Magazine

Le plastique n’est pas si fantastique!

Publié le 22 avril 2008 par Celines

Ça y est, nous avons fais le pas, ce week-end nous avons acheté des Tupperwares en verre pour faire nos boîtes à lunch. Fini le plastique! AlorsTupperware plastique que j’avais eu l’occasion d’explorer le cas des phatalates, suspectés d’engendrer des malformations congénitales de l’appareil reproducteur masculin, c’est curieusement l’actualité qui m’a poussé à agir avec l’annonce du gouvernement fédéral Canadien de son intention d’interdire les biberons de polycarbonates à cause du Bisphénol A qu’ils contiennent. En effet, au fil des études, les scientifiques confirment leurs inquiétudes quant à certains additifs qui sont ajoutés aux plastiques pour leur donner des propriétés intéressantes. Certains d’entre eux, tels les phtalates ou encore le bisphénol A, sont sérieusement suspectés d’agir comme perturbateurs endocriniens (une fois assimilés, ils tromperaient les récepteurs de notre corps en se faisant passer pour des hormones naturelles), avec toutes les conséquences que cela implique : perturbation de la maturation sexuelle, du développement des organes reproducteurs ou de la reproduction, développement de cancers hormono-dépendants… Ils peuvent également perturber la fonction thyroïdienne, altérer le système immunitaire ou engendrer des troubles du comportement. Humm! Pas très réjouissant tout ça!

Comment ces molécules se retrouvent-elles dans notre corps?

Ces substances présentes dans le plastique peuvent facilement sortir des chaînes de polymères qui les enferment. Elles migrent d’autant plus facilement dans les aliments que ceux-ci sont gras et que la température augmente. Avez-vous déjà songé au nombre de fois où vous avez mis votre Tupperware en plastique dans le micro-onde avant d’en avaler le contenu?! N’y pensez plus, faites comme moi, passez au vert

;-)
verre!

Pourquoi n’interdit-on pas l’utilisation de ces substances si elles sont soupçonnées de porter préjudice à la santé?

bébé biberon
Malheureusement, la toxicité de ces substances, si elle est démontré chez les rongeurs, n’est pas encore clairement établie dans le cas de l’Homme. D’autre part, ces substances ne s’accumulant pas dans les graisses, contrairement à d’autres polluants lipophiles, les autorités de vérification pour la sécurité des aliments et des médicaments-la Food and Drug Administration des États-Unis, Santé Canada et l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA)- ne se sont pas, dans un premier temps, intéressées à leur cas. En revanche, certains scientifiques, de plus en plus nombreux, pensent que l’exposition permanente de nos organismes aux plastiques pourrait cependant suffire à causer des dommages à la santé, à tout le moins celle des nouveaux-nés. Malgré ces soupçons le principe de précaution ne semblait pas s’imposer auprès des instances régulatrices, jusqu’à la semaine dernière où Santé Canada a eu le courage de bannir temporairement le Bisphénol A dans les biberons en polycarbonates pour bébé, avant d’arrêter une décision suite à une période de consultation de 60 jours.

Alors que la polémique est ravivée en Amérique du Nord, en Europe, seul les chercheurs manifestent un intérêt à creuser le sujet. Espérons que l’EFSA qui avait augmenté la dose journalière acceptable de Bisphénol A l’an dernier revienne vite sur ses pas et prennent au sérieux le cri d’alarme lancé par les autorités nord-américaines.

Quelles solutions?

En attendant, nous avons le choix de veiller à notre bonne santé et à celle de bébé en minimisant l’utilisation du plastique. À cet égard l’initiative de Chantal et Jay, ces parents audacieux qui ont lancé le site Vivre sans plastique pour offrir des alternatives aux contenants de plastique vous sera sans doute très utile. « De nos jours, le plastique est si omniprésent, qu’il est difficile de s’imaginer vivre sans lui. Pourtant, nos ancêtres l’ont fait avant nous. Il suffit de faire preuve d’imagination, de détermination et de conviction. » peut-on lire sur leur site.

Pour aller plus loin:

> Journal de l’Environnement : BPA: les Américains inquiets, les Européens pas encore

> Communiqué de Santé Canada sur les mesures prises à l’égard du Bisphénol A

> En savoir plus sur les perturbateurs endocriniens : Green facts - Wikipédia

> Pour agir : Vivre sans plastique


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Celines 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte