Magazine Manga

Twittering birds never fly tome 1

Par Luffyichigo @mangaenfolies
Twittering birds never fly tome 1Fiche
Titre : Twittering birds never fly
Genre : yaoi
Auteur : Yoneda Kou
Illustrateur : Yoneda Kou
Editeur français: Taifu-comics
Date de parution : 22 août 2013
Nombre de tomes en France : 1 ( en cours )
Nombre de tomes au Japon : 1 ( en cours )
Prix : 8,99 euros
Age recommandé : 16 ans et plus




Synopsis
Yashiro, un masochiste totalement dépravé, patron d'un clan de yakuza et de la société de finance Shinsei, embauche comme garde du corps Chikara Dômeki, un homme secret et peu bavard. Yashiro tombe peu à peu sous le charme taciturne de Dômeki, mais ce dernier reste impassible aux avances de son patron. C'est le début d'une histoire oppressante entre Yashiro qui ne parvient pas à surmonter ses traumatismes d'enfance et Dômeki qui tout en obéissant sans mot dire aux ordres de son patron, cache au fond de lui une cicatrice plus profonde...
Avis
Une ambiance sombre et dérangeante. C'est un Yaoi violent et déroutant que nous tenons entre nos mains mais que j'ai dévoré avec grand plaisir. Il y a ici une véritable histoire derrière le sexe qui jonche ce manga. Mais même ce dernier en devient captivant.
Nous sommes dans l'univers des yakusas, forcément, la violence et les machination sont au rendez-vous. Mais, et si ces hommes forts et puissants étaient pour beaucoup homosexuels ou au moins bi ? Voilà ce que cela donnerait. Ce manga regroupe trois histoires dont deux petites : la première concerne davantage l'ami d'enfance du héros, la seconde est l'histoire qui nous est présentée où Yashiro est bien le personnage principal. Et pour finir, un bonus nous est accordé pour nous expliquer la rencontre et la relation de Yoshiro et de son meilleur ami Kageyama.
C'est un manga vraiment très sombre, chacun a une histoire qui laisse forcément des cicatrices et qui explique ce qu'il est devenu. Après tout, c'est bien notre passé qui forge ce que nous sommes de nos jours. Et puis ici est mis en avant le côté sado-maso ce qui peut en déranger certain s'ils n'apprécient pas ce genre de relations. Personnellement je trouve cela bien trouvé d'exagérer le côté « dominant/dominé » car après tout, le sado-masochisme n'est rien de plus que l'excès de l'un ou de l'autre. Dans la vie de tous les jours, nous avons tous un penchant plus fort que l'autre: suivre ou mener. Et étrangement, dans la pénombre d'une chambre, ce penchant change: les grands patrons bourrés de pouvoir prennent plaisir à se laisser dominer. C'est ce qui se passe ici. Le chef d'un clan de yakusa est un pur nymphomane masochiste et qui s'assume parfaitement.
Ce manga nous révèle donc aussi que, malgré nos bizarreries personnelles, puisque les protagonistes avouent eux mêmes «qu'ils ne sont pas normaux», il est possible de s'accepter entièrement, de bien vivre avec nos décalages et même trouver des gens aussi étranges que nous. Cependant, on découvre tout de même un héros plongé dans une solitude dévorante mais qu'il finit par s'imposer de lui même. Il refuse que quelqu'un tombe amoureux de lui, lui qui est incapable d'aimer. On découvre alors un homme profondément humain qui, contrairement aux apparences, n'est pas purement égoïste et protège les autres de sa personne tout en étant incapable de se protéger réellement lui même. Qui de nos jours ne s'est pas juré de ne plus jamais tomber amoureux car cela était douloureux? L'amour est certainement le sentiment le plus étrange qui soit, nous apportant à la fois bonheur et tristesse. C'est dans l'histoire bonus que cela nous est présenté d'une façon brutale mais réaliste.
Le scénario permet une assez bonne compréhension des événements. Cependant j'avoue qu'il est parfois un peu compliqué de comprendre qui parle, les bulles n'étant pas toujours reliées à un personnage, il faut de temps en temps y aller au flair. Je trouve cela dommage car l'histoire est vraiment bonne et une plus grand facilité de lecture la rendrait vraiment très agréable.  Les illustrations sont simples mais font leur effet. Il n'y a pas excessivement de détails mais je les trouve pourtant réalistes. Peut-être que j'apprécie de ne pas voir des personnages avec des grands yeux caractéristiques des shojos par exemple.
L'édition permet une lecture fluide outre certains dialogues.
En conclusion, ce manga a été une révélation pour ma part malgré sa dureté. Si vous aimez les véritables histoires avec des événements douloureux qui arrivent pourtant tous les jours, qui vous mettent la réalité en pleine figure tout en vous faisant frémir par ses relations, je vous conseille Twittering birds never fly.
Scénario : 7/10Illustration : 8/10Intérêt général : 9/10Arkanne




Twittering birds never fly tome 1

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Luffyichigo 11804 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine