Magazine Asie

"Rive Gauche" de Kyoto.

Publié le 11 juin 2013 par Nanae

Dans la ville de Kyoto, on compte 11 arrondissements, y compris Ukyo-ku (arrondissement "droit") et Sakyo-ku (arrondissement "gauche").

Selon les points cardinaux, vous imagineriez que l'arrondissement "droit" se situe à l'est et "gauche" à l'ouest.

Au contraire.

L'arrondissement "droit" se trouve vers l'ouest de Kyoto, et "gauche" au-delà de la rivière Kamogawa, c'est-à-dire vers l'est.

Pourquoi ce renversement ?

Pour répondre à cette question, il faut remonter jusqu'à l'époque Heian, où la capitale japonaise a été construite.

En Chine et en Corée, l'empereur gouverna vers le sud autrefois. Le Palais Impérial de Kyoto a été édifié selon la construction du capital Chôan de la Chine. Sa résidence royale s'oriente donc au sud, elle aussi, comme celle du Céleste Empire. Ainsi, à partir du siège impérial qui donne sur le sud, on nomme l'arrondissement de l'ouest "droite", et celui de l'est "gauche".

Voilà, c'est pouquoi on appelle Ukyo-ku(droite) et Sakyo-ku(gauche) inversement.

Il y a un mois (déjà!), j'ai servi de guide d'un couple parisien pour les faire visiter "la Rive Gauche" de Kyoto.

C'est-à-dire, l'arrondissement "gauche" et l'arrondissement "higashiyama".

J'appelle ce quartier "Rive Gauche", parce qu'il se situe à "gauche" de Kyoto d'après le point de vue impériale, et en plus, parce qu'il ressemble au quartier latin avec des établissements intellectuels comme Université de Kyoto et Institut Franco-Japonais.

Pour commencer, on a d'abord visité Ginkakuji, le temple d'argent.

Par rapport au temple d'or, le Pavillon du Soleil, on peut l'appeler "le Pavillon de la Lune".

Ce sanctuaire a été construit par le shôgun Yoshimasa Ashikaga, en tant que son refuge.

Yoshimasa, petit fils du shôgun Yoshimitsu qui avait édifié le temple d'or, a trôné à l'âge de 14, et en avait marre de la lutte sanglante pour le pouvoir ; il voulait donc de la tranquillité pour sa retraite.

Et pourquoi "le Pavillon de la Lune" ?

C'est parce que Yoshimitsu aimait la lune, et il s'est fait construire ce pavillon pour l'admirer : du rez-de-chaussé, il a vu la lune monter, et du premier étage, il a contemplé le reflet lunaire sur l'étang.

En comparaison de temple d'or, le temple d'argent n'a pas de feuilles argentés du tout.

Sur ce point-là, c'est normal que tout le monde se demande pourquoi.

À époque où le temple d'or a été bâti, le shogounat Muromachi était en pleine prospérité, tandis qu'à la période du temple d'argent, il s'est mis à décliner  à cause de la guerre ônin, et on avait tendance d'aimer la tranquillité et la discrétion, en un mot, le zen.

C'est pourquoi le temple d'argent n'est pas aussi brillant que le temple d'or, et qu'il a l'air plutôt paisible.

Nous, on a visité juste le lendemain de la GW, une semaine de vacances, et il y avait très peu de touristes.

On a pu donc savouré le vrai charme de son atmosphère zen.

Dans son jardin, on peut se promener en admirant les mousses.

On a fait ce jardin de mousses par référénce à celui du temple Saihô-ji, temple de mousses très renommé, qui est extrêmement difficile à visiter (réservation à l'avance par carte postale-réponse est obligatoire).

Donc si vous n'arrivez pas à réserver le temple de mousses, c'est bien de visiter le temple d'argent. 

Ensuite, on a marché au long du chemin de philosophes.

On l'appelle comme ça, car Kitaro Nishida, philosophe de l'Université de Kyoto, se promenait ce chemin en s'aborbant dans la méditation.

Mais aujourd'hui, on dirait le chemin des chats, car on en a vu plusieurs !

Pour parcourir tout le chemin, il faut environ une demie heure.

Après 30 minutes de promenade paisible, on a abouti au temple Eikando, connu pour ses belles feuilles rouges en automne.

Ici, vous renconterez les sept merveilles :

- un moineau manqué sur l'imposte : autrefois, il y en avait 10, mais on ne compte que 9.

- un prunier restant : avant, il y avait une forêt de pruniers, et le moine Eikan a donné des prunes aux pauvres, mais maintenant, il n'en reste qu'un.

- l'escalier-couloir en forme de dos de dragon : cet escalier-couloir ondule comme le dos de dragon, mais il s'est fait sans un clou.

- les aiguilles de pin qui se ramifie en trois : ces trois pointes représentent réspectivement intelligence, miséricorde et sincérité.

- grenouille qui coasse comme gong en bois : on entend un grenouille coasser comme gong en bois, mais personne ne l'a vu.

- statue d'Amida échappée à l'incendie : les quatre autres statues ont été brûlées à l'occasion de la guerre ônin, et cette statue est la seule survivante.

- les sables qui brillent devant la porte de messager impérial : ces sables brillent en reflétant la lune, et on en profitait en tant que lumière.

Cependant, ce qui est le plus mystérieur, ça doit être la statue de Buddha qui se tourne vers gauche.

D'après l'anecdote, lorsque le moine Eikan faisait le pélerinage, le Buddha est apparu devant lui, et s'est tourné ver ce bonze pélerin pour l'encourager en lui disant : "Vous êtes lent !"

Quand vous visiterez ce temple, cherchez ces mystères vous-même ! Ça sera amusant !

Ensuite, on a jeté un coup d'œil au temple Nanzen-ji.

On a monté sur la terrasse de la porte Sanmon comme l'autre jour, et a admiré le paysage pitresque !

Et puis, après avoir mangé le déjeuner de tofu, on est arrivé au temple Shôren-in.

C'est un sanctuaire qui a un grand rapport avec la famille impériale du pays du soleil levant.

Jusqu'à l'ère Meiji, le poste de chef des moines a été occupé par un prince du sang. De plus, lors de l'incendie du palais impérial à l'ère Edo, l'empereur d'alors s'est réfugié à ce temple et y séjournait provisoirement.

Ici, les bâtiments sont très distingués, et les pièces de tatami sont merveilleuses avec les portes (fusuma) peintes par Ki-yan.

Que c'est magnifique, ces images de fleurs bleues !

C'est un peintre plein d'esprit rock qui a dessiné ces œuvres tout à fait splendides.

Si possible, je voudrais lui demander de peindre pour ma maison aussi... (Oui, je sais que je demande l'impossible ! snif !)

Shôren-in veut dire "le temple aux lotus bleus". On dirait donc "le temple bleu", par rapport aux "temple d'or" ou "temple d'argent".

Dans le jardin, vous pouvez vous promener.

Dans ce sanctuaire, il y a du bon air, et je me sentais revitorée.

Notamment, j'ai beaucoup aimé ce jardin que vous verrez au-dessous avec deux arbres : oranger sauvage à "droite" et ceriseir à "gauche", selon le point de vue impériale !

L'oranger sauvage, arbre à feuilles persistantes, représente la longevité, et le cerisier symbolise l'intelligence.

L'univers où on sent l'éternité...

Pour finir, je les ai emmenés à l'atelier/boutique de tissus indigos à la demande de nos visiteurs :

Aizen Kobo

Vous trouverez ici les tissus, les écharpes, les manteaux etc, qui sont tous indigos non chimiques.

Madame de cet atelier sait parler l'anglais couramment, et également un peu de français.

C'était très intéressant de l'écouter, et elle nous a expliqué que c'est Junichiro Tanizaki qui a nommé cet atelier.

D'après Madame, leurs œuvres sont exposés au Musée d'Angleterre, et beaucoup de célébrités visitent la boutique bien qu'elle se situe à Nishijin, un peu loin du centre ville.

À la fin de visite, ils m'ont dit : " On est content de t'avoir en tant que notre guide. Il y a des gens qui savent parler le français, mais toi, non seulement parler le français, tu connais les Français, tu sais comment sommes nous, parce que t'es passé des années en France. Donc avec toi, on peut s'amuser ensemble"...

Quel bonheur d'avoir ces compliments !

Ça m'a encouragée de continuer le guide :-)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nanae 707 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte