Magazine Coaching

Evitez-vous les personnalités difficiles?

Par Coachingleader

Difficult_person Vous en connaissez certainement au sein de l'entreprise: une personne, entre 35 et 45 ans, souvent un homme d'ailleurs, mais pas forcément, qui fait partie du management et qui, dès qu'il prend la parole ou agit, plombe l'atmosphère  parce qu'il crée des tensions difficiles à vivre pour ses collègues.

Avec ces personnes, la plupart d'entre nous évitent la confrontation et "font avec" . Une étude britanique révèle en effet, que seul 15% des managers font face et essaient de gérer les collaborateurs ayant une personnalité difficile.

Le reste fait le dos rond. Mais à quel prix? Stress, démotivation, mauvais exemple, conflits larvés, frustrations, sentiments d'impunité.

A contrario, le fait pour un manager de développer ses compétences relationnelles et la compréhension des différentes personnalités au sein de son département et la lecture décodée des différents codes culturels et générationnels, tous ces éléments peuvent aider à rétablir l'harmonie, la motivation et bien entendu la performance dans l'entreprise.

Si vous avez tendance à éviter les personnalités difficiles dites-vous tout d'abord que c'est  humainement compréhensible ( nul n'aime le déplaisir) mais c'est aussi une attitude destructrice dont les méfaits sont évoqués ci-dessus. Le principal frein vient du fait que vous pensez devoir changer la personne dite "difficile" alors que le curseur doit plutôt être placé sur vous car VOUS seul pouvez modifier vos attitudes et comportements à  son égard.

Autre frein, la peur de l'escalade. Une personnalité difficile semble avoir un seul but: vous faire sortir de vos gonds. Le risque est donc que vous vous emportiez. Or pour vous, le challenge réel est de faire la part entre le fonds ( ce qui est objectivement communiqué) et la forme ( la façon souvent agressive de communiquer).  C'est le seul moyen de prendre du recul et de la distance et de conserver une attitude professionnelle et positive.L'intelligence émotionnelle et la compréhension de ses mécanismes peuvent être d'un grand secours.

N'oubliez pas, une personne difficile est une personne en difficulté. Ses intentions de départ ne sont pas forcément négatives. Il se peut que nous ayons décidé de l'étiquetter ainsi parce que nous la regardons avec nos propres biais ou nos propres limites.

Voici une série de questions qui devraient vous aider à faire le point en tant que manager d'une personnalité difficile. Les collaborateurs peuvent aussi utiliser ce quizz, seules les questions 6 et 7 ne seront pas appropriées dans leurs cas.

  1. Qu'est ce que je suis en train d'apprendre sur moi-même?
  2. Qu'est ce que je fais qui peut encourager ce type de situation?
  3. Suis-je obligé uniquement d'opter soit pour le rôle de la victime soit pour le rôle du juge?
  4. Pourquoi ne  pas glisser la situation sous la lentille d' un microscope ce qui me mettrait dans la peau du curieux qui veut comprendre les détails objectifs d'une situation?
  5. Dois-je manager la relation que j'ai avec cette personne ou doit-elle, de part son comportement incommodant prendre le pas sur moi?
  6. Si je ne peux vraiment pas agir dans mon rôle de manager, quelles sont mes autres options ?
  7. Si je décide de m'en séparer est ce parce que cette personne est ingérable ou est ce parce que je ne veux pas apprendre à gérer de telles personnalités?
  8. Que dois- je faire pour la sauvegarde de mes intérêts et ceux de l'entreprise?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Coachingleader 20 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte