Magazine Conso

Le jour où j’ai cessé de manger de la viande.

Publié le 09 août 2013 par Lesjupons @veroniqueruel

Ce fut le jour ou j’ai réalisé à quel point nos choix nous appartenaient que peu.Faut aussi dire que je ne suis pas homosexuelle, ni artiste-peintre ni même musulmane. Mes choix n’ont jamais froissés personne ni incité à l’argumentation. Pourtant, le jour ou j’ai cessé de manger de la viande, même si j’assumais parfaitement ma décision, j’ai du la justifier. Encore et encore j’ai du défendre le choix d’insérer ou non ce qui me plaisait dans ma bouche. Dans un souci de préserver ma santé ou encore de questionner ma conscience sociale, on m’a sorti des arguments tous plus pertinents les uns que les autres.

Tu négliges ta santé m’a-t’on dit. Dur pour moi d’aller contre ça. C’est connu, le big mac c’est les 4 groupes alimentaires réunis, pis quelques condiments en bonus. C’est le cycle de la vie de manger des animaux, y paraît. Tu sais ce qu’il y a de beau avec le cycle de la vie ? Il a le droit d’évoluer, de changer, de se perdre. Demande aux gens qui ont introduit le Dodge Ram (Hemi pour les connaisseurs) sur le marché, ils te le diront. On considère inadmissible le fait que parfois, ça soit nous la proie mais on élève en quantité plus qu’industrielle des animaux dont la survie ne dépend que du niveau de gras auquel ils aspirent. La grosse différence entre le loup et moi, c’est ma conscience, et les épiceries variées auxquelles j’ai accès. C’est juste une mode, ça va finir par passer qu’on m’a dit.Ça tombe bien, étant moi-même une fashion lover, aussi bien y aller jusqu’au bout et choisir par le fait même d’augmenter mon espérance de vie de quoi ? 6, 8 ans?  Mais t’as raison ça me coûterait plus cher de REER, c’est vraiment pas souhaitable!  Quand on sait que diminuer ou encore cesser sa consommation de viande rouge diminue le risque de maladies cardio-vasculaires et que les antibiotiques contenus dans notre poulet moderne ne sont pas de très bons amis du développement de l’enfant, difficile de juger quelqu’un qui choisit d’abandonner le régime carnivore. Je ne jugerai jamais les amateurs de T-bone , l’ayant moi-même été toute ma vie, alors à quel point peut-on se croire apte à faire des choix pour les autres ?

313860_10150324622170956_618890955_7865482_322356318_n

Puis, avec les mois, on a commencé à me dire : J’aimerais tellement le faire aussi. Au départ je n’y ai pas cru, on se trouvait toujours dans la même année, avec les mêmes gens et les mêmes moeurs. Sauf que là, on me comprenait. Pour un meat lover endurci, de me dire qu’il admire mon choix mais n’est simplement  pas capable de faire pareil, c’est déjà beaucoup. Des alternatives au végétarisme comme les lundis sans viande, remplacer la viande de la sauce à spag. par du tofu ou encore de cesser de manger de la viande au restaurant peuvent être d’excellents débuts, quoi que peu reluisants pour le bâton rouge ! L’important n’est pas n’arrêter d’un coup sec (comme je l’ai fait) mais bien d’arriver à trouver un équilibre et de se sentir bien avec son choix. Ah et aussi bien te le tenir pour dit tout de suite , le végétarisme ça veut aussi dire pas de bacon. Même si c’est pas de la viande pour le vrai.

Voici quelques liens intéressants pour s’outiller et s’informer sur le végétarisme :

Crudessence (pour des recettes et pour en savoir plus sur le resto)

Association végétarienne de montréal

Association végétarienne et végétalienne de l’université Laval

People for the ethical treatment of animals

Chanel xxx

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lesjupons 466 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte