Magazine Mode

Foxhound Exclusive SOMIX for SOJEANS

Publié le 26 juillet 2013 par Jhblog

English version at the bottom of this post.
Cette fois-ci, pour notre rubrique SoMix, nous avons demandé un mix tape à un  groupe jeune ma qui nous a intrigué et parfois ça nous suffit.

Salut les gars! Avant de commencer laissez moi vous expliquer pourquoi nous avons décidé de faire cette interview. L’une de nos collègues, un fana de Soundcloud, vous a repéré lors de l’une de ses sessions «recherche musicale» quotidiennes. Pourquoi pensez-vous être sorti du lot?
Nous sommes enchantés! Nous ne sommes pas vraiment le genre de personnes à passer du temps sur un ordinateur à faire un site internet même si nous savons qu’internet est le meilleur moyen de promouvoir notre musique! Heureusement, au cours de l’année précédente, on nous a beaucoup aidé dans la création de notre site et on commence à découvrir tous les secrets du web!

Deux petites questions: pourquoi avez-vous choisi le nom Foxhound? Et pourquoi avoir appelé votre album Concordia?
Le nom du groupe a tout simplement été trouvé en feuilletant le dictionnaire! C’était il y a plusieurs années déjà, en 2006 si mes souvenirs sont bons. Nous étions encore des enfants et après plusieurs après-midis passés à chercher, nous sommes tombés d’accord sur Foxhound. Depuis, il n’a jamais changé.
L’histoire derrière le nom de l’album est bien plus récente (Mai 2012) et plus compliquée. Nous voulions un nom ayant du sens pour nous, et il s’avère que Concordia en a. Tout d’abord, c’est un mot qui est beau et qui sonne bien, qui véhicule une image et un concept de paix et d’harmonie qui nous fascine tous. De plus, ce mot est indissociable d’un tragique accident ayant eu lieu lorsque nous cherchions le nom de notre album (un ferry appelé «Concordia» venait de couler lors d’un accident causant 30 morts). Cela était donc en accord avec ce qu’il se passait dans la vraie vie. Voici la raison et la façon dont nous avons choisi le nom.

Foxhound Exclusive SOMIX for SOJEANS

En mai dernier, vous avez joué au Primavera sound festival où, comme toujours, l’affiche incluait des musiciens connus. En lisant la liste des artistes prévus par ordre alphabétique, nous sommes tombés sur un certain Four Tet juste au-dessus de votre nom, pour ne mentionner que lui. Comment avez-vous vécu cette expérience? Etiez-vous nerveux? Une petite anecdote drôle à nous raconter?
Ce festival auquel nous avons eu la chance de participer a été une expérience incroyable! Nous avons passé la semaine entière à Barcelone (où nous avons joué 4 fois) et nous avons vécu la vie là-bas comme des musiciens, chose que nous adorons. Participer au plus grand festival au monde est quelque chose qui nous a rendus fiers et nous a donné encore plus envie de travailler sur notre musique et de s’améliorer. C’était vraiment incroyable de partager la scène et les coulisses avec des artistes venant du monde entier et de faire partie d’une aussi belle programmation ! Bien sûr nous étions excités et très nerveux avant chaque représentation, nous étions conscients de l’importance de cet événement. Mais la pression redescendait immédiatement une fois sur scène. Et le public nous écoutait et dansait sur notre musique! C’était vraiment excitant!
Vous voulez une anecdote? C’est probablement le premier jour que le moment le plus drôle s’est déroulé, à la première du festival. Nous devions jouer à 21h sur la petite scène, la Smint Stage, et le coursier devait venir nous prendre à 20h. Malheureusement, elle avait mal compris l’adresse et au bout de 40 minutes, comme elle n’était toujours pas là, nous avons décidé de prendre un taxi – en demandant au chauffeur d’aller le plus vite possible. Nous sommes arrivés à 21h pile, nous avons couru sur scène, branché nos instruments et nous avons commencé à jouer: ce n’était pas un début très relaxant!

Lorsque l’on écoute votre album Concordia, on peut repérer un large panel de styles de musique, généralement catalogué comme «post-punk» ou «nouvelle vague», etc. Pourtant, j’ai lu dans l’une de vos interviews, l’année dernière, que vous vouliez explorer de nouveaux horizons comme le dubstep. Est-ce toujours d’actualité? Quels sont les artistes que vous trouvez les plus intéressants?
En effet, cela est toujours d’actualité. Concordia n’est que la première étape de notre long voyage musical, en tout cas on l’espère. Nous n’écrivons pas réellement nos musiques en fonction de comment elles vont sonner. Un grand nombre d’influences diverses et variées nous viennent à l’esprit quand nous écrivons nos morceaux.  Notre but est de les rassembler pour créer quelque chose de nouveau et peu importe si ça ne ressemble pas à quelque chose de connu. Nous ne voulons pas laisser l’opportunité à ceux qui nous écoutent de nous cataloguer.
Des artistes très différents les uns des autres nous inspirent, nous ne pouvons donner que quelques noms pour expliquer à quel point nous sommes influencés par la musique nous écoutons. En plus des groupes que nous avons eu la chance d’entendre à Barcelone, Tame Impala, Animal Collective, aussi bien que Tinariwen, Grizzly Bear, mais aussi Django Django ou Dan Deacon nous ont vraiment impressionnés. Dans la vie de tous les jours, nous écoutons des choses très diverses, allant de l’afro au jazz en passant par le classique et la house.

Comment avez-vous travaillé sur la création de cette bande? Y avait-il un leader ou était-ce un travail de groupe? Y a-t-il un concept, une idée, ou bien est-ce simplement votre instinct à la recherche de mélodies que vous aimez et qui sonnent bien ensemble? Si vous deviez donner un titre, quel serait-il?
Nous aimons travailler ensemble et c’est ce que nous avons fait pour cette bande. Evidemment, chacun a sa propre influence mais, comme nous le faisons en écrivant nos chansons, nous mettons en commun afin d’essayer de créer quelque chose que nous aimons. Plus nous sommes et plus il y a d’idées, de compétences et de couleurs.
Pour cette bande, nous avons décidé de rassembler les influences principales qui nous guident quand nous jouons et nous avons donc décidé de donner à ce travail le nom de «Gasuli» car c’est l’endroit où nous avons partagé nos idées et où nous en avons fait des chansons.

Foxhound Exclusive SOMIX for SOJEANS

Sur quoi travaillez-vous actuellement? Quels sont vos projets?
Nous avons passé les derniers mois à écrire de nouvelles paroles qui seront sur un album qui devrait, je l’espère, sortir début 2014. C’est très passionnant, nous passons beaucoup de temps ensemble à jouer, sans limite quelles qu’elles soient. Nous essayons de créer une atmosphère et des sons que nous aimons ainsi que des paroles qui nous correspondent.

Pour finir: Joy Division ou Talking  Heads?
Choix difficile! Notre passé aurait envie de dire Joy Division. Nous avons passé notre adolescence à écouter du punk, du post-punk et de wave (nouvelle vague). D’ailleurs certains d’entre nous ont également joué dans un groupe appelé «control» qui rendait hommage aux chansons de Joy Division. Et en 2011, nous avons eu l’opportunité de jouer sur la même scène que Peter Hook. Mais c’était la fin d’une ère pour nous. Notre présent et notre futur ressemblent plus à l’univers de Talking Heads: des ambiances funky, rythmées, chaudes et entrainantes!

Andrea Spagnolo


English translation with the help of
 Barbara Csanyi


English version

The new mix tape of the SoMix collection comes from a young band. They made us curious and sometimes it can be enough.

Hi guys, to start off we’d like to share with you how we got to do this mix tape and this interview. One of our colleagues in the editorial staff who is a complete “Soundcloud addict”, found you during one of her daily listening and searching sessions. What can you say in your defense?
We’re glad this happened! We are not really the kind of guys who love spending their time on computers building websites, but we know that internet is the most powerful way to promote our music! luckily during the last year some guys helped us building our website and explained us how to cure the web part, and we’re slowly learning to do that!

Two little questions…Why did you choose the name Foxhound? And why did you call your album Concordia?
The name of the band was chosen many years ago – I guess it was 2006 – just looking up in the dictionary. We were just kids and after some afternoons of research we decided that Foxhound had to be the official name of the band. And we never changed it.
The story behind the name of the album is more recent (May 2012), and more complex. We were looking for a word that had some meaning to us, and Concordia has it. First of all it is a word that is beautiful and sounds good, that communicates an idea and a concept of general peace and harmony that fascinates us. Moreover the word is associated to a tragic episode that had just taken place when we chose the name (a big ferry called “Concordia” had just sunk, in a stupid accident, causing 30 deaths), so it was dealing with something that had some relevance in real life. That’s how and why we chose the name.

You played at Primavera sound festival in May where as usual, the line-up included some big names and many well-known musicians. As reading through the artists listed in alphabetical order on the festival’s website, we saw right before you there was a certain Four Tet, just to mention one. What kind of experience was it? Were you nervous? Any funny anecdote?
The festival and the experience we had the opportunity to live were just unbelievable. We stayed the whole week in Barcelona (played four gigs), and really lived the city as musicians, that is something we loved. Being part of the best festival in the world is something that made us proud and gave us even more enthusiasm to continue working on our music and improving. Sharing the stage and the backstage with artists from every corner of the planet and being part of such a huge line up was unbelievable. Of course we were excited and we were feeling nervous before every show, we were conscious how big the event was. But we weren’t really expecting much to happen after that so the pressure just vanished as soon as we got on the stage. And people were actually listening and dancing to the music we were playing!  really thrilling!
The funniest episode is probably what happened the first day, on the premiere of the festival. We had to play at 9 p.m. On the small Smint Stage, and the runner was supposed to come and pick us up at 8 p.m. But she understood a wrong address and in the end at 8.40 p.m , since she hadn’t showed up yet, we decided to get on a cab and – telling the driver to hurry as fast as possible – we reached the venue just at 9 p.m., ran to the stage, plug the instrument and started playing: not a relaxing start!

When listening to your album Concordia we can relate with very broad music styles, usually categorized as “post-punk” or “new wave” etc. but I read in one of your interviews – about one year ago – that you want to explore other territories like dubstep (?!). Are these plans still working or not? Which are the artists and the scenes that you currently find the most interesting?
Of course they are. Concordia is just the first step of what we hope will be a long journey in music. We’re not really writing music knowing in which way the songs we’re composing will sound. A very large number of different and various influences come to our mind when we’re writing our tunes, and our aim is to fix them together to create something new, that doesn’t have to sound necessarily in a homogeneous way. Not giving the possibility to those who listen to categorize our music is what we’re aiming to do.
The most diverse artists are inspiring us, we’re not able to give just some names to explain how much our minds are influenced by the music we listen to. Among the guys we had the luck to listen to in Barcelona, Tame Impala, Animal Collective, as well as Tinariwen, Grizzly Bear, but also Django Django and Dan Deacon really impressed us. In our everyday life we listen to the most diverse things, from afro to jazz, from classical to house music.

How did you work for creating this mix tape? Was there a delegate or is it a group work? Is there a concept or an idea, or is it simply your instinct in searching tracks that you love and sound well together? If you should give it a title, what would it be?
We like working together and so we did for this mix tape. Obviously everyone has his own influences but, as we do when we write new songs, we put them together trying to create something that we like.
Many people means many ideas, more skills and colors. For this mix tape, we decided to collect the main influences that guide us when we play and so we decided to name this work « Gasuli » because that’s the place where we will be able to share our ideas and turn them into songs for a new album.

What you are working on now? Any future projects?
We’ve passed the last couple of months writing new material that will be part of an album that is hopefully coming out in early 2014. it’s really exciting, we’re spending a lot of time together, just playing, without any kind of limit. We’re trying to create atmospheres and sounds that we like, and lyrics that we feel like ours.

The last thing, Joy Division or Talking Heads?
Hard question. Our past is saying: Joy Division. We passed our adolescence listening to punk, post-punk, and wave. In particular, some of us also played in a tribute band called “Control” that was covering Joy Division’s tracks. More, in 2011 we had the opportunity to play on the same stage on which Peter Hook was playing. But that was the end of a period. Our present and future looks much more like Talking Heads, funk, rythm, warm and dancy atmospheres is what we’re going to!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jhblog 1728 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines