Magazine Voyages

Et sinon la Réunion ne te manque pas?

Publié le 29 juillet 2013 par Theworkingmum @theworkingmum1

Cinq mois que nous sommes rentrés en métropole, quatre mois que nous avons ré-emménagé chez nous sur Paris, presque quatre mois que nous avons trouvé notre rythme avec la crèche et la (re)découverte de la capitale, un mois que super-papa-chéri a fini sa formation et est revenu définitivement à temps complet… Et la question "la Réunion ne te manque pas?" arrive de plus en plus souvent dans les discussions. Presque deux ans là bas, dans l’océan indien, à se baigner dans ces eaux turquoises, à se prélasser sous l’ombre des arbres de la flore tropicale…

La plage du lagon à l'Ermitage

La plage du lagon à l’Ermitage où il faut se baigner avec un masque! De beaux poissons et un risque requin zéro!

Plage de Boucan Canot

Plage de Boucan Canot où on ne se baigne pas vraiment (risque requin très important)

Bébé, à l'aise à la plage avec le sable et la mer...

Bébé, à l’aise à la plage avec le sable et la mer… Logique c’est son terrain d’apprentissage!

La cascade des 3 bassins

La cascade des 3 bassins, je m’y suis baignée plusieurs fois malgré le froid (17 degrés environ)

Les flamoyants à la Réunion

Ils jaillissent de partout en décembre… Pour le plaisir des yeux! C’est le flamboyant, l’arbre typique réunionnais

Une des nombreuses cascades présentes à la Réunion

Une des nombreuses cascades présentes à la Réunion

Le surf, un sport qui décline à la Réunion (risque requin)

Le surf, un sport qui décline à la Réunion (risque requin)

NON, LA VIE A LA RÉUNION NE ME MANQUE PAS DU TOUT!!

Oui, j’ai adoré la vie là bas mais parce que je savais que ça n’avait qu’un temps.

Je peux enfin laisser du pain ou des gâteaux sur le plan de travail de la cuisine sans que la colonie de fourmis débarque en entier (sans que cela soit le bazar non plus)

J’ai oublié ce que c’était que d’avoir des moustiques toute la journée et toute la nuit qui rodent en faisant du bruit (et même si tu en tues, il y en a 30 autres minimum à tuer aussi!) et je t’épargne les gros cafards volants qui ont un radar détraqué et qui ne t’évitent même pas

J’ai l’impression qu’on oublie de me compter des articles quand je passe aux caisses du magasin… Enfin, des prix raisonnables! Je peux oublier parfois l’achat systématique des produits de premier prix et marque de distributeur

Je découvre ma fille avec sa cousine, sa mamie, sa tata… Bref, ma fille qui noue des liens, mets des noms sur des visages, sur des envies de voir untel ou untelle

Je varie beaucoup plus les activités car la vie parisienne offre énormément d’attractions pour les enfants et bon nombre sont accessibles en poussette sans que la voiture soit utilisée systématiquement

Je retrouve le plaisir d’avoir un chez moi que je peux décorer, réaménager comme je le veux avec une vraie chambre pour ma fille

J’ai aimé le printemps, quand les fleurs éclosent (quel romantisme), les oiseaux chantent… Toute la variété de la nature de métropole m’a manqué, avoir des saisons aussi, la diversité des paysages et cultures des différentes régions… Accessibles en quelques heures seulement en train (pas de transport en commun sur l’ile ) les cars jaunes mais… Teste et on en reparle

;-)

J’adore remettre mes bottes et mes jeans, vestes, jupes et collants… Qui m’ont fait me sentir plus sexy juste en les mettant!!

Quel plaisir de ne plus avoir besoin de mettre la clim’ pour pouvoir dormir, se sentir au frais (j’en viens à penser qu’il vaut mieux avoir froid que chaud, y a plus de solutions!) et ne pas transpirer dès le réveil ou même au sortir de la douche!

Tout ceci peut sembler dérisoire. Il y a bien sûr des raisons plus sérieuses: le rythme de super-papa-chéri (plus jamais, ja-mais, on refait le même!), la culture (t’accroche ou pas, ça ne se décide pas), la vie chère, l’éloignement de la famille et des amis…

On pourrait croire que la météo m’aurait mis un coup au moral avec cet été qui a tardé à venir? Même pas! Il fait dire que j’ai connu l’été pendant presque deux ans non stop alors j’ai mon quota. Nous sommes sorties tous les jours , oui même avec cette météo car il ne pleut pas tout le temps non plus. Oui, je me suis faite avoir par les giboulées de mars en mai et après? Je suis bien en petite veste

:-)

Quand je pense à la Réunion, j’ai toujours l’idée d’une ile magnifique pour des vacances ou même une expatriation de quelques années mais je garde surtout en tête tous ces moments que j’ai passés avec ma fille, mes nouvelles copines (certaines y sont encore) avec qui ont a tellement parlé de bébés, du rythme de vie de maman, de la reprise ou non du travail, de la Réunion, de la météo par rapport à la métropole (on se voyait tous les jours avec certaines, des airs de Sex and the city mais avec mouflets), des amitiés si vite créées. C’est un peu de nostalgie mais une nostalgie qu’on a tous quand on repense à des bons moments dans sa vie. La nostalgie, c’est bien mieux que les regrets!

Amibiance au cirque de Salazie

Ambiance au cirque de Salazie

Vue sur le cirque de Mafate depuis le piton Maïdo

Vue sur le cirque de Mafate depuis le piton Maïdo

La rivière des galets depuis la canalisation des orangers

La rivière des galets depuis la canalisation des orangers

Verre bouteille: une des plus courtes mais une des plus belles!

Verre bouteille: une des plus courtes randos mais une des plus belles!

Chaque année, les baleines à bosse viennent s'accoupler et mettre bas dans les eaux de l'océan indien

Chaque année, les baleines à bosse viennent s’accoupler et mettre bas dans les eaux de l’océan indien
© S.Delaspre

La Réunion m’a aussi offert deux grosses émotions dans ma vie: l’observation de baleines et le cyclone Dumile où j’ai été très impressionnée par le bruit de chaque arbre qui se déracinait sous la force du vent.

Je ne te parle même pas des randos ou balades où chaque fois tu poses ton regard, tu te dis que c’est magnifique. C’est vrai que je vois plus ma future ville me faire ressentir ce sentiment… Peut-on vraiment avoir tout ce que l’on veut??

Car même si je suis bien ici, l’atterrissage n’a pas été facile et ce qui m’a frappée en sortant "c’est gris", "y a trop de monde", "tout le monde tire la tronche". Alors on réfléchit, on cogite sur ce qui est possible, ce qu’on aimerait… Comment rendre nos rêves ou une partie réalité pour ne rien regretter mais sans laisser de plume (ou trop). C’est ça l’avantage de l’expatriation, une fois que tu l’as fait une fois, tu peux le refaire (enfin si tu en as envie), tu sais que tu as les épaules pour. Tu connais les travers, à quoi il ne faut pas te fier pour décider de rester ou non…

Il faut que j’avoue aussi à l’atterrissage avoir eu besoin de rester un bon mois avec la famille, à un rythme cool (décalage, météo, reprendre ses marques) avant d’avoir à nouveau l’envie de voir du monde, de retrouver mes amis… J’ai d’ailleurs mis plusieurs jours avant de reprendre un numéro de téléphone métropole. Cela peut paraitre étrange car c’est une des choses qui te manque le plus les amis… Chaque chose en son temps en somme!

Avoir tenté cette expérience, c’est me dire que tout est possible (ou presque soyons honnête et pas dans les phrases bateau) si on s’en donne les moyens: je pensais ma vie tracée sur Paris avec mon CDI… Aujourd’hui, j’ai l’impression que rien n’est tracé. Parfois excitant, parfois angoissant!

Tu as connu la même chose suite à une expatriation ou non d’ailleurs!? Sur quel sujet?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Theworkingmum 2867 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine