Magazine Société

Le complexe de l’autruche

Publié le 20 août 2013 par Christophefaurie
Le complexe de l’autruche Livre de Pierre Servent, Perrin, 2011. Pourquoi la France n’arrête-t-elle pas de se faire battre ? D’abord militairement, puis économiquement ? Dans ce livre, il y a des choses originales, et d’autres qui ne m’ont pas accrochées.
Parmi ces dernières une critique convenue de la France, de ses élites, de sa langue… sans aucune démonstration qu’il s’agit là de la cause de nos maux. Et si, dans d’autres conditions, ces défauts étaient des atouts ? Peut-être sommes-nous un champion de course à pied, qui s’est égaré dans un bassin de natation ? Et s’il suffisait de retourner sur la terre ferme ? Deux de ses remarques torpillent d'ailleurs sa critique. Certes, la France ne fut pas glorieuse, mais elle en est au même point que les autres. Ensuite, après chaque défaite, notre pays s’est redressé extraordinairement rapidement.
Le plus intéressant dans ce livre est la description de nos trois dernières guerres. Elles ne sont pas du tout celles que l’on nous raconte. En fait, depuis les guerres napoléoniennes, l’Allemagne n’a qu’un objectif : tailler la France en pièces. Or, la France ne semble pas s’en soucier. Ce qui en dit déjà long sur nos chances de réussite. A tous les coups, l’Allemagne joue la même tactique. Celle de Napoléon. C’est une offensive, qui vise le chaos. La force de la manœuvre est l’autonomie laissée à chacun d’en faire à sa tête, d’improviser. La faiblesse de la France est toujours la même, durant les 3 guerres : un Etat major de politiciens intellectuels et peureux. Mais l’issue des conflits aurait pu être différente. La guerre de 14 est sauvée par l’indiscipline de Gallieni (les taxis de la Marne) du scénario 70 / 40, mais l’incompétence du haut commandement cause une hécatombe de morts inutiles (300.000 ?). En 40, l’armée française, ses tanks et ses avions (!), sont très supérieurs à ceux des allemands. L’Etat major allemand n’a rien à envier au français en termes de médiocrité. Mais trois généraux vont parvenir à le contourner. Et à utiliser avec génie le peu qu’ils ont. Ils mettent la France KO.
Et le complexe de l’autruche, d’où vient-il ? Je ne crois pas que le livre le dise clairement. Pour ma part, une anecdote me semble significative. Un général parle des réformes qu’il fait subir à l’armée. Conscient du conservatisme de ses vieux crabes. Il a mis en place des cercles de réflexion qui les court-circuitent. Paradoxe. N’est-il pas lui-même un vieux crabe ? Et, en ne consultant pas ses homologues ne leur donne-t-il pas raison d’être sur leurs gardes ? Et si c’était cela la faiblesse de la France ? Elle est une autruche, parce que le danger vient de l’intérieur ? Mais dès que son regard se tourne vers l’extérieur, et qu’elle oublie ses querelles, elle devient redoutablement efficace ? Ressemblerait-elle à la Grèce de Xénophon ? 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine