Magazine Santé

HÉPATITE B: On ne la connait pas mais elle est plus proche qu'on ne croit – BMC Public Health

Publié le 09 juillet 2013 par Santelog @santelog

En France, ce sont plus de 280.000 porteurs du virus et 1.500 décès annuels. L’hépatite B, une épidémie au virus cent fois plus contagieux que le VIH reste pourtant bien mal connue des Français. Cette analyse de l’étude Knowledge, Attitudes, Believes and Practices (KABP) publiée dans le BMC Public Health et relayée par l’Institut de veille sanitaire, documente pour la première fois les connaissances, perceptions et pratiques des Français vis-à-vis de l’hépatite B et en regard du VIH. Des résultats qui tombent à pic, à quelques jours de la prochaine Journée mondiale contre l’hépatite dont le thème est «  Plus proche qu’on ne croit  ».

HÉPATITE B: On ne la connait pas mais elle est plus proche qu'on ne croit – BMC Public Health
Menée auprès de plus de 9.000 personnes âgées de 18 à 69 ans résidant en France métropolitaine, l’étude KABP confirme que l’hépatite B reste bien moins connue que l’infection à VIH, tout comme ses modes de transmission, sexuelle et par usage de drogues, pourtant bien connus quand il s’agit du VIH :

Ainsi, quand on parle du virus de l’hépatite (VHB),

·   10% des Français ignorent que le VHB peut se transmettre en partageant une seringue,

·   30% des Français ignorent que le VHB peut se transmettre lors de rapports sexuels sans préservatif.

Seule une minorité va se faire dépister : Alors que le dépistage reste encore trop inégal pour le VIH, c’est pire pour le VHB. Ainsi, 27 % des personnes interrogées indiquent avoir été dépistées pour l’hépatite B vs 61 % pour le VIH au cours de la vie. Pourtant la crainte d’une hépatite virale se situe au même rang que celle du sida (20 %) et celle d’être contaminé par le virus de l’hépatite B est supérieure à celle liée au VIH : 8 % des personnes se déclarent plus à risque de contamination par le VHB vs 4 % par le VIH. Enfin, près de 150 000 personnes en France sont porteuses du virus de l’hépatite B sans le savoir.

Une couverture vaccinale incomplète : Les répondants les plus à risque vis-à-vis de l’hépatite B (usagers de drogues, personnes originaires de pays de forte endémicité 2) déclarent avoir été vaccinés pour 55 % d’entre eux. Rappelons qu’en  cas de vaccination incomplète contre l’hépatite B, même avec 6 ans de retard, l’intérêt d’un rattrapage tardif avec une 3ème dose a été confirmé. Car en France, la vaccination contre l’hépatite B des populations ciblées par les recommandations vaccinales reste encore très insuffisante : la vaccination contre l’hépatite B est déclarée par 47% des répondants-supérieure à celle estimée en population. La couverture vaccinale contre le virus de l’hépatite B (3 doses) de 42% chez les adolescents âgés de 15 ans et de 39% chez les enfants âgés de 11 ans, de 51% à 24 mois. 9 % des répondants indiquent ne pas savoir s’ils se sont fait vacciner…

Des progrès restent à faire dans l’amélioration des connaissances, mais aussi pour augmenter le dépistage et la vaccination des personnes les plus à risque.

Source: Communiqué InVS et BMC Public Health 13 June 2013 doi:10.1186/1471-2458-13-576 Hepatitis B knowledge, perceptions and practices in the French general population: the room for improvement (Visuels NIH)

HÉPATITE B: On ne la connait pas mais elle est plus proche qu'on ne croit – BMC Public Health
Accéder aux dernières actualités sur l’Hépatite B


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine