Magazine Sport

30 heures d'entraînement ! Même pas mal !

Publié le 05 mai 2008 par Pascal Boutreau

Et me voilà de retour du stage triathlon du Meudon Triathlon, organisé à La Colle-sur-Loup, près de Nice (voir plus bas). Un peu de soleil et de chaleur et ça repart. Sous la pression de Manu R., le blog aussi. Pour le moment mais pas sûr qu’il passe l’été.

Tn2_2748_2
Pour commencer, un moment d'histoire du sport s'est écrit ce dimanche à Badminton, en Angleterre. Nicolas Touzaint est en effet devenu le premier cavalier français a remporté la plus prestigieuse épreuve de concours complet de la planète. Jamais en près de soixante éditions, un Français n'avait réussi à faire mieux que 6e. Messieurs les triathlètes, pour vous faire prendre conscience de l'événement, gagner ce concours, c'est l'équivalent de gagner l'Ironman d'Hawaii. Un truc de dingue qui fait rêver tous les cavaliers au monde.

Déjà auteur d'un doublé au Championnat de France le week-end précédent avec Tatchou et Galan de Sauvagère, Nicolas s'est cette fois imposé avec Hildago de l'Île, son troisième cheval. Neuvième du dressage, premier à l'issue d'un cross disputé devant 180 000 spectateurs, le Français a réussi à gérer la pression pour rester en tête avant de s'effondrer en larmes, complètement submergé par l'émotion. En remportant ce concours (et au passage 78000 euros), Touzaint se place parmi les plus grands. Actuellement n°4 mondial, le Français, qui n'a pas encore 28 ans (ce qui est très jeune en matière d'équitation) fera à coup sûr partie des favoris pour le titre olympique, dans trois mois à HongKong. Le garçon s'est fixé trois gros objectifs: le championnat de France, Badminton et les Jeux. Il en a déjà réussi deux... je serais vous, je parierais une tite piécette sur le troisième.

..............................

. Trop accaparé par mon stage, je n'ai pas trop suivi l'actu de ces derniers jours, mais à noter que la France a encore échoué en finale des Championnats d'Europe par équipes de squash. Pour la huitième fois en neuf éditions, la finale opposait les Anglais aux Bleus avec notamment Thierry Lincou, n°5 mondial et Greg Gaultier désormais n°2 planétaire. Et comme d'hab, les Anglais se sont imposés pour un 16e titre continental consécutif. Chez les filles, les Françaises prennent la troisième place d'un tournoi remporté par... l'Angleterre of course, lauréate depuis la création de l'événement en 1978. Une belle perf' pour Isa Stoehr, Camille Serme et Maud Duplomb, victorieuses en "petite finale" de l'Irlande qui se présentait avec des joueuses mieux classées que les Tricolores.

Estanguet2
. Un mot pour me féliciter de la nomination de Tony Estanguet comme porte-drapeau de la délégation tricolore pour les prochains Jeux olympiques. J'ai eu quelques fois l'occasion de discuter avec lui et c'est total respect pour ce monsieur. Estanguet c'est le genre de mec pour qui l'on prépare une dizaine de questions et qui répond à toutes dès la première sans avoir jamais besoin de le relancer. Dix minutes d'interview suffisent à avoir assez de "matière" pour un bon papier (et dieu sait que ce n'est pas le cas de tous et que parfois il faut ramer pour extraire deux phrases à peu près intéressantes). Et puis au-delà de ce côté pro, Tony Estanguet c'est surtout un immense champion, double champion olympique et qui tentera de devenir le premier Français tous sports confondus à enchaîner une troisième médaille d'or consécutive.

Chouette_une
. Fin du Championnat de Division d'Honneur pour les Chouettes d'Issy-les-Moulineaux. Une saison remarquable conclue à la première place avec un bilan en dix-huit matches de 17 victoires, une défaite, meilleure attaque (88 buts), meilleure défense (17 buts). Reste désormais à ne pas se relâcher lors des deux barrages aller-retour d'accession à la Division 3 nationale. Bonne chance à elles.

............................................................................................

Voilà donc le bilan d'une semaine quelque peu "chargée".   

1209468653_corniche2008_cd_depart
Dimanche

Triathlon CD de Saint-Raphaël (1500m de natation, 43 km de vélo, 10 km de course à pied)

Le but de cette course était de lancer le stage en évitant surtout de se mettre minable. Plus qu’une course, il s’agissait davantage de la première séance d’entraînement de la semaine. Le bilan de la course est plutôt bon d’un point de vue sportif et excellent d’un point de vue ambiance avec des paysages en vélo tellement beaux qu’ils en étaient presque "émouvants" (si si je vous assure… et bien sûr aucun des participants n’oubliera la signaleuse placée dans un virage de la fin de l’ascension… assurément un des temps forts de la course ;)… ). Un peu déçu de ma natation (autour de 30’ à la sortie de l’eau) avec peu de sensations… Mais a priori logique vu que je n’avais fait que deux séances sur les trois dernières semaines. En revanche, bonne surprise en vélo… ça ne va certes pas encore très vite (même si j’ai été loin de m’arracher), je perds encore pas mal de places (51 exactement mais sans doute la moitié dans mes transitions pathétiques proches du grotesque) mais ça progresse, y compris quand ça monte. Quant à la course à pied, RAS, étant donné que je l’ai faite en footing. A l’arrivée, 3 h 3’ et une 289e place sur 393. Pour une reprise, qui plus est sur un parcours accidenté en vélo, je m’attendais à pire. Merci aux organisateurs. C’était impeccable.

Lundi

Natation : 3000 m

Course à pied : 45’ footing

Vélo : 45 km (1 h 45)

Mardi

Natation : 2600 m

Course à pied : 55’ sur un rythme plutôt rapide pour moi.

Vélo : 92 km (3 h 45). Découverte du Col de l’Ecre, principale difficulté de l’Ironman. Début du col assez facile, puis après 6 km, les 3 km les plus durs avant d’enchaîner sur une dizaine de kilomètres réguliers (juste de temps en temps quelques hectomètres un peu plus raides) qui passent plutôt bien (enfin tout est relatif) quand on a pris le bon rythme au départ.

Mercredi

Natation : 2500 m

Course à pied : 2 heures avec 15 dernières minutes au taquet

Vélo : 55 km avec 20 derniers kilomètres sous la pluie et à l’arrivée, des Meudonnais trempés et frigorifiés.

Jeudi

Natation : 1200 m en mer (exercices d’orientation en mer avec plusieurs caps à prendre)

Même si les icebergs ne devaient sans doute pas être très loin si l’on se réfère à la température de l’eau et même s’il fallait parfois slalomer au milieu des méduses, plutôt sympa… J’aurais même bien fait un deuxième tour…

Course à pied : 1 heure le long du Cap d’Antibes avec 6 x 1’30’’ en côte.

Vélo : 72 km (2 h 45) plutôt tranquilles avec découverte des 400m à 10% du parcours de Nice… ça arrache bien les cuisses, mais c’est juste un mauvais moment à passer…

Vendredi

Vélo : 181 km à 90% sur le parcours de l’Ironman (7 h 10)

Le gros jour du stage avec la quasi totalité du parcours vélo de l’Ironman à l’exception de l’aller-retour sur la Promenade des Anglais. Avec un guest pour cette sortie en la personne de Braziou, venu nous accompagner. Ravi d’avoir fait ta connaissance " en vrai " Alain et merci des petits tuyaux.

Avec l’accumulation des séances depuis le début de la semaine, cette sortie s’annonçait pénible. Or, même si les derniers kilomètres parurent très longs (mal au dos), le bilan est positif. Le parcours n’est pas si dur que ça. Il y a bien sûr le Col de l’Ecre mais si l’on reste prudent, ça passe plutôt bien. Idem pour la côte de Coursegoules à mi-parcours. Le reste n’est que du faux plat. Attention toutefois à ne pas croire que l’on va se reposer dans les descentes. Ça descend certes, mais il faut quand même pédaler et le plus souvent il est tentant d’emmener du gros braquet. On peut donc se faire assez vite mal aux cuissots. Gare à la l’excès de confiance le jour de la course au risque de le payer à pied. Il y aura donc un bon équilibre à trouver entre la récupération des efforts de la montée et Sur ce stage, on a eu la chance d’effectuer le parcours sous le soleil et sans trop de vent. Si ça souffle le 22 juin, le retour, même s’il est plat, peut être pénible. Avec du repos et de la fraîcheur, et si les conditions sont bonnes, ça devrait pouvoir se boucler pour moi autour de 6h45 (voire un petit peu moins).

Course à pied : 45’ enchaînées avec le vélo. Eh bien bizarrement, bonnes sensations en me calant assez vite et surtout assez confortablement à mon rythme de croisière autour de 10,5 km/h. A priori, rythme que je pensais être capable de tenir au moins une heure de plus sans trop de difficultés.

Sans_titre_4
Bilan (en comptant le CD de Saint-Raphaël) :

29 h 50’ d’entraînement pour 11 km de natation ; 488 km de vélo ; 72 km à pied.

C’est ce qui s’appelle une bonne semaine. Et à tous les niveaux. Il y a le côté sportif certes avec évidemment un volume d’entraînement qui devrait payer le 22 juin et surtout aucune douleur (à peine quelques très légères courbatures bien légitimes). Il y a aussi le côté psychologique avec la domestication du parcours vélo. Et puis il y a surtout, et c’est là l’essentiel, la convivialité, valeur maîtresse du Meudon Triathlon. Nous étions tout de même près de 25 triathlètes (45, familles comprises) à ce stage niçois, dont une quinzaine en préparation pour l’Ironman. Des efforts mais surtout beaucoup de rigolades et un esprit toujours aussi festif et sain où les meilleurs et les plus expérimentés attendent les moins forts en haut des cols et ne sont jamais avares de conseils, de recommandations et bien sûr d’encouragements. Mentions plus que spéciales bien évidemment à nos coaches Fred, Missiz Piscine alias Mélanie et Dom. Merci. Et bien entendu un immense merci à Pierre-Yves Provost, dit Ben, pour l’organisation impeccable de ce stage et pour son habituel et si précieux dévouement.

………………………………………………………………


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pascal Boutreau 6812 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine