Magazine Bd

Lueur de nuit (récit complet)

Publié le 07 octobre 2013 par Un_amour_de_bd @un_mour_de_bd

Trois jeunes orphelins, poursuivis pour avoir dérobé une miche de pain, trouvent refuge dans une mystérieuse et sordide abbaye…

Scénario, dessin et couleurs de Olivier Boiscommun Public conseillé : Tout public

Style : fantastique, légende Paru chez Glénat, le 9 octobre 2013 Share

L’histoire

Pleine mer, orage violent, mer démontée.
Au milieu de l’océan, dans un frêle esquif, Romuald, sa femme Rose et leurs fils Joshua luttent contre les éléments. A bout de force, ils sortent trois bougies qu’ils allument l’une après l’autre : “des bougies qui sauvent et réalisent tous les voeux”.
Mais quant les bougies de Romuald et Rose s’éteignent, une vague les submergent et les emportent.
Paysage urbain et pauvre, fin de siècle, lieu indéterminé.
Dans la bande des trois orphelins, c’est Martin, le grand, qui veille sur Gabrielle et Émile, le petit dernier. Pour leur donner à manger, il n’hésite pas à voler (“Rincer les Rifflard”, comme il dit). Mais avant d’avoir pu profiter du dernier larcin, ils sont repérés par les “Cognes” et se réfugient dans un château en ruine, aussi mystérieux que macabre.
Enfermés à l’intérieur de ce lieu envahi par les algues, les coquillages et les crabes, ils découvrent un enfant seul et en colère…

commandez
Lueur de nuit (récit complet)
bouton_amazon

lueur_de_nuit_couv
lueur_de_nuit_p01
lueur_de_nuit_p02
lueur_de_nuit_p03
lueur_de_nuit_p04
lueur_de_nuit_p05
lueur_de_nuit_p06
lueur_de_nuit_p07
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail

Une fable sombre


Cet auteur (que j’apprécie beaucoup) de « Troll », « Le Livre de Jack », « Le livre de Sam », « Ange », « La Cité de l’Arche » et Halloween » revient à ses premiers amours et nous offre un magnifique conte onirique et sombre.
Comme à ses débuts, Olivier Boiscommun nous immerge dans son monde personnel et poétique, rempli d’enfants sans parents et de fantastique effrayant. Superbement mis en image en couleurs directes (comme dans ces premiers albums), il se fait conteur complet (scénario et dessin) le temps d’un album personnel et tout simplement « beau ».

Ambiance, ambiance !


Avant l’histoire ou les personnages, on rentre dans un album de Boiscommun par l’ambiance. Dans « Lueur de nuit », Olivier ne nous déçoit pas. Dès les premières pages, on est pris dans un déluge d’eau et de vent, emprisonnés entre des murs d’eau menaçants. On sentirait presque les voiles claquer, le bois craquer et les embruns nous gifler !
Ce premier chapitre se finit rapidement, mais l’impression de danger immédiat et d’éléments déchainés ne nous lâche plus. Impressionné par cette première scène maritime violente et magnifique, j’ai été absorbé par les planches d’Olivier, qui pose une ambiance fantastique et maritime quasi obsessionnelle.

Des personnages très “Boiscommun”


Dans “Lueur de nuit” Olivier reprend ses thèmes de prédilection. Ses personnages sont des “poulbots” des rues, un peu rudes, mais attachants. Dans son monde sans adultes responsables, ni aimants, les enfants sont livrés à eux-mêmes et réinventent à leur façon la société.
Amoureux du langage des rues, Olivier fait parler ses petits héros avec la gouaille d’un gavroche. Maniant l’argot des rues avec facilité, ses dialogues sont savoureux, voire même un peu compliqués à traduire pour moi, sans décodeur. Comme vous pouvez l’imaginer, cette langue rocailleuse et très imagée participe à l’ambiance et la cohérence de son univers.

Un scénario simple mais efficace


“Lueur de nuit” est une fable, un conte onirique que j’ai pris comme tel. N’attendez pas un récit plein de rebondissements et d’intrigues machiavéliques. Olivier Boiscommun nous embarque dans un rêve éveillé, d’une structure narrative assez linéaire.
Laissez-vous emporter par la vague, acceptez le fantastique quand il surgit, aiguisez vos sens. En débranchant momentanément votre cerveaux d’adulte, vous apprécierez tout autant que moi le monde régressif et surnaturel d’Olivier.

Un dessin poétique


Mazette, quelle beauté, cette mer démontée !
En reprenant ses pinceaux, Olivier Boiscommun nous gâte. Dessinateur et illustrateur de grande classe, il nous immerge complètement dans son univers. Poétique, vibrant, ou angoissant, ses couleurs transpirent d’émotions. Seuls, les visages un peu lisses de ses petits héros m’inspirent moins. Heureusement, les “monstres” et autres éléments atmosphériques fantastiques sont là pour en prendre plein la vue !

Pour résumer


Olivier Boiscommun revient à son genre de prédilection et nous offre un rêve éveillé, personnel et sensible. Tout en couleurs directes, son récit fantastique met en scène des enfants de la rue, confrontés à leurs destins et leurs peurs. Laissez-vous submerger par ce conte fantastique, tendre et merveilleux.
commandez
Lueur de nuit (récit complet)
bouton_amazon

En bonus, pour prolonger le plaisir, ce premier tirage de “Lueur de Nuit” inclut un cahier de recherches graphiques de 8 pages

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Un_amour_de_bd 11957 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines