Magazine Humeur

Le réchauffement climatique : c’est la faute aux extraterrestres!

Publié le 01 octobre 2013 par Shadlaw @rachadlaw
Le réchauffement climatique : c’est la faute aux extraterrestres!
Le titre du billet est juste pour faire un clin d’œil aux climato-sceptiques, ces gens qui ne ratent aucune occasion pour remettre en question l’impact de l’activité humaine sur le réchauffement climatique. Ils appuient souvent leur position sur toutes sortes de théories farfelues : le réchauffement est causé par les volcans sous-marins, les orages solaires, Mars se réchauffe aussi, les changements climatiques sont une conspiration des Nations-Unies et des écologistes, les scientifiques qui ont prouvé que le climat ne se réchauffe pas se sont vu refuser leur financement, etc. Nous avons notre clique de climato-sceptiques au Québec, moins nombreux qu’ailleurs mais résolument actifs et dynamiques : Nathalie Elgrably-Lévy, Jacques Brassard, Allègre, Monkton, Du Berger, Dumont, etc.
La responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique est indubitable   Le nouveau rapport du GIEC (ici en anglais) publié vendredi dernier vient clouer le bec à ses hurluberlus. Un résumé du rapport a été adopté par consensus par 195 délégations gouvernementales cette semaine à Stockholm. Il représente donc simultanément un résumé extrêmement condensé de la science du climat produite depuis 2007 et jusqu'à 2011, et l'accord des délégations gouvernementales sur la manière d'exprimer ce résumé en langage pas trop technique. Comme il a été souvent expliqué, ce processus conduit à un texte très prudent, plus susceptible de minimiser le changement climatique en cours ou à venir qu'à le maximiser.   La responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique est plus certaine que jamais et la température moyenne de la Terre devrait encore grimper de 0,3 à 4,8°C d'ici 2100, selon le nouveau rapport des experts du climat du Giec adopté vendredi à Stockholm.   Il y a urgence. Le réchauffement est une certitude. Le temps n’est plus aux arguties des climato-sceptiques.
  Le réchauffement climatique : c’est la faute aux extraterrestres!   Les points principaux du rapport :   - L'homme plus que jamais responsable du réchauffement climatique. - Les températures augmenteront de 0,3 à 4,8°C d'ici la fin du siècle. - Plus de phénomènes climatiques extrêmes attendus, comme des tornades, des ouragans et des inondations. - Le niveau des océans augmentera de 26 à 82 cm d'ici la fin du siècle par rapport à la moyenne de 1986-2005. - Les effets des émissions de gaz à effet de serre (GES) se feront sentir pendant des siècles.   Si l’on ne prend pas des mesures radicales pour adapter nos modes de vie au réchauffement, nous préparerons un monde invivable à nos enfants, pour qui l’avenir n’est déjà pas rose. En cent ans la Terre connaîtra des changements de climat qui d’ordinaire avaient lieu en 5 000 ans ! Il va falloir repenser l’aménagement, l'urbanisme, l'industrie et l'agriculture.   Que pense le gouvernement canadien de ce rapport ?   Pas trop impressionné, le gouvernement du PM Harper ne semble démontrer aucun empressement à prendre des mesures conséquentes.   La ministre canadienne de l'Environnement, Leona Aglukkaq, a réagi au rapport du GIEC en affirmant que son gouvernement a mieux réussi que les précédents à réduire les sources d'émission de gaz à effet de serre (GES). Elle soutient que des efforts ont été faits en vue de réduire deux sources majeures d'émissions : le transport et les centrales d'électricité au charbon. Ottawa se targue notamment d'avoir été le premier pays au monde à écarter la production d'électricité à partir du charbon.   Curieusement, ce sont nos voisins américains qui semblent mieux comprendre les enjeux du réchauffement climatique et l’urgence d’agir pour limiter les dégâts. Le secrétaire d'État américain, John Kerry, affirme que ce rapport constitue une sonnette d'alarme : « Ceux qui font fi de la science, ou qui se défilent au lieu d'agir, jouent avec le feu », a déclaré M. Kerry. Le secrétaire d'État fait ainsi référence aux sceptiques qui remettent en question la nécessité d'agir rapidement.   Hein ! Le gouvernement américain a à cœur la protection de l’environnement plus que le gouvernement canadien ? C’est vraiment le monde à l’envers. Quelle honte !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Shadlaw 1929 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines