Magazine

8 Effets secondaires effrayants du manque de sommeil

Publié le 12 mars 2013 par Anthony-Fitness @atok2

Les effets immédiats et visibles du manque du sommeil sont évidents. Vous êtes fatigué, flou, mou et vous avez souvent envie de faire une sieste. Puis il y a aussi les signes cachés : Vous êtes trop émotif, très affamé et maladroit. La plupart du temps, une bonne nuit de sommeil résoudra tous ces problèmes.

L'adulte moyen a besoin d'environ sept à neuf heures de sommeil par nuit, mais la plupart d'entre nous ne dorment jamais autant que cela. Dormir trop peu « généralement six heures ou moins par nuit » peut être grave pour votre santé, assez pour changer vos gènes !!

Bien sûr, une seule courte nuit de sommeil ne vous mettra pas en grave danger, mais une semaine probablement. Après seulement sept nuits comportant peu de sommeil, les chercheurs ont observé plus de 700 changements génétiques qui pourraient jouer un rôle dans les symptômes et maladies, y compris pour les problèmes cardiaques et l'obésité.

 

Voici quelques-uns des effets les plus effrayants de la privation de sommeil

1) La Privation de sommeil peut augmenter le risque de maladies

Même sans les facteurs de risque classiques, comme être en surpoids ou avoir des antécédents familiaux, le sommeil court augmente le risque d'AVC (Accident vasculaire cérébral), selon des recherches datant de 2012. Les adultes qui dorment régulièrement moins de six heures par nuit ont quatre fois plus de risque de montrer des symptômes d'AVC.

2) La Privation de sommeil peut entraîner l'obésité
sommeil

Trop peu de sommeil peut influencer certains choix alimentaires pas très idéals, en donnant une tendance pour la malbouffe, cela à cause de quelques changements hormonaux complexes qui se produisent lorsque vous n'obtenez pas suffisamment de sommeil. Il semble que six heures de sommeil ou moins augmente la production de la ghréline, hormone de la faim et limite la leptine qui elle est une hormone qui vous aide à équilibrer votre apport alimentaire, selon une recherche de 2012 englobant 18 études du sommeil et de l'appétit.

3) La Privation de sommeil augmente le risque de diabète

Une étude de 2012 a examiné le lien entre les troubles du sommeil et la résistance à l'insuline, un facteur de risque du diabète. On a trouvé que chez les adolescents en bonne santé, ceux qui dormaient le moins avait une grande résistance à l'insuline, ce qui signifie que le corps n'utilise pas efficacement l'insuline. La deuxième étude a examiné les cellules adipeuses, en particulier, et a constaté que la réduction des heures de sommeil accroit la résistance à l'insuline dans ces cellules, même lorsque le régime alimentaire et l'apport calorique sont limités.

4) La Privation de sommeil peut accélérer la perte de mémoire

Vous savez probablement que les jours où vous êtes très fatigué, vous êtes distrait et vague mais la privation de sommeil peut conduire à des problèmes cognitifs permanents. Au moins nous dormons, au moins nous bénéficions des propriétés de mémoire, de stockage des informations dues au sommeil. De plus, un manque de sommeil peut causer «la détérioration du cerveau», selon une étude de 2013, ce qui peut expliquer, au moins en partie la perte de mémoire chez les personnes âgées.

5) La Privation de sommeil peut endommager les os
sommeil

Au moins chez le rat, la privation de sommeil à long terme semble contribuer à l'ostéoporose, selon une étude de 2012. Les chercheurs ont constaté des changements de la densité minérale osseuse et de la moelle osseuse chez les rongeurs lorsqu’ils ont été privés de sommeil sur une période de 72 jours.

6) La privation de sommeil peut augmenter le risque de cancer

Une recherche suggère que le sommeil court et pauvre augmente le risque de développer certains types de cancer. Une étude de 2010 a révélé que parmi les 1240 personnes dépistées pour le cancer colorectal, les 338 qui ont été diagnostiqués étaient les plus susceptibles de dormir en moyenne moins de six heures par nuit. Même après contrôle des facteurs de risque classiques, les polypes ont été plus fréquents chez les personnes qui dormaient moins.

De dormir seulement six heures par nuit a également été associé à une augmentation de la récidive chez les patients du cancer du sein. L’auteur de l'étude a mis en évidence le sommeil, comme une voie possible permettant de réduire le risque et la récidive.

7) La Privation de sommeil peut endommager le cœur
sommeil

Le stress et la fatigue d’une personne ne s’accordant que peu de temps de sommeil peut inciter le corps à produire plus de produits chimiques et d'hormones pouvant augmenter le risque de maladies cardiaques, selon des recherches de 2011. L'étude a révélé que les personnes ayant dormi six heures ou moins chaque nuit et ayant des problèmes à rester endormi ont un risque 48% plus élevé de développer ou de mourir d'une maladie cardiaque

8) La Privation de sommeil peut vous tuer

Outre l'augmentation du risque de maladie cardiaques, d'AVC, d'obésité… la privation du sommeil semble être une cause de mort pré maturé. En fait, les petits dormeurs semblent mourir plus jeune indépendamment de toute autre cause que les personnes qui dorment environ 6,5 à 7,5 heures par nuit. Une étude de 2010 a examiné l'impact du sommeil sur la mortalité et a constaté que les hommes qui dormaient moins de six heures par nuit étaient quatre fois plus susceptibles de mourir au cours d'une période de 14 ans. Les auteurs de l'étude ont appelé ce lien "un risque qui a été sous-estimé."

Merci de cliquer sur j’aime et laisser un commentaire si vous avez des questions!!

Articles Similiares

  • obese risque
    L’obésité et les risques sur la santé ?
  • 8 Effets secondaires effrayants du manque de sommeil
    Comment lire les étiquettes nutritionnelles
  • science sommeil
    La Science du sommeil : Que nous révèle la recherche ?
  • eau citronée
    5 bonnes raisons de boire de l'eau citronnée le Matin

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anthony-Fitness 1256 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossier Paperblog