Magazine France

L'ANPE et le "tourisme" low cost

Publié le 04 mai 2008 par Rebus

 Les chômeurs sont donc désormais tenus d'accepter toute offre d'emploi qui leur seraient soumises. Pour rappel, il est toujours utile de radoter, l'ANPE n'est jamais qu'un organe centralisant des offres. Elle ne propose pas d'emplois, mais des annonces. Elle met en relation les employeurs et de potentiels employés. Après, le rituel courrier/entretiens intervient faisant de vous un heureux intégré à la "société du mérite", celle du "travailler plus" pour gagner...non, pas forcément plus.

  Si cette parade séduction envers le possible employeur ne fonctionne pas, vous vous trouver à nouveau rejeté côté parasites, assistés , feignasses, ou tout autre épithète employé régulièrement par  nos dirigeants (parlant ainsi d'un pourcentage de leurs électeurs, mêmes électeurs qui devaient être masos, idiots ou naïfs).

  Il faut se bouger, être mobile, savoir se remettre en cause, ne pas hésiter à changer de vie. Tu seras un winner mon fils, même à un salaire de misère. Curieux comme les idolâtres du bling bling, qui placent l'argent en valeur cardinale, essaient de faire passr que l'idée que le salaire n'a aucune importance. Ce qui compterait serait de travailler, à n'importe quel prix. Vieux relent de masochisme chrétien qui voudrait que l'on ne soit au monde que pour souffrir, voir l'éthymologie du terme travail (vient de torture à la base)...
L'ANPE et le
  La dignité viendrait du travail donc... Ok, quelle est cette dignité qui fait que, à l'heure actuelle, travailler au SMIC ne suffise plus à vivre correctement ? Pas grave, tu travailles, tu n'es pas un assisté, c'est ce qui compte....Le frigo vide dès le 10, le compte en banque qui n'est plus dans le rouge mais carrément passé au vermillon, les factures qui s'accumulent impayées et les huissiers qui siègent à la porte, ça fait partie de la dignité.

  Devoir tout accepter et quitter sa vie habituelle pour un job à l'autre bout du pays, quand bien même ce job serait précaire, c'est le nouveau contrat social. Approuvé en mai 2007 par 53 % de gens qui espéraient taper sur leur voisin, coupable de tous les maux et être eux mêmes à l'abri de la "rupture".

  Heureusement, l'ANPE pense à vous, messieurs dames , et décide d'agrémenter votre quotidien de futurs travailleurs pauvres en se muant en un Club Med d'un nouveau genre. Agence touristique qui vous expédie à Pondichéry. L'exotisme payé 160 euros par mois. C'est beau, non ? Vous verrez du pays comme ça, sortez de votre grisaille. N'est ce pas enivrant ce parfum d'aventure, les Comptoirs des Indes, l'histoire, on se verrait presque dans la peau d'un Indiana Jones avec ces offres d'un nouveau genre. C'est tout de même plus excitant que, je sais pas, ajusteur à Vesoul, comptable à Dieppe...

  On vous popose un travail et de l'exotisme. mieux, si vous savez négocier, vous pourrez définir vos avantages et les protections sociales éventuelles (l'important ici, c'est éventuelles").

  Du reste, où est le problême ? L'ANPE n'hésite pas à rappeller que le salaire proposé est 5 fois supérieur aux slaires pratiqués en Inde. Arrêtez de vous plaindre, bandes de privilégiés...

  Non, le sarkozysme, c'est formidable, rien à dire...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rebus 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte