Magazine Culture

Découverte de crânes de forme allongée en Russie

Par Memophis
  cranes allongés © Inconnu Il n'y a pas si longtemps, en Kabardino-Balkarie Russie, on a découvert deux tombes contenant les restes des personnes avec des crânes, ce qui paraît normal, mais c'est un euphémisme ; de forme allongée, leur longueur est plus grande que la taille habituelle de près de la moitié. 
Cette découverte est le résultat du site archéologique du Caucase du Nord. Le crâne à forme allongée a été exposée pendant de nombreuses années dans les grandes expositions de plusieurs musées du Caucase du Nord. Ils sont, par exemple, dans le Musée national d'Ossétie du Nord-Alania et dans le musée historique de Kislovodsk . Les crânes sont exposés de manière permanente. Selon le directeur adjoint du musée (Igor Lachinova), ils sont exposés près de l'entrée du musée depuis le début des années 1970. 
« Les crânes ont été trouvés lors de fouilles archéologiques à proximité de Kislovodsk, remontent aux environs des VII-X siècles de notre ère » dit Lachinov. « Peut-être que l'une des raisons d'une telle distorsion artificielle, est un indicateur d'appartenance à une famille noble, mais c'est juste une supposition, car il n'existe aucunes preuves documentaires. Une chose est sûre, ces pratiques qui changent la forme des parties du corps se trouvent dans différentes parties du globe ». 
Le candidat des sciences historiques Sergey Savenko, directeur du musée Piatigorsk, un des plus anciens dans le sud de la Russie, possède également une collection de crânes allongés. Les plus anciens vestiges remontent à l'Age du Bronze Moyen. La troisième remonte au début du deuxième millénaire avant JC. 
C'est la première fois qu'il rencontre une déformation crânienne artificielle. Le second peut être décrit à partir du IIe siècle avant JC (période de Sarmatian Late). « Les archéologues ont fait de nombreuses découvertes dans les tombes appartenant à l'ère des Alains dont 70 % ont un crâne allongé. Quant à la géographie, à la déformation artificielle du crâne trouvé dans les tombes tout le Caucase du Nord, il y a des conclusions similaires dans certaines parties de l'Asie et même en Amérique latine ». 
La déformation se concentre, explique Savenko, de différentes façons. Il dépendait de la technique d'exécution, et cette tendance « long-headed », est né, on peut le supposer, dans « l'élite » locale et se répand peu à peu dans la population comme une mode. cranes allongés © Inconnu Les versions de l'extension artificielle du crâne un peu prêtres plus probable, ont été initialement lancés : 
« La déformation du crâne affecte le cerveau, ce qui permet aux prêtres de tomber dans un état de transe ». 
Ils croyaient que les prêtres communiquaient avec les puissances supérieures. Et puis cette mode se répandit comme une mode. Il est à noter que dans certaines anciennes sources Sarmates, les tribus iranophones, liée aux Alains en langue et en culture, étaient parfois appelés « longue-tête ». Comment parvenir à une telle forme ? 
Sur cette question, Sergey Savenko à également la réponse. La version officielle est que à un âge précoce, presque immédiatement après la naissance, tandis que le crâne ne se construit pas, la tête du bébé s'allonge avec le rituel du tannage des cuirs, décoré de perles, fils, pendentifs. Ils le portaient aussi longtemps que les os se renforçaient. Le crâne prend une forme imposante et grandi avec l'homme. Mais il y avait, souligne le chercheur, une déformation artificielle associée avec le processus naturel ; une tradition de peuples turcs emmaillotait leurs bébés. Une telle règle dur a donné un résultat inattendu, la tête du bébé, couché immobile dans un fort emmaillotage de bois, obtient finalement une longue taille... 

Source   

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Memophis 2303 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte