Magazine Environnement

Un entrepreneur construit des villages pour les SDF

Publié le 22 juillet 2013 par Idealmag @idealmag2

Rillieux-la-Pape.Pour résoudre le problème de l’hébergement hivernal des SDF, un entrepreneur veut créer des villages de conteneurs démontables d’un hiver sur l’autre. « Pour ramener les sans-abri vers une certaine dignité » explique-t-il.


Même Auteur ou Sujet Leader français de la gestion d’aire d’accueil des gens du voyage, Alain Sitbon vient de se lancer sur le marché de l’hébergement d’urgence. Avec un concept de villages de conteneurs pouvant accueillir 80 SDF sur un terrain de 2 500 m ². « L’hiver dernier, j’ai visité Dachau pour voir comment étaient traités les déportés. Puis, de retour en France, j’ai visité les gymnases où l’on accueillait les sans-abri. J’ai trouvé ça inhumain, je me suis dit que ça ne pouvait pas durer » assène l’entrepreneur basé à Rillieux D’où l’idée d’aménager des conteneurs, un mode d’hébergement qui commence à se développer en France. Avec trois conteneurs de 12 mètres assemblés, Dom’ici, le nom du projet, se veut une sorte d’hôtel bon marché. « La personne a son lit, ses sanitaires, une douche sur le palier et peut s’installer avec son chien si elle le veut » détaille Alain Sitbon. « Elle est comme chez elle dans cette chambre ». Des chambres pour deux, pour des familles de cinq et pour un handicapé sont également proposées dans le projet Dom’ici. Le bâtiment est isolé, chauffé, présentant au final un confort se rapprochant des chaînes d’hôtellerie à bas prix. « Le but est de ramener ces personnes vers une certaine dignité, alors qu’on les loge parfois dans des hôtels qui ne sont même plus en conformité ».

Alain Sitbon va démarrer dans les jours qui viennent la transformation de cinquante conteneurs sur son site de Rillieux. Mais il est loin d’être acquis que les premiers soient installés cet hiver. « J’ai rencontré le préfet à l’égalité des chances du Rhône cet été, mais je n’ai pas eu de nouvelles » confie Alain Sitbon. « Je sais qu’on me reproche de ne pas avoir de terrain. Mais les terrains ne peuvent venir que des collectivités ou de l’État, puisque mes villages s’installent sur une friche ou un terrain en attente de permis de construire. Il faut deux jours pour les installer, une journée pour les enlever ». Contactée, la préfecture du Rhône n’a pas souhaité s’exprimer pour l’instant. Il semble qu’elle se dirige vers un hébergement dans des bâtiments existants pour cet hiver. « De toute façon, ici ou ailleurs, je sais que le concept sera installé l’hiver suivant » promet Alain Sitbon.

François Guttin-Lombar (source )


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Idealmag 46330 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte