Magazine France

Féministe ET catholique : Adoptons la Woman Attitude

Publié le 13 juillet 2013 par Bravepatrie

Le féminisme des soixante-huitardes a vécu. Les femmes de ce nouveau siècle, enfin libérées du carcan de la libéralisation sexuelle, sont fières de prôner le renouveau du féminisme, une petite révolution : s’épanouir à la maison.

Les valeurs de notre Brave Patrie ont, une fois de plus, été piétinées cette semaine par la dictature socialiste : Inna Shevchenko, la dangereuse activiste, chef de file et fondatrice des FEMEN, aurait en effet obtenu le statut de réfugiée auprès de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides.

Il n’est pas inutile de rappeler que cette hystérique est coupable de plus d’un crime comme le rappelle cet assidu lecteur du Figaro :

JPEG - 46.3 ko

Le féminisme selon cette exhibitionniste se résume ainsi à lutter contre le sexisme, l’homophobie, la prostitution et la religion ! Rien de moins…

Parce qu’elle ne sait pas se tenir, Inna -qui a pourtant beaucoup à offrir-ne pourra jamais espérer faire un mariage en blanc

">

Parce qu’elle ne sait pas se tenir, Inna -qui a pourtant beaucoup à offrir-ne pourra jamais espérer faire un mariage en blanc

">

Parce qu’elle ne sait pas se tenir, Inna -qui a pourtant beaucoup à offrir-ne pourra jamais espérer faire un mariage en blanc

">

Parce qu’elle ne sait pas se tenir, Inna -qui a pourtant beaucoup à offrir-ne pourra jamais espérer faire un mariage en blanc

">

Parce qu’elle ne sait pas se tenir, Inna -qui a pourtant beaucoup à offrir-ne pourra jamais espérer faire un mariage en blanc

">JPEG - 109.7 ko
Inna Shevchenko

Parce qu’elle ne sait pas se tenir, Inna -qui a pourtant beaucoup à offrir-ne pourra jamais espérer faire un mariage en blanc

A l’heure des média à la botte du lobby gay et « gender », il est temps de reprendre nos tabliers et le rouleau à pâtisserie pour réaffirmer que la femme -si elle veut prendre le pouvoir- doit rester à la maison, tenir son foyer et se rendre disponible comme savaient le faire nos grands-mères.

Telle Jeanne d’Arc en son temps une femme, seule, essaie de faire entendre sa voix, à contre courant de la propagande des grandes chaînes et des magazines cathophobes. Féministe catholique et fière de l’être, elle a créé http://womanattitude.com/, un site que l’on consulte déjà assidûment du Vésinet à Saint Nicolas du Chardonnet.

Le féminisme a-t-il vraiment libéré la femme ?

Ce site merveilleusement didactique rassemble tous les sujets qu’on évoque souvent entre copines, après la messe.

Avant la peste libertaire de 68, la femme trouvait des informations utiles en librairie

">

Avant la peste libertaire de 68, la femme trouvait des informations utiles en librairie

">

Avant la peste libertaire de 68, la femme trouvait des informations utiles en librairie

">

Avant la peste libertaire de 68, la femme trouvait des informations utiles en librairie

">

Avant la peste libertaire de 68, la femme trouvait des informations utiles en librairie

">JPEG - 133.2 ko
Collection / Marabout Flash

Avant la peste libertaire de 68, la femme trouvait des informations utiles en librairie

Ainsi, on y apprend grâce à une étude norvégienne que le partage des tâches favorise le divorce ! Bien que les Gender osent affirmer le contraire, c’est bien la femme et non l’homme qui est naturellement douée pour entretenir la maison, s’occuper des enfants et surtout assurer le bien-être de son mari. La mère de famille accomplie est ainsi libérée de la pression sociale que porte seul l’homme, comptable des commandes Cyrillus, de l’école privée et des vacances d’été à La Baule.

Une évidence que Valérie Pécresse a d’ailleurs défendue en déclarant lors d’une interview aux journal des femmes : « Pensez-vous que le plus grand nombre sont les pères qui ont envie de changer des couches ? ( … ) cela sera socialement mieux vécu par les entreprises de voir les pères s’impliquer dans des problèmes un peu plus compliqués ».

Il reste maintenant à cette représentante de la droite, trop souvent laxiste sur ces sujets, à traduire ses paroles en actes et reprendre sa place au sein de son foyer en se retirant de la vie politique si néfaste à l’équilibre familial.

Les féministes catholiques se battent pour faire entendre leurs voix dans les médias aux mains d’un lobby gay pourtant bien gaulé.

">

Les féministes catholiques se battent pour faire entendre leurs voix dans les médias aux mains d’un lobby gay pourtant bien gaulé.

">

Les féministes catholiques se battent pour faire entendre leurs voix dans les médias aux mains d’un lobby gay pourtant bien gaulé.

">

Les féministes catholiques se battent pour faire entendre leurs voix dans les médias aux mains d’un lobby gay pourtant bien gaulé.

">

Les féministes catholiques se battent pour faire entendre leurs voix dans les médias aux mains d’un lobby gay pourtant bien gaulé.

">JPEG - 86.9 ko
Christine Boutin en Jeanne d’Arc (allégorie)

Les féministes catholiques se battent pour faire entendre leurs voix dans les médias aux mains d’un lobby gay pourtant bien gaulé.

Après 40 ans de dictature féministe-crypto-communsite, le féminisme catholique s’impose enfin à tous. En effet, que s’est-il passé depuis que les gauchistes lesbiennes ont brulé leur soutien-gorge ? Leurs seins sont tombés. Elles ont exigé et obtenu indépendance et liberté sexuelle, avec l’aide complice de cet organe néfaste aux femmes qu’est l’ONU.

Résultat dans la France de 2013, le taux de fécondité s’effondre et les taux d’avortement et de divorce augmentent. La presse féminine décadente porte une lourde responsabilité en colportant des pratiques réservées autrefois aux prostituées et aux invertis. Heureusement, il reste Christine Boutin, une femme qui a su concilier mariage et famille pour dénoncer ces déviances, régulièrement présentées en modèle pour nos enfants.

Car cimenter le couple, comme le rappelle justement l’auteur de « womanattitude », c’est être à l’écoute de son mari avant tout en anticipant ses envies. Et ça n’est pas en s’imposant des rapports dégradants que la femme sauvera son couple. Autant d’inepties répétées à l’envie, loin de servir la cause des femmes, nuisent, de surcroît, à la santé publique. La féministe catholique doit se réconcilier avec son corps, loin des diktats pornographes, car elle sait au plus profond d’elle-même, que c’est à genoux –en priant - qu’elle atteindra la plénitude.

NDLR : Nous remercions @JosphineBaker qui a bien voulu nous ouvrir son intimité intellectuelle avec ce billet.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bravepatrie 83 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte