Magazine

Transclusion

Publié le 30 juillet 2013 par Adamantane

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f2/Jean_Mi%C3%A9lot%2C_Brussels.jpgNon, la transclusion n'est pas une conclusion transcendentale...

C'est en fouinant dans les pages d'aide consacrées au tout nouvel éditeur visuel de WikiPédia [1] que vous découvrirez ce mot.

De même que Monsieur Jourdain prosait sans le savoir, lorsque vous semez des alias {2] dans vos dossiers informatiques, vous transclusionnez sans le savoir. En effet, ouvrir l'alias, de quelque dossier que ce soit, appelle un fichier source unique, le seul qui soit modifiable. Ces copies virtuelles engendrent un grande économié de moyens et un substantiel gain en volume mémoire.

Transclusion et lien sont les deux outils de codage qui distinguent l'hypertexte [3] du texte.

Le lien, une fois activé, fait apparaître, soit sur l'écran lui-même (la fameuse fenêtre popeupe, ou bien une autre zone de l'écran) soit sur un autre écran un autre élément d'information autonome, texte, image, son, vidéo ou autre. Les notes de bas de page peuvent être typographiquement traitées par lien symétrique : cliquer sur le numéro de note renvoie physiquement à la note (économie du défilemen) et depuis la note cliquer sur le numéro renvoie au point de départ.. Je n'ai pas choisi cette option sur ce blogue...

La transclusion, elle, est si j'ai bien compris  implicite. Tel ou tel paragraphe du texte, par exemple, a sa source stockée ailleurs en tant que texte. Modifier le texte source modifie ce paragraphe dans tous les textes qui y font appel, un peu à la manière de la définition d'un style dans une feuille de style. Celles des images illustrant ce blog qui sont puisées dans le fichier illustrations du portail adamantane résultent de transclusions. Si je modifie l'image (c'est à dire associe une autre image à la même adresse URL), alors l'image sera changée sur le blog et sur les pages des autres sites associés au portail...

En pratique, tranclusion = inclusion par  tranfusion...

Pour revenir sur le thème de la néologisation, le mot a été forgé en anglais, mais rien n'interdit, vu l'étymologie de ses composants, de l'adopter tel quel en français. Les espagnols écrivent transclusión. Les allemands et les danois  transklusion. Les portugais transclusão. Les polonais transkluzja

Crédits : L'illustration est insérée par transclusion depuis WikiMédia Commons. Ce moine copiste - les travaux des copistes avaient des ressemblances avec les hypertextes ; la typographie de la revue Planète, due à François Richaudeau, s'isnspira ouvertement de la structure des manuscrits médiévaux -  est Jean Miélot, secrétaire, scribe et traducteur de Philippe le Bon

[1] Je sais, cela s'écrit Wikipedia, mais d'une part cette manière d'écrire avec un P me rappelle la syntaxe Wiki d'origine, et d'autre part le é me semble judicieux ouïe la prononciation usuelle du mot.

{2] Alias est le nom MacOS d'un concept que Windows nomme raccourci.

[3] Attention, hypertexte est un VIP (Vocable Insidieusement Polysémique). En effet, outre l'acception chère aux informaticiens et autres webmaistres (une variante orthographique ne fait pas de mal, de temps en temps...) , il y a l'acception antérieure due à de distingués  linguistes, tels que Gérard Genette et les suivants...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Adamantane 72 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte