Magazine Médias

Le gouvernement Ayrault contre la concurrence, au détriment des Français

Publié le 22 juillet 2013 par Copeau @Contrepoints

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault s'oppose systématiquement à la concurrence. Première victime, les Français, qui paient pour ce capitalisme de copinage.

Par Erwan le Noan et Frédéric Sautet (*).

Le gouvernement Ayrault contre la concurrence, au détriment des Français
Avec l’été mûrissent les projets du gouvernement : restriction des auto-entrepreneurs et mise à dos des "poussins", contraintes supplémentaires sur les voitures de petite remise, réglementation des drives et de l’éclairage nocturne… la chaleur estivale retrouvée suscite visiblement la fièvre régulatrice. Ces projets confirment que non seulement le gouvernement est l’ennemi de la concurrence, mais surtout qu’il s’inscrit dans la longue lignée dirigiste française par laquelle les élites, "insiders" partisans du statu quo, bloquent toute évolution positive.

Colbertisme oblige, la politique économique française n’a jamais été réellement animée par un souci de défense de la concurrence libre. Dès qu’un régime alternatif se développe pour sortir des pesanteurs de l’économie administrée, par exemple dans les transports ou encore la distribution en ligne, l’État s’empresse de le menacer et de tenter de le réduire au silence.

Cette logique s’explique principalement par du "capitalisme de copinage" qui lie les intérêts privés aux finances publiques. Ce "cronyism" est l’incarnation actuelle du corporatisme français qui prit son plein élan au XIXe siècle dans les Grandes Écoles. Son ambition, régulièrement exprimée, est de cesser de privilégier les consommateurs pour protéger plutôt les producteurs. En clair, il s’agit d’ériger des barrières artificielles sur les marchés pour donner des rentes aux industriels. Dans ce combat, le gouvernement reçoit le soutien sans faille de grands "capitalistes", amis de l’État, comme Messieurs Beffa ou Gallois, prompts à solliciter une baisse du coût du travail et, dans le même temps, plus de subventions publiques.

Ce dirigisme est renforcé par une approche paternaliste qui n’est pas nouvelle – Turgot décrivait déjà l’étatisme en ces termes – et qui considère que la puissance publique serait mieux placée que les consommateurs ou les citoyens pour savoir ce qui est bon pour eux-mêmes. Alors que des auto-entrepreneurs aux start-ups, l’économie française semblait animée d’une énergie créatrice, la coalition corporatiste des rentiers est en train d’avoir raison de ces révolutions silencieuses. À coups d’interdictions, l’État tutélaire nie le libre choix, interdit la comparaison et étouffe toute concurrence.

Dans le domaine éducatif, le gouvernement conforte l’affectation centralisée et autoritaire des élèves à travers une carte scolaire injuste et que tout le monde essaie de fuir. Mais personne n’échappe au monopole de l’Éducation nationale ! Dans les transports, il entame une guérilla contre les "véhicules de tourisme avec chauffeur", plébiscités par les utilisateurs, et se fait le défenseur des taxis, bénéficiaires d’une protection aussi dépassée qu’inefficace pour la collectivité.

Quant à la vente en ligne, ultime bastion de l’activité entrepreneuriale, elle tente de résister à l’interventionnisme. Alors que la vente de médicaments sur internet est en passe de devenir une réalité, un projet d’arrêté du gouvernement veut encadrer celle-ci en imposant des contrôles de prix. Encore une fois, le corporatisme fait mouche aux dépens des consommateurs.

La concurrence peut être difficile pour certaines entreprises établies, mais elle est surtout dangereuse pour ceux qui en sont légalement protégés. Au final, ces politiques sont néfastes, car en limitant systématiquement la concurrence, le gouvernement réduit la capacité d’adaptation d’une France brisée par un excès de réglementations. Il construit des barrières qui tuent la dynamique économique : l’innovateur se heurte à des règles inutiles, l’entrepreneur n’est plus stimulé. La création régresse, la croissance s’étouffe.

Cette stratégie n’est pas porteuse du redressement économique. Le gouvernement prétend multiplier les protections, alors qu’en réalité il distribue les privilèges. En garantissant des forteresses abritées à quelques secteurs improductifs, il organise la redistribution des richesses des entrepreneurs et des actifs vers les bénéficiaires de rentes étatiques, les "pillards" dont parlait Ayn Rand. Qu’il les finance par des subventions ou qu’il leur permette de maintenir des prix surélevés, le gouvernement assure leur financement sur le dos des consommateurs et des citoyens. On est très loin de la justice promise par le Président lors de son élection.

(*) Erwan Le Noan est consultant en stratégie, Frédéric Sautet est professeur d'économie à l'université catholique de Washington.

---
Paru initialement sur Le Cercle Les Échos.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte