Magazine Humeur

Hidalgo : je ne suis pixelle que vous croyez !

Publié le 22 juillet 2013 par Delanopolis
Dans ses délires circulo-artistiques la mairie de Paris a lancé à titre expérimental - c'est à dire définitif en novlangue delanoide - de nouveaux marquages au sol censés protéger vélos et piétons. Cinq types au total qui requièrent un doctorat en sciences cognitives pour en apprécier l'efficacité ... Hidalgo : je ne suis pixelle que vous croyez ! De quoi s'agit-il ?

"De marquages au sol innovants pour signaler aux usagers leur présence dans une zone apaisée.

En accord avec la DSCR (Direction de la Sécurité et de la Circulation Routière) et l’AITF (association regroupant plusieurs villes de France), cinq familles de marquages au sol sont expérimentées depuis juin dans plusieurs zones 30 et zones de rencontre " explique la mairie.


1 - Les portées

La portée consiste à inverser le principe du passage piéton : c’est le véhicule qui traverse sur des lignes blanches. Elle se compose de trois fois trois bandes fines en zone 30 et d’une fois 5 bandes fines en zone de rencontre. Le rappel est réalisé par la répétition d’un module issu du passage piéton de la zone 30, disposé sur la chaussée ou à cheval sur le trottoir et la chaussée.
Hidalgo : je ne suis pixelle que vous croyez !
Hidalgo : je ne suis pixelle que vous croyez ! Les rectangles (ci-dessus)

Les rectangles sont issus du passage piéton usuel que l’on a effacé en partie. Il est amputé d’un tiers dans les zones 30 dans sa partie centrale, il n’en reste que les extrémités dans les zones de rencontre. Le rappel est réalisé par la répétition d’un module issu du passage piéton de la zone de rencontre. Il est disposé en ligne de rive ou en serpent sur la chaussée.
Hidalgo : je ne suis pixelle que vous croyez ! Les clous

Ils font partie de l’Histoire du passage piéton à Paris mais aussi en France. Ils sont proposés soit avec de vrais clous, soit réalisés par des ronds de peinture blanche. Ils sont identiques en zone 30 et en zone de rencontre. Le rappel est réalisé par la répétition de ronds blancs de même dimension que ceux adoptés pour les passages piétons. Ils sont disposés en ligne de rive ou en serpent sur la chaussée
Les pixels (voir première photo)

Ils offrent une alternative plus proche de l’art de la rue (sic).

Ils sont préférentiellement prévus pour les zones de rencontre et peuvent être associés à une autre famille de marquage, comme les rectangles par exemple. Le rappel peut être identique à celui prévu pour les passages piétons de la famille des rectangles.
Hidalgo : je ne suis pixelle que vous croyez ! Les lettres

L’initiative vient de Strasbourg, l’inscription Zone 30 s’insère dans les bandes blanches du passage piéton usuel. Ils sont exclusivement prévus pour les zones 30 et peuvent être associés à une autre famille de marquage pour les zones de rencontre."

Fin de la citation !!!
Les citoyen(ne)s concern(ée)s et écoresponsables sont convié(e)s à donner leur avis sur ces sophistiqués dispositif via le site Paris.fr

On touche ici à l'essence même du delanoisme : à la demande de plus en plus grande de démocratie authentique qui s'appliquerait à de vrais choix urbains, on offre un ersatz grotesque sur des sujets périphériques. Les décisions importantes sont prises dans l'ombre et on communique sur des problèmes anecdotiques.

On mesure à quel point la com' est la nouvelle forme du déni démocratique et comment elle pollue la politique parisienne. Le choix du nom du futur espace hip-hop des Halles en a été un autre exemple récent.

Avec au surplus ce petit côté ridicule et kitsch qui est la marque de fabrique de l'hidalgo-delanoisme en reflux.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delanopolis 92749 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines