Magazine Politique

Intermède

Publié le 26 juillet 2013 par Karedig @Karedig_GA
 
INTERMÈDE
 
Vacances découpées en rondelles : après une semaine passée (traditionnellement)  à Marseille et avant de prendre l'avion pour un autre soleil, je me retrouve en transit chez moi à Paris. Ce n'est pas la première fois que je me retrouve ainsi pendant les congés d'été chez moi, je ne m'y sens pas en vacances et je n'arrive pas à oublier ce qui m'entoure si proche, le boulot. Je n'ai pas voulu avoir deux téléphones portables, un personnel et un professionnel, mes poches ne sont pas extensibles. Trois fois aujourd'hui j'ai reçu un appel professionnel, appels que je n'ai pas décroché mais que j'ai écouté par la suite par acquis de conscience : des vétilles, rien qui ne justifiait de chercher à me joindre aujourd'hui...
Pour profiter de ce moment rare où je suis chez moi et que rien n'est obligé, comme tout le monde je me dis que je vais faire des choses que je ne fais jamais à Paris, visiter un musée, profiter du dézonage de la carte Ratp pour aller flâner extra-muros, que sais-je encore ? Mais rien. Même lire me fatigue. Alors comme le chat qui, sous la chaleur, se transforme en carpette sur le parquet, je reste vautré à glander toutes fenêtres ouvertes à espérer qu'un orage fasse taire l'insupportable rumeur vespérale des terrasses de restaurant. Demain j'aurai bien une idée, quelque chose à faire. Ou peut-être pas. Raconter des choses sur mon blog, mais il n'y a rien de joyeux à raconter, rien que le spectacle de la haine, de ce meurtre au Cameroun ou de ces insupportables photos de tortures et d'humiliations de jeunes gays en Russie. Alors on fait semblant d'oublier et l'on rêve des plages à venir, loin de tout ça. Loin de vous.
 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Karedig 11 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines