Magazine Politique

Période Gallo-Romaine en Charente - 2ème partie (de +192 à +476)

Publié le 04 mai 2008 par Pierre-Alain Dorange
Après un peu plus d'un an de pause dans les billets historiques sur Cognac, je reprends cette série là ou elle s'était arrêtée.
Vous pouvez consulter tous les billets historiques précédents en consultant le thème : histoire.

A partir de 192 après JC : La gaule est désormais romanisée, le système fiscal et les autorités sont bien en place. la culture celtique a presque disparu. Toutefois après l'assassinat de Commode en 192, l'empire Romain connaît le début de graves crises politiques qui verront les empereurs faits et défaits par l'armée.

Crises de l'empire et Christianisme (IIIème siècle)
Début du IIIème siècle, Bordeaux devient capitale d'Aquitaine (Aquitania) à la place de Poitiers.
C'est au milieu du IIIème siècle que le christianisme apparaît dans notre région, les premiers chrétiens sont souvent mal acceptés.

La religion chrétienne aurait été introduite en Gaule par la Méditerranée à partir du IIème siècle. Et Lyon est longtemps resté le seul foyer important de chrétienté. En 313 l'édit de Milan autorise officiellement cette nouvelle religion. Ce n'est réellement qu'au IV et Vème siècle que la religion chrétienne prend doucement sa place dans la Gaule.
La nouvelle foi touche d'abord principalement les couches populaires et n'existe que dans les villes.

Dans la région, à cette période, les historiens mentionnent souvent le martyre de St Ausone, le 1er évèque d'Iculisma (Angoulême) au IIIème siècle. Il semble qu'au même moment un lieu de culte chrétien est fondé près de Cognac, à l'emplacement de l'église St-Martin actuelle, sur une fontaine votive anciennement lieu de culte celte. Le nom de St-Martin voudrait même que ce lieu de culte (un simple autel en bois probablement) ait été fondé par l'évèque St-Martin de Tours lui même lors d'un de ses nombreux voyages dans la région.

C'est Dioclétien, à partir de 284, qui remettra de l'ordre dans tout l'empire par une série de victoires et par la diplomatie. Tout l'empire est progressivement réorganisé ce qui mènera à une charge fiscale de plus en plus lourde et à un pouvoir de l'armée qui continuera à se renforcer.
Dans notre région la province d'Aquitaine est alors découpée en trois provinces : Aquitaine première (massif central et Berry), Aquitaine seconde (Bordeaux, Charente et Poitou) et Novempopulanie (Pyrénées et Garonne).
Dioclétien mènera aussi de grandes persécutions contre les chrétiens qui prennent de plus en place de place dans l'empire : sans réussite puisqu'en 312 Constantin attribuera sa victoire au dieu Chrétien et fondera Constantinople en orient qui deviendra rapidement une seconde "Rome" et la capitale de l'empire Chrétien.

C'est à partir de cette période que le rôle des évêques prendra de plus en plus de force en occident jusqu'à devenir un des rouages importants du pouvoir local dans les cités. Les évêques recoivent de l'empereur des exemptions fiscales et des élites locales des dons et legs, les rendant de plus en plus riches et importants. Petit à petit les familles importantes des cités feront nommer l'un des leurs aux fonctions d'évêque.

"Invasions barbares" (IVème et Vème siècle)
Les barbares de germanie font de plus en plus de pression sur les frontières romaines en Gaule et Italie, rendant les empereurs dépendant de leurs armées dominées par des généraux eux mêmes souvent barbares. Les rivalités internes continuent lors des successions d'empereur menant à de nombreuses guerres civiles entre les armées désirant promouvoir leurs propres généraux.
  • En 373, les tribus de Huns arrivent en Europe sur les bords de la mer noire, petit à petit ils repoussent les tribus germaniques qui chercheront refuge dans l'empire ou s'allieront aux Huns. Notamment les Goths qui demandent refuge à l'empire Romain.
  • En 378 l'empereur Valens est défait et tué par les Goths à Andrinopole (Turquie), la plus grande défaite romaine. Son successeur Théodose conclut un pacte avec les Goths qui les autorise a s'établir à l'intérieur des frontières avec le statut de peuple fédéré, théoriquement soumis à l'autorité de l'empire.
  • A la mort de Théodose (395), l'empire Romain est définitivement coupé en 2 parties : l'empire romain d'occident (Rome) et l'empire romain d'orient (Byzance).
  • A partir de 400, notre région verra passer plusieurs peuplades barbares : les Suèves, les Vandales, les Alains et les Wisigoths.
  • En 406 les Vandales assiègent Iculisma (Angoulême), puis continuent leurs raids en Aquitaine puis en Espagne, et finalement en Afrique du Nord ou ils s'installeront.
  • En 410 les Goths menés par Alaric mettront Rome à sac, mécontents du prix payé par Théodose pour leurs services. Cette même année l'empire abandonne la Bretagne aux Saxons et aux Francs.
L'aquitaine passe sous domination Wisigothe
En 418 les Wisigoths s'établissent dans notre région (l'Aquitaine seconde) avec l'aval de l'empire en tant que vassaux. Officiellement pour y maintenir l'ordre Romain et repousser les autres tribus barbares d'Espagne. Les historiens estiment que 100 000 Wisigoths (dont 20 000 soldats) s'installent dans l'empire.

L'aristocratie guerrière wisigothe peu nombreuse contrôlera, dans notre région, Angoulème, Merpins et Gourville et y maintiendra la Pax Romana pendant un siècle. La greffe wisigothe ne prendra toutefois pas, notamment à cause de leur hérésie arienne face à l'hostilité de l'épiscopat Aquitain. L'église naissante subira à nouveau des persécutions.
Pendant ce temps, au nord et à l'ouest de la Gaule les Francs imitants les Wisigoths s'installent en Gaule, forçant l'empire à les accepter comme vassaux.

Les crises de l'empire vont transformer petit à petit la société Gallo-Romaine en mettant doucement le pouvoir local aux mains des propriétaires fonciers. Ceux-ci deviennent de plus en plus riches et l'empire de plus en plus pauvre notamment à cause des frais énormes de l'armée. Dans les régions où les barbares sont installés ceux-ci s'intègrent à l'aristocratie et adoptent bon nombre des coutumes romaines.

Le titre d'empereur d'occident n'a plus alors beaucoup de signification dans un empire en pleine crise. L'empire d'orient accordant souvent plus de poids à tel roi barbare qu'à l'empereur honorifique d'occident. En effet ces rois sont ceux qui défendent les restes de l'administration romaine contre les Germains, Alamans, Suèves, Vandales et pirates Saxons.

Beaucoup des rois barbares seront bien accueillis car ils renforcent le pouvoir des élites locales en préservant le mode de vie et l'administration. L'administration se met ainsi petit à petit au service des nouveaux rois locaux sans grande difficulté, assurant une certaine continuité du mode d'organisation et des pouvoirs.
Le monde agricole est totalement transformé, il n'existe presque plus de paysans propriétaires libres, la majorité des terres sont aux mains de quelques familles très riches et de l'église naissante. Les paysans sont "libres" mais soumis et parfois assignés à un maître. Si l'esclavage a presque disparu dans le monde agricole, les statuts de fermier libre et de serf sont devenus très proches. Cela est principalement du aux lourds impôts. Cette lourde imposition donnera lieux à de nombreuses insurrections locales, durement sanctionnées par le déploiement de l'armée. Notamment les révoltes bagaudes d'Aquitaine en 440 qui avaient renversé les propriétaires et qui seront très durement réprimées par l'empire au travers leurs nouveaux représentants : les Wisigoths.
Ces impôts lourds ont causé la fuite de nombreux paysans libres laissant parfois des régions inexploitées. L'empire eut alors recours à l'installation de nouveaux rois barbares pour réorganiser l'agriculture locale.

En 451, l'armée romaine repousse finalement la grande invasion des Huns près de Troyes (Bataille des champs Catalauniques) avec l'aide des Wisigoths, des Francs, des Burgondes et des Bretons qui prennent de plus en plus le pas sur l'organisation romaine.

A partir de 452, la Gaule est de nouveau secouée par de nombreuses incursions barbares qui petit à petit sapent les frontières de l'empire : Francs et Allamans au nord-est et pirates Saxons en Bretagne. Pour se défendre l'empire réorganise son armée et y intègre encore plus de barbares locaux. L'armée romaine c'est beaucoup transformée au fil du temps et comprend en son sein bon nombre de "barbares" si bien intégrés qu'ils deviendront officiers, généraux et même empereurs.

En 476, Odoacre (chef des Hérules, allié des Huns) capture Rome et l'empereur Romulus Augustule. Il prend possession des symboles impériaux et les envoie à l'empire Romain d'Orient (Byzance). C'est la fin définitive de l'empire Romain d'occident. Odoacre est nommé roi d'Italie.

Les Wisigoths sont alors les maîtres incontestés de tout le Sud-Ouest de la Gaule et de l'Espagne.
La Bretagne est aux mains des saxons et bretons ; le Sud-Est appartient aux Burgondes et le Nord aux Francs Saliens. Les restes de l'empire (sans empereur) ne conserve plus qu'une bande allant de la Bretagne à l'Est.

A la fin du Vème siècle la Gaule est complètement transformée.
Composé d'une part d'aristocrates très riches et autonomes, d'une paysannerie très pauvre devenue servile et d'un épiscopat au pouvoir grandissant assurant le lien entre ces 2 mondes. Petit à petit l'empire perdant son pouvoir a intégré des tribus barbares volontairement ou sous le coup de la force.
L'empire romain se dissout dans des régionalismes et une privatisation presque totale de la société.

Parmi ces tribus barbares qui prennent lentement la place de l'empire, se distinguent les Wisigoths et les Francs qui contrairement aux autres tribus s'installent durablement au lieu de se livrer au pillage et de continuer leur chemin. Cela va modeler le visage de notre région et de toute la Gaule.

Durant la période de la fin de l'empire romain d'occident, la religion chrétienne s'impose partout en Gaule et fait partie intégrante de la nouvelle société en composition, se plaçant entre les puissants et le peuple.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre-Alain Dorange 212 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines