Magazine Jeux vidéo

Test : Rain

Publié le 07 octobre 2013 par Nino Venus @nino_venus
Promis, dès que je déménage, j'achète une carte d'acquisition. Prendre des screens sur le net ça fait grosse feignasse ou article du pauvre. Et encore, moi je ne fous pas le nom de mon blog sur des images qui ne sont même pas de moi. Je ne vise personne. Aucun blogueur suceur de Sony. Promis. 
Test : Rain
Rain terminé d'une traite. Alors, bien ou non ? Quand tu ne lâches plus la manette, c'est que tu aimes ce à quoi tu joues généralement (à moins que tu sois journaliste). J'ai beaucoup, beaucoup aimé ce Rain.
Nous sommes donc un petit garçon. Il veut aller au cirque mais il se met à pleuvoir. Il regarde par la fenêtre de sa chambre et là, il aperçoit une petite fille qui semble être... invisible. On peut la distinguer  grâce aux gouttes de pluie qui ruissellent sur son corps. La fillette est poursuivit par une créature, invisible elle aussi. Le garçon part à son secours. Il traverse une porte et se retrouve lui aussi, dans le même état.

Test : Rain

On ne dirait pas mais la fillette
en a dans le pantalon

Le jeu consiste au départ à essayer de rentrer en contact avec la petite fille, pour avoir des réponses à nos questions. Pourquoi sommes nous invisible, pourquoi il n'y a pas âmes qui vivent, pourquoi la ville est-elle plongée dans le noir et qui est cette créature.
La créature qui la poursuit est appelé " le Diable ". Comme les personnages ne parlent pas, le système de narration se passe à l'écran. Des textes sont dispatchés dans les décors et apparaissent en fonction de notre avancé. D'autres créatures rodent en ville. On ne peut pas se battre, juste se cacher, courir, sauter et intéragir avec des éléments, comme pousser des caisses, faire diversion avec une poupée etc. Il faudra faire preuve d'ingéniosité et de discrétion mais rien d'insurmontable.

Test : Rain

Les ennemis qu'on verra le plus

La pluie nous dévoile aux yeux des créatures, qui ressemblent à des animaux (une grosse bestiole m'a rappelé le clip de Chemical Brothers, Horse Power). Pour évoluer dans la ville on s'aide de tout ce qui peut nous protéger de la pluie, afin d'avancer incognito. Il faut faire attention de ne pas courir dans une flac d'eau à cause du bruit, mais aussi à la boue qui nous salie et donc nous rend visible, aux objets du décors etc.
De l'infiltration en somme mais pas que. Plus on avancera, plus on gagnera en assurance, surtout quand nous ne seront plus seul. La fillette est plutôt débrouillarde et nous sauvera souvent de situation bien chaudasses. Dans ces phases plus intenses, il faudra être agile, réactif et surtout savoir courir ! C'est là qu'on voit que notre petit garçon se mout comme un certain garçon à cornes.

Test : Rain

Salut Ico

Le dernier chapitre, dont une vue sur un pont m'avait tout l'air d'un clin d’œil, mais la comparaison avec Ico pour moi s'arrête là. L'ambiance m'a plus rappelé certains films espagnols.Un site l'a noté 14/20. Le testeur le comparait beaucoup à Ico. J'ai envie de dire, si tu veux du Ico, tu lances Ico. Point. J'ai eu la chance d'avoir Ico à sa sortie en 2001, ça été une expérience très forte, mais faut pas oublier que Yorda cassait bien les bonbons par moment aussi. Les mecs bloqués sur un jeu vidéo, une licence, une console, ce que tu veux, c'est juste lourd. 
Rain est découpée en 8 chapitres. En 4 heures c'est plié (tu ne compares pas, déjà, un jeu de 4h et un autre qui dure le triple). Je sévirais dans ma note finale ! Il a tous les éléments pour être un très bon jeu. Le concept est original, entrainant (à la maison on l'a tous fait d'une traite) et en plus, il est beau. Les environnements sont détaillés, soignés, aucune faute de goût. Dommage. 
Il est un peu cher, 12.99 euros, à cause de sa durée de vie, sinon il les vaut. Je me répète mais c'est dommage d'en avoir juste fait un " petit jeu " comme ça, dispo sur le PSN. Depuis 2006 on se tape quand même beaucoup de licences à rallonge. C'est con, tout aussi con de ne pas y jouer.
On peut le recommencer une deuxième fois pour recueillir des souvenirs. C'est ce que j'ai commencé à faire, ça m'intéresse. J'ai pu lire qu'on ne s'attachait pas aux personnages. C'est pas vraiment mon cas, mais en 4 heures c'est compliqué. On rentre direct dans l'histoire et tout le long c'est une course effréné vers une possible porte de sortie. Aucun temps mort. Moi j'ai adoré et je le recommande à tous possesseur de PS3.
Test : Rain


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nino Venus 128 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine