Magazine France

Les vacances de Valérie Trierweiler

Publié le 30 juillet 2013 par Juan
Elle est en vacances, mais sans lui. Et ses vacances font inévitablement jaser. Il fallait s'y attendre. En politique, on appelle cela un contre-feu. Certains, comme celui-ci, s'éteignent tout seuls.
Valérie Trierweiler est quelque part en Grèce, dans un hôtel cinq étoiles, le Barcelo Hydra Beach Resort, à Thermisia, d'après le magazine Closer.
Les vacances de Valérie Trierweiler Un séjour payé par elle-même, à en croire quelques proches. De surcroît en promotion. Sur internet, en pleine saison et sans réservation, la nuité se trouve entre 160 la chambre et 800 euros le bungalow, un vrai scandale !
Mais il fallait bien que certains à droite s'imaginent tenir là un filon suffisant pour faire oublier les travers de leur ancien mentor: les voyages privés payés en marge des déplacements officiels, les multiples allers-retours en jets présidentiels entre le Cap Nègre et l'Elysée, les invitations par quelques richissimes amis et le soupçon de conflit d'intérêt que cela créé. La question posée par les pratiques estivales de notre ancien monarque n'était pas tant de savoir où il partait en vacances mais d'évaluer la confusion des intérêts public/privé et l'utilisation détournée des fonds publics.
Pour certains, à droite, il fallait aussi oublier l'une des toutes récentes révélations de la cour des Comptes. Ce repère de gauchistes anti-sarkozystes eut la maladresse de clore le dernier bilan des dépenses de Nicolas Sarkozy par une nouvelle peu ragoutante: le site internet spécialement construit pour Carla Bruni quand son époux était président de notre République a coûté environ 410.000 euros aux contribuables français en 2011 et 2012. L'ex-chanteuse a réagi par avocat interposé, expliquant qu'il s'agissait de la page Web qui lui était consacré sur le site de l'Elysée.
On sourit, on pleure.
Valérie Trierweiler dérange un peu plus que Carla Bruni: elle n'est pas mariée civilement, cela choque les bonnes âmes, ça fait couiner dans quelques chaumières qui restaient silencieuses en Sarkofrance.   Si elle passait devant le maire avec son compagnon, les brailleries cesseraient peut-être. Pour l'heure, elle doit donc s'habituer à la chose. Un évadé fiscal et quelques députés UMP s'acharnent à s'interroger sur le coût pour la République de ce concubinage pas très catholique.
La démarche est à peine moins misérable que ses auteurs.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Juan 53856 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte