Magazine Environnement

Chine : Quel avenir pour la pêche au cormoran?

Publié le 20 août 2013 par Ecoactualite @ecoactualite
<meta name=”keywords” content=”Biodiversité, Surpêche, Cormoran, Chine, Pêche durable, Trucs écolos”  On a pratiqué durant plus d'un millénaire la pêche au cormoran en France, en Angleterre, au Pérou, en Chine et au Japon, où celle-ci est baptisée « ukai ». Des dresseurs embarqués sur une pirogue avec ces oiseaux majestueux utilisent ceux-ci pour attraper des poissons dans les fleuves de la région. Cependant, de nos jours, ce type de pêche ne s’effectue qu’en Chine où les pêcheurs doivent faire face à la surpêche industrielle. Ces derniers doivent donc s'adapter pour continuer à vivre de ce lien entre l'homme et l'oiseau.
La relation entre l'oiseau et son maître au cœur d'une tradition millénaire
Chine : Quel avenir pour la pêche au cormoran?Avant toute prise, les pêcheurs se doivent de capturer le cormoran à l'état sauvage; technique requérant patience, sagesse et expérience. En effet, les pêcheurs doivent d'abord réaliser des leurres pour tromper les oiseaux qui, pensant engloutir un poisson, se retrouvent piégés. Une fois attrapé, le cormoran doit être formé à la pêche par son nouveau maître. Le pêcheur doit amener son oiseau dans l'eau douce deux fois par semaines pour qu'il s'acclimate progressivement et apprenne à se nourrir dans ce milieu étranger au sien. C’est ainsi que commence une relation forte entre l'homme et son compagnon à plumes. Lors de son apprentissage, le cormoran peut se révéler un partenaire exigeant, car celui-ci, en bon vendeur, est payé à la commission et doit être choyé si le duo veut devenir efficace. Cette contrepartie se donne en caresses sur la tête, sur le ventre, ou encore tout simplement en poissons frais.
La pêche se pratique généralement à la nuit tombée, quand l'agitation de la journée se dissipe peu à peu. C'est le moment idéal pour les pêcheurs qui viennent se rapprocher de l'eau avec une lampe puissante. Celle ci permet aux cormorans de distinguer les poissons dans l'eau et de les surprendre plus facilement en ouvrant grand leur bec démesuré. Une fois la prise en bec, le pêcheur doit extraire le poisson de la bouche de son commis avant que celui ne le mange, ce qui arrive fréquemment.
La pêche au cormoran, une attraction touristique?
Le Japon a cessé depuis de nombreuses années à utiliser cette technique, qui s'avère peu rentable dans le contexte actuel. En effet, en plus de la pluie (leur ennemi naturel qui rend l'eau trouble et désoriente les cormorans), les pêcheurs doivent composer avec une baisse d'effectif de leurs prises habituelles. Effectivement, ils souffrent de la concurrence de la surpêche industrielle importante, notamment dans les grandes rivières chinoises. La consommation humaine mondiale de poissons ayant progressé de 14,4% en l’espace de cinq ans1, les embarcations se multiplient sur les fleuves de Chine pour répondre aux besoins du marché. Selon le Fonds pour l'Agriculture et l'Alimentation des Nations Unies, le marché de la pêche en Asie (la plus importante au monde) connait un ralentissement important depuis quelques décennies tant au nombre de prises de poissons, que de la taille et du poids moyen des poissons pêchés2.
Devant cette triste réalité, les pêcheurs traditionnels se tournent vers une activité plus rentable certains jours : le tourisme. En effet, nombreux sont ceux qui souhaitent poser fièrement avec un cormoran dans chaque main sur une pirogue. Certains pêcheurs n'hésitent pas à se reconvertir ainsi en photographes pour obtenir un revenu plus stable lors des périodes de mauvaise pêche qui se multiplient actuellement. Souhaitons qu’il ne soit pas trop tard pour renverser la présente tendance, où seulement 15 % des stocks de poissons mondialement est sous-exploité ou exploité modérément3. Pour vous aider à faire des choix durables, voici une liste des meilleurs choix de produits de la mer durables4 :
Chine : Quel avenir pour la pêche au cormoran?
Également, pour en savoir plus sur les supermarchés canadiens et la surpêche, vous pouvez lire un article sur le sujet, en cliquant ici.
Références:
  1. http://www.liberation.fr/terre/2012/08/27/la-surpeche-touche-les-fonds_842184 
  2. http://www.fao.org/newsroom/fr/news/2004/49367/index.html 
  3. http://www.greenpeace.org/canada/Global/canada/report/2011/07/redlist-supermarket/rapport-supermarches-2011.pdf 
  4. http://www.davidsuzuki.org/fr/ce-que-vous-pouvez-faire/renouez-avec-le-fleuve/les-10-meilleurs-choix-de-produit-de-la-mer-de-david-suzuki/

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ecoactualite 943 partages Voir son profil
Voir son blog