Magazine Internet

The Wire - s5 e5 - React Quotes

Publié le 04 mai 2008 par Vincent Gache

e55


Tarir d'éloges. Voilà ce qu'il m'attend si cette saison 5 continue sur cette lancée. A chaque fois que je rédige une critique, à la fin je me dis: "encore une fois t'as abusé des superlatifs. La prochaine fois essaye d'en faire moins". Et puis l'épisode suivant s'avère que cette promesse intérieure devient quasi irréalisable tellement la qualité croissante des épisodes oblige à parcourir le dictionnaire à la recherche du superlatif suprême. C'est même effrayant d'écrire que la qualité croit. Alors qu'on se dit qu'on atteint là un summum, voilà que l'épisode suivant va encore au delà et nous montre avec insolence que nous n'en sommes encore pas à l'apogée.
Qu'on se le dise, je ne cherche pas là la promotion de la série. Je ne cherche pas à vous dire que cette série est géniale parce que je veux que vous la regardiez. Non, j'écris cela avec la plus grande honnêteté au fond de moi même. Pour moi cette série est divine, je ne peux que l'écrire et essayer avec quelques arguments de vous expliquer pourquoi. La série est ce qu'elle est pour moi, je ne pourrais écrire l'inverse. Maintenant libre à vous de la regarder ou non. Et je suis même sur que mes envolées passionnelles pour cette série la desservent complètement puisque finalement je place vos attentes sur elle très hautes, trop hautes. Par conséquence, il est fort probable que je vous insuffle un brin de déception au visionnage des premiers épisodes. Car oui la force de The Wire ne s'appréhende pas en deux épisodes ni même quatre, mais minimum au bout d'une première saison.
Ce cinquième épisode de la saison 5 nous rapproche de plus en plus de la cerise sur le gâteau et la saveur qui s'en dégage est la plus savoureuse qui m'ait été dégouter à la télévision.

On pourrait être choqué par deux, trois scènes. On pourrait par exemple être interloqué par le saut d'Omar du haut du balcon. Mais rappelons nous. Omar n'est pas un personnage comme les autres. Sans aucun doute son plus emblématique, il est le super héros de la série. Comme il est dit ça et là à son propos, Omar est une sorte de Robin des Bois des temps modernes. Il dévalise les fortunés pour enrichir les pauvres. Dans l'enfer de la rue, il survit. Du fait qu'il soit un personnage exceptionnel, ce plan où l'on voit Omar sauter du balcon façon Batman ne m'est en aucun cas grinçant. Au contraire j'ai trouvé cela complètement jouissif après une fusillade qui l'était toute autant entre les lieutenants de Marlo. Il voit d'ailleurs de plus en plus les conséquences désastreuses de son passé et de la vengeance qui l'aveugle. En plus, je me demande si ce moment un peu surréaliste n'est pas là aussi pour nous rappeler que malgré tous les moyens que The Wire met en œuvre pour se rapprocher de la réalité et nous la raconter, qu'en même temps The Wire n'est qu'une fiction, écrite par des auteurs, avec la possibilité en quelques coup de plumes de travestir la réalité et en faire ce qu'ils veulent. Voilà une façon intelligente de raconter une histoire à son téléspectateur.

De même, je suis une nouvelle fois bluffé par certaines scènes. Par exemple, celle où Herc amène à Carver le numéro de Marlo. Cette scène ne peut exister sans une grande partie de la saison 4. Encore une fois je trouve cela complètement hallucinant de voir comment tout est calculé depuis longtemps et comment tout est justifiable, indiscutable et inextricable. Tout est la conséquence directe du passé.

J'ai lu sur un forum une personne expliqué que The Wire avait le mérite de mettre en scène des personnages tout en ne les jugeant jamais sur ce qu'ils sont. Je trouve cette remarque complètement juste. Jamais la série n'offre une image biaisé d'eux, jamais elle ne les caricature. Elle n'empêche pas le plus grand criminel de Baltimore, Marlo, d'esquisser un petit sourire plein d'humanité lorsque son lieutenant Chris rend visite à sa fille. Voilà une façon intelligente de traiter ses personnages à son téléspectateur.

A travers les différents contextes et les différents personnages qui s'y trouvent, la série nous fait traverser, en très peu de temps, de nombreux états d'âmes et de nombreuses réflexions. C'est le point serré que l'on voit Dukie se faire tabasser lâchement. C'est les dents serrés que l'on voit l'avocat de Marlo, Levi, profiter du grand banditisme pour s'enrichir. C'est le cœur serré que l'on écoute le mal profond des enquêteurs et leurs impuissances pour faire leur métier.
On s'indigne du système éducatif lorsque l'on entend Bug, le frère de Michael, expliquer que son institutrice leur fait apprendre par cœur les questions et les réponses de l'examen, pour ne pas être virée. On s'indigne devant l'attitude de Templeton et sans doute une forme de journalisme actuellement très en vogue qui ne cherche que le sensationnel, le vivant comme il dit. On s'indigne devant les magouilles incessantes des politiques qu'elles viennent de la mairie, du procureur, du sénateur, de Narese.
On n'est ravi que Bubbles n'est pas le Sida, on n'est ravi de voir enfin Herc prendre conscience de son rôle et de grandir un peu. On est ravi de voir comment Cutty et Michael prennent en main Dukie.
Bref, un épisode de The Wire s'est riche émotionnellement et intellectuellement. Tant et si bien qu'un épisode d'une heure parait durer dix minutes tout en nous racontant autant de choses que certains en deux heures.

Une fois de plus la série nous offre un excellent épisode à la fois captivant, intéressant et on ne peut plus intense pour ne pas tarir d'éloges.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vincent Gache 647 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine