Magazine Médias

GDF-Suez exige de pouvoir massacrer librement des aigles

Publié le 26 juillet 2013 par Copeau @Contrepoints

GDF-Suez refuse d'entendre l'avis de la Société Royale de Protection des Oiseaux contre un nouveau champ éolien en Grande Bretagne.

Un des aspects les plus bizarres et les plus dérangeants de l'hégémonie actuelle de l'idéologie politique écologiste est d'accepter de massacrer oiseaux et chauves souris à grande échelle, dont des espèces rares comme les aigles, par préférence pour l'éolien. GDF-Suez en fait de nouveau la démonstration.

GDF-Suez exige de pouvoir massacrer librement des aigles

Aigle royal

Le noyau dur de l'idée écologique, c'est de protéger la nature. De ce point de vue, l'idée d'utiliser des éoliennes est, clairement et simplement, mauvaise. Les écologistes sincères ne devraient pas une minute envisager ce choix. Non seulement l'éolien ne fait rien pour protéger la nature, mais en plus, il utilise plus de ressources naturelles et industrielles pour produire chaque unité d'électricité que les méthodes déjà utilisées, et encore, il menacerait la santé humaine, et tue des oiseaux et chauves souris littéralement par millions.

Un des mystères de cette affaire est donc que les associations de protection de la nature en général, et des oiseaux en particuliers, restent si silencieuses sur ce point qui est pourtant leur unique raison d'être. On est dans une phase étrange où les protecteurs des oiseaux acceptent leur massacre, au nom d'une cause plus haute appelée "sauver la planète", pour favoriser une industrie qui ne fait rien pour la sauver, bien au contraire.

Cela serait-il enfin en train de changer et le vent serait-il en train de tourner ?

Une hirondelle ne fait pas le printemps selon l'expression consacrée, mais un signe encourageant vient de se produire : la RSPB, Royal Society for the Protection of Birds, fait entendre sa voix, et s'élève contre la construction d'éoliennes industrielles dans un des sites européens ayant la plus grande densité d'aigles. La RSPB déclare :

Cette proposition démontre un mépris complet et parfait pour l'environnement. Construire des éoliennes si près de sites de reproduction d'aigles royaux pourrait causer des dégâts à long terme significatifs pour les populations locales et nationales de cette espèce iconique.

Malgré cette opposition, GDF-Suez insiste pour ériger 39 nouvelles éoliennes meurtrières sur le site de Beinn Mohr. À l'âge du règne de la "responsabilité sociale d'entreprise", on ne peut qu'être effaré, pour les actionnaires et les employés de ce géant industriel, d'une si forte prise de risque d'image. Qu'en sera-t-il quand on trouvera dans la presse les prochaines photos d'aigle sectionné, associé au nom de ce leader mondial de la production d'électricité ? Quel coût cela représentera-t-il en perte de valeur, et quel coup cela portera-t-il à l'image du groupe dans son ensemble ? Ce risque a-t-il réellement été suffisamment analysé et soupesé ? Il est permis d'en douter.

---
Lire aussi :

  • L'éolien industriel n'est pas écologique
  • Un jeune aigle coupé en deux par une éolienne (Attention, choquant)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte