

vlcsnap-2013-07-08-07h17m27s11.png
Et j'adore car les scénaristes manient les personnages avec malice. Cette orchestration revient à l'essence même du héros qu'est Dexter. Je suis cependant très content de voir que les personnages gravitant autour de Dexter évoluent également. Comme Deb que Dexter va devoir protéger alors qu'elle a assassiné de sang froid le tueur qui avait été engagé pour éliminer son petit ami de couverture. Nous avons également cette histoire que Dexter entretient avec son nouveau boulot. Je me demande comment cet homme jouera l'avenir de Deb. Mais cela ne peut pas bien se finir. La série n'oublie pas non plus Quinn dont la relation avec la soeur de Batista devient de plus en plus complexe. D'une part car Quinn pense toujours à Deb (et Deb pense toujours à Quinn comme nous le montre la fin de cet épisode) et d'autre part car Batista aimerait bien que Quinn soit quelqu'un d'important, et non pas un petit flic à la mord moi le noeud pour sa soeur. Il rêve mieux pour elle. Et il a raison.
Le tueur de la saison, le "Brain Surgeon" était presque arrêté jusqu'au moment où l'on se rend compte qu'il y a quelque chose de bien plus complexe. Dexter cache quelque chose d'assez surprenant mine de rien dans cette saison. On est assez loin du classique que la série nous offre depuis ses débuts. Cette fois c'est quelque chose de différent dans le sens où ce n'est pas un tueur qui est proche de Dexter mais bel et bien une psy, celle qui l'a créé.
Note : 9/10. En bref, cette dernière saison de Dexter est tout ce que j'aime dans la série pour le moment tout ce dont je pouvais rêver.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines