Magazine Santé

OBÉSITÉ: Ces neurones qui nous poussent aux choix alimentaires – The Journal of Neuroscience

Publié le 08 octobre 2013 par Santelog @santelog

OBÉSITÉ: Ces neurones qui nous poussent aux choix alimentaires – The Journal of NeuroscienceComment nos neurones nous permettent de connaître et reconnaître les odeurs, les indices visuels ou tactiles que nous apprécions et nous engagent à certains choix alimentaires, c’est ce que décrypte cette étude en neurosciences du laboratoire Cold Spring Harbor (New York), menée sur les mouches à fruits. Les conclusions, publiées dans le Journal of Neuroscience, révèlent un ensemble de cellules qui répondent spécifiquement aux odeurs de nourriture et le degré de réponse de ces neurones dépend du degré d’appréciation de l’odeur, reflété ensuite par un comportement d’attrait ou de répulsion. Des résultats qui peuvent aussi nous aider à comprendre les choix alimentaires chez les personnes obèses.

«  Quels sont les mécanismes biologiques de notre capacité instantanée et presque inconsciente à déterminer l’effet d’attrait ou de répulsion d’une odeur spécifique?  », est une question importante dans la gestion de l’obésité. Il nous faut en effet mieux comprendre ces processus biologiques qui sous-tendent le choix des aliments et nos préférences.

Des neurones attirés par l’odeur ! Cette recherche menée par le Pr Jennifer Beshel, chercheur postdoctoral dans le laboratoire du CSHL du professeur Zhong Yi, éclaire nos comportements personnels lorsque nous avons faim en identifiant la zone du cerveau responsable de notre comportement face aux odeurs de nourriture. En examinant la réponse des neurones exprimant un peptide appelé DNPF à une gamme d’odeurs, les chercheurs constatent d’abord que cette famille de neurones très spécialisée ne répond qu’aux odeurs de nourriture et que l’amplitude de leur réponse prédit avec une grande précision l’attirance des mouches pour cette odeur alimentaire. Quand ils éteignent ces neurones, les mouches ne font plus la différence entre leur odeur préférée ou l’air ambiant, quand ils les rallument, les mouches s’approchent immédiatement de l’odeur en question.

L’étude montre ainsi que certaines zones du cerveau, comportant ces neurones, sont donc spécifiquement dédiées à l’attractivité d’une odeur alimentaire à un moment donné.

Sources: The Journal of Neuroscience Graded Encoding of Food Odor Value in the Drosophila Brain et Communiqué CHSLStudy shows how neurons enable us to know smells we like and dislike, whether to approach or retreat (Visuel@ Zhong laboratoire «  Les taches vertes entourées d’un cercle sont les corps cellulaires de 2 neurones DNPF, un dans chaque hémisphère du cerveau de la mouche des fruits. La mesure dans laquelle ces cellules réagissent aux odeurs alimentaires spécifiques correspond au degré d’appréciation des odeurs, reflété ensuite dans leur comportement  ».) 

Lire aussi : OBÉSITÉ: Manger ou pas? Certains de nos neurones jouent les arbitres

OBÉSITÉ: Générer des neurones régulateurs d’appétit

SYSTÈME OLFACTIF: Ces neurones qui font le nez -


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine