Magazine

Etre "pro-vie éternelle"

Publié le 03 mai 2008 par Micheljanva

R_2Dans son ouvrage sur le fondamentalisme évangélique, Une Religion made in U.S.A. (qui vient d'être traduit en français), Karl Keating (créateur du site d'apologétique catholique) dénonce les attaques de ces mouvements à l'égard du catholicisme. Il relève néanmoins une chose positive, lorsqu'il évoque les Christians Evangelizing Catholics, et leur chef, Bill Jackson :

"Jackson se qualifie non de "pro-vie", mais de "pro-vie éternelle". L'un de ses tracts invite les activistes pro-vie à "prendre conscience de votre responsabilité envers l'enfant que vous avez sauvé de l'avortement" en convertissant les parents au fondamentalisme.

"La plus grande chose qui peut arriver à la mère est d'être évangélisée et sauvée. J'ai récemment rencontré une jeune femme qui, alors qu'elle n'était pas sauvée, songeait à l'avortement. Elle a été contactée par des chrétiens qui l'ont convaincue de garder son bébé et conduite au Seigneur. Plus tard, le père a été également sauvé. Au lieu de trois vies, l'une naufragée, une autre assassinée et la troisième perdue, nous avons une famille chrétienne et un témoignage positif de la grâce du Christ."

Il est difficile ici de mettre en faute la logique de Jackson. Il a, à cet égard, une bien meilleure appréciation de ce qui est nécessaire que beaucoup d'activistes pro-vie qui se satisfont seulement d'empêcher des avortements. De fait, aussi grand soit le triomphe d'avoir sauvé une vie supplémentaire, s'en tenir là n'est pas suffisant. Agir ainsi, c'est ignorer les causes plus profondes de la mentalité abortionniste qui est nécessairement une mentalisté sécularisée et irréligieuse.

Karl_keating Les catholiques, qui ont porté à bout de bras et pratiquement seuls pendant des années la bataille pour la vie, expriment parfois aujourd'hui leur agacement envers les fondamentalistes, qui sont arrivés plus récemment dans le mouvement, et leur incapacité à s'empêcher de faire de l'évangélisation pendant les activités. Une chose, pensent ces catholiques, est de sauver des enfants, mais une tout autre chose est de chercher à convertir parmi les membres du mouvement. Ils ne seraient pas si ennuyés s'ils percevaient que les fondamentalistes sont peut-être plus cohérents qu'eux-mêmes ne le sont et ont peut-être une plus juste conception de l'avortement comme problème d'âme plus que de chirurgie."

Michel Janva


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Micheljanva 645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte