Magazine Science

L'oeil du globicéphale tropical

Publié le 05 mai 2008 par Olish
Ce dimanche 4 mai, météo peu clémente au large de Lifou, malgré les prévisions... Mais même pas mal, on y est quand même allé, et grand bien nous en a pris.
Nous avons croisé la route de plusieurs chasses de thons jaunes et bonites où des centaines d'oiseaux se gavaient au point parfois d'avoir du mal à redécoller. Et ce fut varié: puffins, pétrels, frégates, fous, noddis et sternes à volonté...

De particulièrement remarquable j'ai pu noter :


- La présence dans ces chasses de nombreux puffins à bec grêle (Puffinus tenuirostris) se nourrissant aux cotés de leurs cousins autochtones puffins du Pacifique. On voit très souvent ces oiseaux en migration mais jusqu'à présent je n'en avais jamais vu s'arrêter et se nourrir ici. Les conditions météo particulières cette année sont probablement à l'origine de ce comportement atypique.


- Un enchaînement de petits pétrels  "cookilarias" : en 30 mn j'ai pu observer 2 pétrels de Gould (Pterodroma leucoptera caledonica) puis un pétrel à ailes noires (Pterodroma nigripennis), première fois que je peux l'identifier avec certitude... . Enfin, le jour déclinant, un oiseau de la même corpulence s'approche et malgré sa forte ressemblance avec un pétrel de Gould vu du dessus, a le dessous plus sombre, le "collier" étant  bien marqué et fermé et le ventre partiellement noir. La vision a été une fois encore furtive et la lumière n'était pas très favorable, mais il s'agit sans aucun doute d'un pétrel à collier (Pterodroma brevipes) en phase intermédiaire. Et deux de plus dans la liste (mais non je suis pas un cocheur fou..)




Des globis: c'est a proximité d'un DCP que nous avons croisé la route d'un groupe d'au moins une trentaine de globicéphales tropicaux (Globicephala macrorhynchus) se déplaçant nonchalament en surface... la sieste. Comme à leur habitude, afin de savoir qui sont ces bruyants intrus, certains sortent la tête de l'eau et d'un oeil, à la verticale, jaugent notre capacité de nuisance :

L'oeil du globicéphale tropical
Voyant en nous de possibles agresseurs, et en tous cas de sacrés emmerdeurs,  deux gros mâles viennent faire écran entre notre bateau et le gros du groupe (Nous avons systématiquement remarqué ce comportement à chaque approche d'un groupe de globis). On reconnait facilement les mâles à leur aileron imposant et à leur taille nettement plus conséquente que celle des femelles (jusqu'à 7m contre 5m pour les femelles) :


L'oeil du globicéphale tropical

Plus loin femelles et jeunes, indolents se laissent bercer par les vagues :

L'oeil du globicéphale tropical

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olish 17 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte