Magazine Afrique

Crazy Ghana! Jusqu'ici tout va bien

Publié le 28 juillet 2013 par Busuainn_ezilebay @BusuaInn_Ezile
Crazy Ghana!  Jusqu'ici tout va bienGhana ! Crazy !Crazy Ghana ?Crazy life in Ghana...
Jusqu'ici tout va bien (This is also Ghana !) ! Jusqu'ici tout va bien ! Un mantra très populaire et galvanisateur (même si, bien sur, la peur n'évites pas le danger...).
Aujourd'hui, m'en vais vous livrer une tranche de vie (bien toastée, moelleuse et croustillante).
Alors que les médias du Ghana (et d'ailleurs aussi) annoncent la réparation du pipeline de gaz qui fournit le pays venant du Nigéria (oui, car par un mystère épais, le gaz est nécessaire à la production d'électricité), nous venons de passer 48 heures sans électricité, à Busua (après 3 semaines complètes sans courant au mois de juin, notre bon vieux générateur montre des signes de fatigue bien compréhensibles étant donné son grand âge et les services rendus). Il semblerait que le barrage d'Akosombo, sur le lac Volta (le plus grand lac artificiel au monde), à l'est du Ghana soit très bas. Les turbines installées dans le lac produisent une grande partie de l’électricité nationale.
Donc, générateur en vrac-un-peu, fonctionnant de manière intermittente (et à bon escient, assez pour remplir le réservoir d'eau, ben ouiais ! Pas d'électricité, pas de pompe, pas d'eau dans le tank = douche au seau, mais douche-quand-même), jusqu'ici tout va bien !
Après une nuit somme toute agréable vu les températures actuelles, vers 9h, grand chef revenant au Ghana, je me dirige vers ma voiture pour aller chercher Patwon à l'aéroport (vol intérieur uniquement pour l'instant, très pratique !) de Takoradi.
La voiture refuse de démarrer, toussote, clignote (elle me rappelle le générateur...). Après avoir ouvert le capot et triturer la batterie (mes connaissances en mécaniques, s'arrêtent à peu prés là), sous les yeux attentifs des chauffeurs de taxi, chacun y allant de son conseil, certains voulant même joindre mots et gestes, m'exhortant de taper ici ou là, à grand renfort de clefs et marteaux sortis de je ne sais où...La notion et concept de solitude n'existent pas ici.
Après plusieurs tentatives de démarrage, refusant poliment et fermement les propositions de taper, enlever, gratter etc (me souviens encore de cette idée lumineuse de remplacer mon liquide de frein, sur l'antédiluvien trotros que nous avions à l'époque, par... Du savon ! Remarquez en panne en brousse, nous avons acheté de l'huile de cuisine et prudemment nous sommes retournés à bon port)., je décidai de prendre notre bon vieux pick up tracteur (et à moteur!). Voulant ouvrir le pick up avec la clef.... Celle ci reste coincée dans la portière... J'avais oublié que les portes ne fermaient plus ! Le temps file, la durée du trajet pour l'aéroport est de 40 mn... Allez hop, plan c déclenché. Je fais alors appel à un de mes conseillers es mécanique et chauffeur de taxi, au demeurant, pour me rendre à Takoradi.
Jusqu'ici tout va bien ! Jusqu'ici tout va bien !
Suis à présent en retard... Mais, comme nous sommes au Ghana, de dysfonctionnements en dysfonctionnements tout fini par se rétablir... Le vol en provenance d'Accra est...reporté à une heure plus tard. Je suis donc en avance ! Et une fois de plus, « yàpasdeproblème yàquedessolutions » se vérifie, jusqu'à la prochaine... Qui ne saurait tarder !
Jusqu'ici tout va bien ! Jusqu'...
Du coup, je comprends vraiment le « un peu un peu » fréquemment employé (et mis en acte) au Ghana, qui se vérifie partout, à tous les niveaux de la société, quelques soient les statuts et fonctions. Profiter des bonheurs, de tous les bonheurs de la vie, quand et comme ils se présentent, ne pas bouder son plaisir et surtout, en la matière, point de procrastination !
Ne pas remettre à demain, car, en fait, de quoi demain sera t il fait ? Et demain y aura t il ?Ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien !
Apprécier les moments de la vie, savoir les (re)connaitre, les voir et les faire siens avec bonheur et si possible, avec un large sourire. C'est un état d'esprit d'une grande sagesse..Car après tout, le bonheur est quand même un drôle d'état... On se rend compte qu'il étais là alors que déjà il s'en va. Passé du bonheur au passé, au bonheur au présent..
Jusqu'ici tout va très bien, bien, bien.
La philosophie ghanéenne (en tous cas, pour nombre de ghanéen(ne)es que je connais, côtoie) est toute autre. C'est ici, maintenant, sissia sissia, now et faisons tomber les obstacles et fuir les nuages menaçants, instantanément. Alors, évidemment quand on est salarié (ou employeur comme bibi) cette manière de voir et de vivre, amènes des situations par moments contradictoires. Point de périls, des petits « scrafougnages » malencontreux, parfois à contre-temps, allegro !
Par exemple, quand une salariée raccompagne une amie venue rendre visite : très bien. Maintenant, quand c'est en plein service du petit déj', ça coince un brin...
De même que la Tantie venue dire bonjour ou encore que la petite sœur venue chercher les clefs de la maison familiale, (toutes affaires cessantes évidemment).
Et on en revient, encore une fois avec ce temps élastique si spécifique à l'Afriqueet ce rapport spécifique aux temps(pour les autres continents, je ne connais pas suffisamment pour m'avancer). Le très pas ou très peu partage des temps des individus. Peut être est ce du au faible taux de salariat et de la division du travail ?
Allez ! Hop ! Les temps sociaux, familiaux, de travail, tous dans le chaudron de la vie ! Et faites moi bouillir tout ça ! Manquerait plus que ça tiédisse !
Avanti la vie !Viva (crazy) Ghana !Jusqu'ici tout va bien !Bien.Bien !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Busuainn_ezilebay 3753 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines