Magazine Focus Emploi

Comment faire de vos fans vos meilleurs storytellers

Publié le 01 octobre 2013 par Dangelsteph

Storytelling Simon Mainwaring

Pas besoin de s’appeler Steve Jobs pour avoir de (très) bonnes idées de storytelling. Simon Mainwaring (en photo) est consultant (il a travaillé pour Nike, Motorola…) et est l’auteur du livre “We First”. Son focus : les marques, leurs clients et les médias sociaux, tous ensemble, ou du moins en interaction.

Il a été interviewé par Michael Stelzner, autre pro des médias sociaux, et ce qu’il dit est tout simplement lumineux. L’interview est disponible en podcast, mais comme c’est en anglais et que tout le monde n’est pas à l’aise avec cette langue, je vais faire un résumé de ses propos dans cet article.

Storytelling et médias sociaux d’après Simon Mainwaring :

En un mot, il faut chercher à utiliser la capacité des fans de la marque pour partager l’histoire que cette dernière raconte. Pour Simon Mainwaring, le pouvoir des médias sociaux n’est pas celui de vendre une marque directement à un client, mais d’être une source d’inspiration pour le client, qui va parler de la marque à son réseau. Et si la communication traditionnelle était “one to many”, cette communication là est plutôt “one to one to many”.

Et cela change tout pour la marque. Elle ne doit plus vouloir être célébrée par sa communauté, mais la célébrer. Elle doit arrêter de parler d’elle pour parler de ses clients. Tous ses efforts doivent être orientés dans cette direction, et le dialogue en temps réel permis par les médias sociaux est essentiel pour cela.

La marque en propriété partagée

Au final, la marque ne s’appartient plus à elle-même, sa propriété est partagée avec les clients. Ces derniers veulent d’ailleurs co-créer du contenu, en ne laissant plus les seuls marketeurs le faire, ils veulent entrer dans la conversation. A partir de là, ils partageront bien volontiers l’histoire de la marque. C’est tout le sens du livre de Mainwaring : “We First”, au lieu de “Me First” (et dire qu’il paraît que la société est individualiste !).

La marque devra au préalable faire un travail sur elle-même : identifier la qualité humaine, ou l’émotion qu’elle souhaite incarner. C’est seulement à partir de ce moment qu’elle pourra concevoir un message qui célèbre ses clients. Et ils partageront alors ce message (ce storytelling), pour peu qu’on leur donne la possibilité d’en être eux-mêmes les héros.

Pour résumer, c’est toute la différence entre un “Fluncher, c’est mieux que manger” (vieille communication auto-centrée) et un Apple qui, depuis des décennies, célèbre sa tribu de “sachant”.

La nouvelle boutique en ligne du storytelling, du marketing et du management


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dangelsteph 367 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte