Magazine Bourse

Adapter ses stops à la volatilité & trading contrarien

Publié le 26 juillet 2013 par John

Ramech écrit :
j’ai essayé une approche contrarienne en prenant en compte plusieurs indicateurs courts et moyens termes. J’obtiens suivant calcul un pourcentage dans un sens ou l’autre. Via cette aide, le marché n’est pas mal appréhendé, mais mes entrées se font souvent sortir par un + bas suivi du rebond. Je suis preneur de conseils tels que dernièrement le range moyenne afin de définir un stop.

En effet, le trading contrarien peut être profitable avec un risque bien maitrisé, mais le timing est d’une importance majeure. Je vous renvoie vers l’Axiome #2.

Un trader doit avoir des règles précises et protéger son capital, d’autant plus en trading contrarien. On ne contre pas un marché parce qu’on pense qu’il a trop monté ou trop baissé ! Paul Tudor Jones, trader d’exception, explique ceci dans Les secrets des grands traders de Schwager (livre à lire absolument) :

« Pour être un bon trader, vous devez être un trader contrarien […] En douze ans, j’ai souvent raté le milieu de tendance, mais j’ai attrapé beaucoup de creux et sommets. Le contrôle du risque est l’élément le plus important en trading. Il ne faut pas se focaliser sur la manière de faire de l’argent, mais sur la protection de son capital. La règle la plus importante en trading est d’être très bon en défense, pas nécessairement en attaque. »

Le calcul du range moyen se fait simplement en prenant la différence entre les hauts et bas de chaque jour, et en calculant la moyenne sur les 14 derniers jours. Pour les techniciens, cela diffère de l’ATR qui prend en compte les gaps comme faisant partie du range. 

Les traders swing chercheront à placer des stops  entre 50% et 100% du range moyen (soit entre 27.5 et 55 pts à l’heure actuelle sur le FCE). Il vous donne une indication du stop idéal par apport à la volatilité. Autrement dit, si en ce moment vous voulez prendre un mouvement sur plusieurs jours avec un stop à 10 pts ça risque d’être compliqué.

Pour les traders intraday, le range moyen sera aussi précieux. Prenons le range actuel (55 pts), nous somme en fin d’après-midi, le range du jour est de 60 pts et le marché est proche des hauts du jour, les cours forment des divergences et des pics de volumes, nous pouvons utiliser cela pour contrer le mouvement avec de bonnes probabilités de réussite.

Si en revanche, nous avons acheté au courant de la journée dans une optique de trading intraday, nous arrivons à 50-60 pts de range en fin de journée, on resserrera le stop et on n’hésitera pas à prendre les gains sur un signal contrarien.

Cependant, je ne suis pas en train de vous dire que dès qu’on dépasse la moyenne il faut contrer le mouvement. Dans les journées fortement directionnelles le range peut faire plus de 200-300% de la moyenne. Ces journées sont en général indicatives d’un changement de caractère des intervenants et les contrer peut couter cher. La journée du 23 avril 2013 est un bon exemple. En général on peut identifier ces phases directionnelles avec 1/ des divergences qui s’accumulent tout au long de la journée 2/ des supports ou résistances qui freine à peine la tendance 3/ des volumes au-dessus de la moyenne.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


John 164 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines