Magazine High tech

Comparatif : FiiO X3, iRiver AK100, iRiver AK120 et Hisound Studio V

Publié le 13 septembre 2013 par Tupperwav @TupperWav

Quoi de plus sympathique qu’un comparatif de lecteurs audio nomades, en cette badine et primesautière rentrée 2013 ? Nous ne voyons pas non plus. Aussi pour vos oreilles avides et vos porte-monnaie bien allégés par un abus évident de granita sous le brûlant soleil estival, voici un comparatif de 4 lecteurs audio pour creuser encore un peu plus votre découvert :

  • Fii0 X3
  • Hisound Audio Studio V
  • iRiver Astell & Kern AK100
  • iRiver Astell & Kern AK120

Les deux modèles iRiver AK100 et AK120 sont des références de 2012/2013, quant au FiiO X3 il est sorti mi-2013. Le vieil Hisound Audio Studio V nous permettra du coup de mettre en exergue les performances des nouveaux venus par rapport à une référence moyenne gamme.

1. Les Forces en présence

1.1. L’Hisound Audio Studio V

Il est présenté sous toutes ses coutures ici dans ces TupperTests :

  • Comparatif Hifiman HM-601 et Hisound Audio Studio V
  • Colorfly C3 & comparatif avec 4 autres baladeurs à vocation audiophile
  • Colorfly CK4 et Hisound Audio Studio V : ce que changent les nouvelles versions

1.2. Le FiiO X3

Le FiiO X3, ou l’un des baladeurs dont on a le plus souvent parlé sans qu’il n’arrive jamais sur le marché, a finalement touché nos côtes en ce milieu d’année 2013. Retenons parmi ses principales caractéristiques :

  • Une batterie de 10h (seulement)
  • Une capacité à lire un nombre phénoménal de formats : APE (Fast) 24/192, APE (Normal) 24/96, APE (High) 24/96, FLAC 24/192, WAV 24/192, WMA 9.1 LOSSLESS 24/192, Apple Lossless (ALAC) 24/192, MP3, MP2, OGG, AAC, WMA
  • Une chouette puissance de sortie pour un DAP (540 mW@16Ω, 270 mW@32Ω, 30 mW@300Ω)
  • Une puce DAC que l’on retrouve plutôt dans du matériel audio sédentaire : la Wolfson WM8740
  • Un écran TFT Modeste 320 x 240 sans support tactile
  • Support pour micro SD (testé jusqu’à 64 go) pour étendre la mémoire interne un peu faiblarde de 8 Go
  • Poids bien contenu de 122 g, soit 40g de plus qu’un iPod Touch dernière génération mais exactement le même poids que le iRiver AK120
  • Et pas moins de 3 sorties : prise casque 3.5mm, line out 3.5mm et coaxial/PDIF 3.5mm également.

FiiO a commencé à marquer le marché avec des produits aux coûts de production maîtrisés, au design élégant et robuste. Toutefois il faut bien reconnaitre que jusque là, la marque n’a pas réussi à mettre ses produits à des niveaux de performance audio capable d’inquiéter les DAP audiophiles plus haut de gamme.

1.3. Le iRiver AK100

Vous retrouverez le sympathique iRiver Astell & Kern AK100 décrit en long, en large, et en travers dans un autre formidable TupperTest visible ici.

1.4. Le iRiver AK120

Enfin, la grosse pointure de ce comparatif, le capitaine Igloo vaisseau amiral de la marque le iRiver Astell & Kern AK120 qui revient avec une version survitaminée du AK100, notamment au niveau de la partie amplification.

Vous retrouverez toute la documentation précise sur ce monstre ici sur le site d’Astell & Kern.Pour les principales caractéristiques à retenir :

  • Taille: 59.2 (W) x 79 (H) x 14,4 (P) (mm)
  • Poids: 122g
  • Ecran: QVGA (320 x 240) écran tactile IPS 2.4 de type
  • Audio: AAC, AIFF, FLAC, ALAC, APE, MP3, ACC, WMA, OGG
  • Taux d’échantillonnage: AAC, AIFF, FLAC, ALAC: 8 kHz ~ 192 kHz (8/16/24 bits par échantillon)
  • Sortie: L: 1.5Vrms + R: 1.5Vrms (condition sans charge)
  • DAC: Wolfson WM8740 DAC 24 bits (High-End Audio DAC)
  • Décodage: Supporte jusqu’à 24bit/192kHz Bit Décodage
  • Interface: Micro USB Type-8
  • Interface: USB 2.0, Entrée / sortie optique, Sortie casque
  • Amélioration: Prend en charge la mise à niveau du micrologiciel
  • Gamme de fréquences: ± 0.02dB (Condition: 20Hz ~ 20kHz) / ± 0,2 dB (Condition: 10Hz ~ 20kHz)
  • Signal radio de bruit: 110dB (1kHz 0 dB, 24 bits 48kHz Aucune charge
  • Crosstalk: -120dB (1kHz 0 dB, 24 bits 48kHz Aucune charge
  • THD + N: 0,0009% (1 kHz 0 dB, 24 bits 48kHz Aucune charge
  • IMD SMPTE: 0,003% (24 bits 48 kHz, sans charge)
  • Impédance de sortie: 22Ω
  • Horloge: 90PS
  • Mémoire intégrée: 32 Go
  • Mémoire externe: microSD (32 Go max mais testé en 64 SDXC avec succès) x 2
  • Capacité de la batterie: 2000 mAh 3.7V Li-Ploymer Batterie
  • Durée de lecture continue: Jusqu’à 16 heures (Musique: FLAC, 16bit, 44kHz le volume 37, le EQ Off, LCD éteint)
  • Temps de charge: 1.2m
  • Systèmes d’exploitation supportés: Windows XP, Windows Vista, 7, 8 (32/64bit), Mac OS X 10.6.5 et plus

2. Le protocole de test

Pour essayer de comparer objectivement tout ce beau monde, j’ai choisi un même ensemble de morceaux au format Flac (non HD) que j’ai chargé sur tous les lecteurs dans leur mémoire interne. Il s’agit de titres assez variés que j’utilise assez systématiquement pour passer ce qui me tombe sous la main. Je connais chacun de ces titres par cœur, ce qui me permet de gagner pas mal de temps dans la perception des performances des différents lecteurs dans le cas présent.

Chansons

J’ai successivement écouté tous ces baladeurs pendant 1 mois, en changeant régulièrement de DAP, à mesure que des caractères se dessinaient plus ou moins distinctement entre eux. Les écoutes du matin ont été « favorisées », car l’oreille est encore vierge de sollicitations. Elle est hélas moins fiable après une bonne journée de fatigue avec une accoutumance aux médiums d’une part (toutes les voix de vos charmants collègues) et une perte globale de sensibilité d’autre part (qui n’a pas remis en route son baladeur avec les réglages de la veille, en baissant immédiatement 4 ou 5 points de volume ?).

 3. La synthèse notée du comparatif

3.10. Autonomie

autonomie

En terme d’autonomie, les nouveaux venus ne sont pas en mesure d’inquiéter le Studio V, véritable vaisseau du désert, qui se réserve le luxe d’écraser la concurrence en ce domaine. Sa puce DAC, en théorie moins performante sur le papier, est surtout moins énergivore.

Les iRiver réussissent une belle performance qui permet de tenir quasiment une semaine sans recharge, à raison de 2 solides heures d’écoutes quotidienne (dans mon cas, en tant que grand amateur des transports parisiens). Enfin en queue de cortège, le FiiO X3 qui dépasse quand même les 10h sur le papier, mon test ayant vérifié cet argument. J’ai tenu environs 11 heures avec l’exemplaire utilisé pour le comparatif.

A noter toutefois sur mon iRiver AK100, le caractère assez « imprécis » de la jauge de batterie, qui se décharge lentement au début puis beaucoup plus rapidement en fin de vie. Un problème de calibrage ?

3.11. Qualité de construction

qualitedeconstruction

iRiver ne souffre d’aucune concurrence en ce domaine avec ses deux modèles. On saluera l’excellence des matériaux utilisés, la qualité de l’assemblage, et la beauté du design proposé sur les deux DAP. Le Studio V en ressort fumé comme un saumon, écrasé par la grande classe des AK’Boys : son design « brique bolchévique » digne des plus grandes années Kroutchev le relègue au rang des antiquités.

Enfin au milieu, on saluera l’effort de FiiO qui nous offre un produit bien fini, mais souffrant malheureusement d’un revêtement métallique brossé très sensible aux rayures. Une housse de protection assez hideuse est d’ailleurs fournie avec le lecteur pour compenser cet aspect. Espérons qu’une version suivante corrigera ce petit défaut en choisissant une autre finition.

Enfin les boutons du FiiO X3 pourraient être plus soignés et ne m’inspirent pas la plus grande confiance, à l’instar de mon banquier en ces périodes sombres pour le pouvoir d’achat.

3.12. Dimensions

dimensions

En audio nomade, le vieil adage « plus c’est long plus c’est… » ne se vérifie pas. iRiver l’a parfaitement compris et affiche 2 cartons pleins. L’iRiver AK100 a un form factor quasi parfait, avec un poids ultra contenu, et une taille maîtrisée. L’objet est un plaisir à utiliser et à prendre en main. A n’en pas douter il aura nécessité quelques longues nuits blanches chez les ingénieurs et concepteurs.

Notons simplement que l’AK120 est légèrement plus lourd et plus long que le petit frère, mais reste parfaitement utilisable. Il demeure également plus petit que la totalité de ses concurrents sérieux en haut de gamme, a part le concept du « Tera Player » de chez Altmann, concept que nous n’avons pas encore eu l’occasion de tester, notamment pour vérifier son prétendu positionnement « haut de gamme ».

Le Studio V conserve crânement la place du milieu avec sa briquette, dont le volume bien maitrisé était déjà un solide atout à sa sortie.

Le X3 est donc le plus gros lecteur audio de ce comparatif, mais présente également un écran plus important, atout qu’il fera valoir dans la partie dédiée à l’ergonomie. De taille plutôt classique et reprenant des form factor plus communs chez Sony, Samsung et autres marques mainstream, le FiiO X3 ne brillera pas par son originalité, ni par ses dimensions. Heureusement, son poids bien contenu lui permet de ne pas sombrer trop loin dans ce classement.

3.13. Puissance de sortie

poweroutput

La puissance de sortie mesure non pas le caractère épique des virées nocturnes de nos chers compatriotes ados, mais bien la puissance des DAP à différents niveaux d’impédance. Sur cette caractéristique, l’iRiver AK100 est clairement distancé par rapport aux 3 autres lecteurs. Il n’est pas en capacité de driver avec autorité et relief la plupart des casques fullsize « exigeants ». C’est probablement du à sa relative haute impédance, assez décriée à travers le monde. L’AK120 corrige cela dans une certaine mesure on proposant une impédance abaissée à 3 Ohms.

Le gain est assez notable notamment en terme de dynamique, et en présence du bas de spectre.

En tête du classement, les Studio V et FiiO X3 se montrent très à l’aise avec différents casques un peu chahuteurs (Grado SR-325 IS par exemple), et restent en tête de classement avec facilité sur cet aspect là. Globalement, et pour simplifier, les iRiver sont des performers redoutables avec des IEM, là ou les Studio V et FiiO X3 sont plus adaptés à des casques nomades.

3.14. Firmware

Firmware

Les générations de lecteurs audiophiles se suivent et ne ressemblent pas, heureusement pour nous. Finie l’époque glorieuse des Hifiman et Hisound Audio, dont la laideur des interfaces n’avait d’égale que la quantité de bugs infestant le fonctionnement quotidien. Finie l’époque où l’on mesurait dans les boudoirs parisiens la qualité des DAP audiophiles à l’aune du mépris affiché des constructeurs pour la partie « soft », tout « empompés » qu’ils étaient dans la recherche de la perfection « hardware ». Fini le diktat du PCB, bienvenue dans le monde de l’expérience client et du « Mind over Matter ».

iRiver nous offre avec ses dernier firmware des pépites remarquable, dont la stabilité n’a d’égale que la richesse des fonctionnalités. Tout est au rendez-vous :

  • Rapidité d’allumage (option d’autoscan à désactiver toutefois)
  • Stabilité du système, en fonctionnement ou en veille
  • Accessibilité des menus et des paramètres
  • Qualité de l’affichage et contrôles bien situés
  • Equaliser 5 bandes offrant très peu de distorsion à l’usage
  • Lecture Gapless
  • Navigation par Tag ou par dossier
  • DAC externe une fois branché en USB à un PC
  • Richesse des formats audio supportés
  • Taux d’échantillonage jusqu’à 24 bits /192 khtz

Face à l’armada du Pont de l’iRiver Kwaï, le FiiO X3 ne démérite pas avec un firmware stable et fonctionnel, dont l’esthétique un peu plus rudimentaire contribue toutefois à une impression moindre de haut de gamme. Ne manque sur l’addition que la lecture gapless, puisque le petit DAP se paie le luxe d’être « HD Ready », et de supporter plus de formats que les AK’Boys (le WAV et le MP2… oui le MP2)

Très loin derrière, le fossile audiovore aka le Studiosaurus Nobilis est écrasé par la concurrence, témoin passif d’un changement de paradigme attendu par tous, devenu aujourd’hui réalité.

3.15. Ergonomie

Ergonomie

Il s’agira ici de compléter les remarques évoquées dans la partie « firmware ». Notons que d’un point de vue hardware et form factor, les différences affichées par les concurrents sont notables. Au rayon des trouvailles, les iRiver AK100-AK120 et leur molette de réglage de volume d’une précision d’horloger Suisse névrosé frappent fort, mention spéciale à l’AK100 qui rajoute un mécanisme de protection de cette même molette. En second lieu il conviendra de noter la très bonne réactivité de leur écran tactile, une fois doté de la dernière version du firmware. Enfin, les boutons de contrôles physiques sur la tranche viennent compléter une expérience utilisateur quasi-parfaite et la suprématie des deux AK.

Le FiiO X3 vient un bon cran derrière, malgré des qualités évidentes, et une navigation qui se fait avec aisance avec les boutons de navigation, une fois le positionnement « curieux » des boutons « bas » et « haut » assimilé. Le lecteur tient bien en main, et les différentes fonctions sont accessibles en quelques clics. On aurait peut-être aimé un écran d’accueil un peu moins touffu, et une interface plus sexy.

Le Studio V continue de cirer le banc et de couper les citrons, handicapé par ses boutons de contrôles dont la fragilité a été maintes fois démontrée par différents accidents émaillant les forums, et dont l’usage est tout simplement mauvais (écran trop petit, fonctions peu intuitives, plantages etc.)

3.16. Qualité globale « Hardware » et « Firmware »

QualiHardware

Sans surprise, le iRiver AK120 emporte la première place au photo finish devant son petit frère. Suivent à distance respectable le FiiO X3, puis le Studio V dont les dimensions compactes et l’autonomie viennent rattraper une performance clairement dépassée par la puissance de feu des « new kids in town ». Jusque là nous avions le hardware, désormais 2013 apporte la preuve que les grands DAP audiophiles ne se passeront plus d’une interface utilisateur travaillée et agréable.

Remarquons au passage l’excellent choix de iRiver d’offrir un double emplacement de SD Card, qui ont de plus accepté sans broncher les SDXC de 64 Go.

Notons enfin que le FiiO X3 parvient malgré un prix plus que contenu à offrir sur ce dernier aspect une copie soignée, preuve en est que les arguments fallacieux annoncés par certaines marques – « nous avons préféré investir dans de meilleurs composants audio » – ne tiendront plus la route.

3.20. Qualité des basses

BassQual

Les basses sont un critère très clivant dans ce comparatif. Du côté des basses « physio », avec une forte présence et une pression acoustique certaine, on retrouve le Studio V et le FiiO X3 sur un pied d’égalité. Ajoutons à cela des attaques légèrement rondes dans ces fréquences, pour obtenir des basses relativement efficaces, mais parfois flatteuses et trop souvent imprécises si vos écouteurs en ont sous le talon.

A l’inverse le iRiver AK100 présente des basses notablement moins mises en exergue, que certains qualifieront même de « recessed » selon l’appairage en casque. En revanche, le DAC du AK100 présente ici des textures beaucoup plus détaillées, couplées à une amplification respectueuse de la rapidité du message. Deux écoles, donc, radicalement opposées.

L’iRiver AK120 rajoute lui une couche supplémentaire de présence en bas médium, et une corpulence qui vient habiller le message un peu trop détouré du AK100 en bas de spectre. C’est pour moi une réussite complète.

Ma notation tient ici compte de mes goûts personnels, mais il est possible de trouver comme nombre de détracteurs du AK100 qu’il peut avoir un côté scalpel de bloc opératoire, qui ne respecte pas tout le temps la musicalité de l’interprétation.

3.21. Qualité des médiums

MediumQual

Les contrastes affichés ici entre les AK10-120 et les Studio V et FiiO X3 viennent principalement de la capacité d’extraction du détail de leurs DAC respectifs. Il est impossible de ne pas remarquer le pas en avant remarquable de « miniaturisation » réalisé par iRiver avec ses deux derniers modèles. Équipés de puces WM8740 montées dans un minimum d’espace de boitier, les AK sont capables d’extraire une quantité de détails inconnue auparavant dans ce form factor. Le iRiver AK120 ira lui légèrement plus loin que le AK100 et présentera un léger bonus en terms d’aération des médiums, et de corpulence des textures déployées.

Encore une fois certains pourront reprocher à ces baladeurs leurs attaques ultra-incisives et tranchantes, là où les jazzmen pourront préférer une rondeur et une chaleur plus à propos pour des styles de musique qui « prennent leur temps ». J’orienterais plutôt ces derniers vers la bonhomie et le côté chaleureux des Studio V et FiiO X3, là ou les AK tendent à ressembler à des tireurs d’élite qui ne pardonneront pas grand chose à des enregistrements de piètre qualité.

A noter aussi, quel que soit le style de musique et l’encodage utilisé : les Studio V et FiiO X3 se débrouillent pour faire office de cache misère. Ne vous attendez pas à cette mansuétude chez iRiver. les AK120 et AK100 massacreront avec un entrain farouche vos « mauvais fichiers ».

3.22. Qualité des aigus

AiguQual

En ce qui concerne le haut de spectre, on retrouvera plus ou moins le même constat que pour les médiums. Des iRiver attachés tels des pitt’ sur leurs os à détacher la moindre once de chair, et les Studio V et FiiO X3 davantage occupés à « moyenner » un rendu toujours agréable mais jamais exceptionnel. A ce petit jeu, le Studio V présente quand même une capacité à restituer davantage d’informations que le X3.

Vous aimerez assurément sur vos enregistrements intimes (et acoustiques dans l’idéal) les nombreuses reverb, harmoniques, et chatoyances perdues dans les hautes fréquences que les AK100 et AK120 viendront vous ramener. Leur meilleur traitement de ces fréquence viendra par ailleurs leur apporter un avantage certain dans le traitement 3D du message sonore.

Côté musicalité, attendez vous encore à un rendu extrêmement neutre mais très performant des 2 larrons.

3.23. Largeur de scène

LargeurScene

Excellente transition avec le paragraphe précédent, les iRiver étant également d’habiles « metteurs en espace » pour rendre un éminent hommage à Gérard de Saint Brice. Comme souvent, les grands performeurs en haut de spectre sont souvent de bons techniciens dans l’art de récréer les espaces nichés au sein de nos enregistrements favoris.

Les Studio V et FiiO X3 vous collent sur le devant de la scène, probablement même la tête dans l’évent d’un tuba imprudent. La sensation est souvent « physio », la musique est vécue plutôt qu’écoutée avec retrait. Il conviendra à chacun de se positionner en fonction de ses gouts. En ce qui me concerne, et utilisant très majoritairement mes DAP avec des intras, l’écoute physio a tendance à me rendre claustrophobe trop rapidement, d’où ma notation.

A l’inverse les AK100 et AK120 élargissent le débat lorsque l’enregistrement le permet, et savent rester suffisamment intimistes lorsque telle aura été la volonté de l’ingé nu l’ingé son. C’est encore une fois très efficace à l’écoute, et techniquement proche de la perfection pour des DAP de ce niveau de miniaturisation.

3.24. Étagement des plans

EtagementPlans

Dans la continuité de la largeur de scène, le critère « étagement des plans » est également une ligne de partage des eaux, avec une copie élégante chez les iRiver, les perspectives étant lissées avec soin, et les distances savamment rendues.

A l’opposé, les Studio V et FiiO X3 ne peuvent pas rivaliser sur cet aspect, et ont tendance à manquer de relief et de profondeur dans la restitution. Nous sommes encore une fois dans une analyse comparative, ces deux DAP étant déjà largement supérieurs à la plupart des autres lecteurs audio de milieu de gamme.

3.25. Dynamique et contraste

dynamique

Une fois n’est pas coutume, voici l’autre ligne de partage des eaux qui dirige le Studio V et le FiiO X3 vers les 40èmes rugissants, et les iRiver vers la Mer Morte. A l’évidence les AK100 et AK120 ne sont pas ce que l’on peut appeler des DAP « physios », et seront ici d’un dynamisme modéré, voire franchement mou pour le AK100 selon les appairages. Le AK120  limite les dégâts avec son impédance abaissée, et parvient à rendre une énergie suffisante pour vos titres les plus joueurs.

Côté Studio V et FiiO X3, c’est une véritable fête de la dynamique qui se déroulera dans les oreilles de l’auditeur, qui pourra toutefois objecter qu’un abus de dynamique peut mener à de cocasses situations, telles que celle-ci.

3.26. Qualité globale du son

GlobalSon

Mettez vos noms en haut de vos copies, posez les crayons, lâchez les stylos, les mains en l’air personne ne bouge ou je brûle vos putains de cervelles ! Nous voici au moment du relevé fatidique des notes de nos 4 lecteurs audio concurrents.

Sans surprise, les FiiO X3 et Studio V sont dans une mouchoir de poche. Ils s’avèrent de bons DAP dans tous les compartiments du jeu, et ont présenté une écoute dynamique et toujours agréable. L’iRiver AK100 se démarque principalement par la résolution de son DAC et la qualité des textures, même s’il souffre d’une dynamique faiblarde. Enfin, l’AK120 reste intouchable avec une qualité qui nous étonne, et constitue un bon mix entre musicalité et performances techniques, pour un appairage recommandé avec des IEM haut de gamme.

3.30. Moyenne qualité « Hardware » et Performance sonore (Note technique du lecteur)

Note-Technique

Une fois la qualité du « hardware » intégrée, le FiiO X3 se paie le luxe de ravir la 3ème position au Studio V, tandis que les indomptables iRiver renforcent une avance conséquente avec une qualité de fabrication dont nous ne saurions tarir d’éloges. C’est à l’évidence un nouveau standard qui risque de frapper fort dans l’esprit du consommateur, qui abandonne petit à petit le rang « d’audiofool » pour souhaiter des produits certes chers, mais performants et bien réalisés.

3.40. Prix (Français)

Prix

Le coup de théâtre, le coup de massue, le coup de pied dans la fourmilière, la dissolution de l’assemblée par Jacques Chirac… Il n’y a pas de mots assez forts pour décrire le renversement des forces en présence qui s’opère avec l’arrivée de la prise en considération de la note de prix. Tout le monde le sait, en période de disette, les portefeuilles se ferment comme une antenne de mairie après 16h20.

Et pourtant… et pourtant, iRiver nous propose son iRiver AK100 à un prix moyen en France assez flou, mais oscillant entre 550 et 700€. La pilule est très amère, mais encore acceptable pour une certaine forme de perfection, de conception et de construction associées à un résultat audio très convaincant.

En revanche, l’iRiver AK120 et ses 1300€ ne fait plus du tout rire, et on finit inévitablement par se demander ce qui justifie l’écart de prix avec le petit frère. Des performances certes meilleures mais certainement pas en rapport avec l’écart tarifaire affiché.

Notons en terme de concurrence très haut de gamme que le Hifiman HM801 était inférieur a 900$, que le iBasso DX100 se trouve autour de 800€, que le Colorfly C4 présente un extrêmement raisonnable 600€ etc. Bref, les alternatives plus que crédibles abondent à des prix largement plus raisonnés.

3.50. Moyenne des notes techniques et prix

Total

Avec une note globale constituée pour moitié de la note technique et de la note tarifaire, un vainqueur émerge de l’arène superbe et triomphant, altier et léonin. Surclassant la mêlée avec autorité, c’est le FiiO X3 avec son prix incroyablement serré en dessous des 200€, qui se révèle le véritable affaire de ce comparatif.

Avec un caractère enjoué, un contraste et une dynamique très agréables à l’écoute, le dernier né de FiiO offre une prestation de grande qualité au regard de la redoutable maîtrise des coûts affichée. Il représente à l’évidence un choix supérieur au Studio V de Hisound Audio à l’heure actuelle.

Les iRiver, certes supérieurs en notes techniques se retrouvent sérieusement handicapés par leurs prix trop gourmands, le AK100 restant tout de même une bonne affaire pour les audiophiles sans concessions qui privilégieront une écoute analytique d’un niveau de détail encore inconnu.

Enfin, poussant la performance encore plus loin, mais aussi le bouchon par la même occasion, l’AK120 se présentera comme le DAP de ceux qui veulent l’excellence du son, sans se soucier du coût.

4. Au delà des chiffres …

Réaliser un comparatif de 4 lecteurs audio est un exercice où l’on ne peut pas tout dire, et dans lequel on choisit de s’attarder sur les points saillants. J’ai souhaité rajouter cette partie pour resituer quelques éléments dans leurs contextes.

En termes d’appairage, il sera plus pertinent de privilégier les Studio V et les FiiO X3 avec des casques full size, qui bénéficieront pleinement des qualités de ces DAP (légère chaleur, contraste et dynamique) tout en ne souffrant pas de leur résolution moyenne. Typiquement le Grado SR325i aura été très agréable à écouter lors de mes tests. A l’inverse, il est quasiment inécoutable avec un iRiver AK100, qui n’a pas l’autorité pour le driver, ni la chaleur pour contenir ses pointes ravageuses dans les hauts médiums. L’Audio Technica ESW9, plus chaud et plus facile à driver est lui agréable sur les 4 lecteurs. N’étant pas capable de restituer le niveau de détail supplémentaire des AK100 et AK120, il n’est pas différenciant sur cet aspect.

A l’inverse, mes intras Earsonics EM2 Pro et EM6 ont été plus intéressants à utiliser derrière les iRiver, permettant d’exploiter le surplus de résolution apporté par ces lecteurs à la section DAC plus performante. Le niveau de détail devient même ce que j’ai entendu de plus performant à date, avec l’appairage EM6 et AK120.

Pour ceux qui hésitent et qui lisent tout et son contraire sur ces lecteurs, il faudra retenir que les iRivers sont plus neutres, plus rigoureux, plus détaillés, plus monitoring mais aussi plus ennuyeux que les deux autres DAP. Ils sauront tirer le meilleur de vos enregistrements complexes et soignés. Il ne vous rendront en revanche pas la monnaie de votre pièce si vous les abreuvez de black métal paganique ouzbek, enregistré au lave vaisselle et à l’iPhone.

Les Studio V et FiiO X3 sont eux plus enjoués, moins fidèles, enjôleurs, et plus approximatifs. Ils pardonnent beaucoup et trichent avec une dynamique flatteuse qui rendra bien sur vos musiques modernes, et vos MP3 un peu crados en 128 kbps (je frissonne à cette seule évocation).

Un grand merci à Audiophonics pour le prêt du FiiO X3, et à Stéphane de Jukebox pour le prêt du AK120.

En discuter sur le forum


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tupperwav 119 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte