Magazine Asie

Le statut de patrimoine mondial du Mont Fuji inquiète les autorités nippones

Publié le 07 octobre 2013 par Laurian888

Le statut de patrimoine mondial du Mont Fuji inquiète les autorités nipponesL’Ascension du  Mont Fuji, monument le plus emblématique du Japon, est une activité de groupe. La reconnaissance récente de cette montagne haute de 3776 mètres comme un site du patrimoine mondial de l’UNESCO a nourris la crainte que cela puisse attirer encore plus de gens, contribuant davantage à l’usure de l’environnement.

La sécurité est aussi une autre préoccupation. Au moins sept personnes sont mortes et 70 ont été blessés lors d’escalades en 2012.

La saison officielle d’escalade va de Juillet à Août et la marche aller-retour dure neuf heures. Les autres moments de l’année présentent des conditions trop rudes (froid, appauvrissement en oxygène…).

Depuis des siècles de nombreux pèlerins grimpent ce volcan même si les femmes n’ont été autorisées que depuis 1868. Dominant la côte du Pacifique, le Fujiyama est entouré de lacs, de parcs nationaux, de temples et de sanctuaires qui font également partie du site du patrimoine mondial.

Le nouveau statut, octroyé en Juin, est vu par beaucoup d’entreprises comme un coup de pouce bienvenu étant donné le déclin économique dans la plupart des régions rurales du Japon. Les autorités locales sont curieuses, cependant, sur la façon de préserver la beauté naturelle de la montagne tout en améliorant l’accès de la circulation et d’autres installations pour répondre à l’augmentation attendue du nombre de visiteurs.

Certains ont suggéré de limiter l’accès en augmentant les frais.

«Avec plus d’étrangers visitant la montagne, nous aurons besoin de penser à l’amélioration des installations», a dit le gouverneur Yokouchi.

Chaque année, 40.000 à 50.000 bénévoles nettoient les ordures sur la crête. De nombreux déchets tels que des sacs en plastiques, des mégots de cigarettes, des pièces automobiles et des emballages de bonbons sont ramassés.

« Ça devient pollué » affirme les bénévoles. En plus de la pollution il y a le problème des pluies acides de l’eau de mer mélangée avec des émissions provenant des usines de la côte. Et les espèces végétales envahissantes comme l’herbe de bambou épaisses le long des routes pose aussi problème.

De plus le réchauffement climatique contribue peut-être à d’énormes fissures sur les pentes du Fuji, sujettes à l’érosion et à des glissements de terrain.

Bien que la dernière éruption remonte à 1707, le Mont Fuji reste un volcan actif que les sismologues japonais surveillent de près. Le plus grand risque, cependant, est celui d’accidents.

La montagne est abrupte et son altitude élevée conjuguée à une météo capricieuse peut rendre la montée dangereuse. « Il y a des chutes rocheuses, et parfois les gens sont incapables de sortir de la voie », dit le gouverneur Yokouchi.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Laurian888 229 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte