Magazine

Quand les détails font la différence : les pédales du kart

Publié le 05 mai 2008 par Alex Ruben

Cela peut sembler banal, mais quand nous affirmons que chaque détail du kart peut optimiser votre conduite, qui ensuite se transforme meilleurs temps par tour, vous devez y croire. Cette fois-ci nous allons affronter un discours parfois inconnu au plus : le fonctionnement des pédales du kart. Notamment, nous allons nous concentrer sur la pédale de l’accélérateur.

Tout d’abord, comment fonctionne-t-il. À la pédale du kart est lié un fil qui permet au papillon de s’ouvrir et de se fermer, en d’autres termes d’accélérer et de décélérer. Souvent par contre il arrive que le papillon ne se ferme pas bien et cela pourrait être dangereux si votre kart restait accéléré au moment de la décélération.

Un minimum de friction entre le câble et la gaine de la plaque en fer du carburateur est toujours présent, mais c’est bien de le limiter au minimum. La solution la plus facile serait de tremper la gaine avec de l’huile et graisser également le câble de la pédale. Étant donné que le prix de ce câble est assez bas, je vous conseil d’en acheter quelques-uns de rechange, de manière à le changer dès qu’il est abîmé. Il coûte en moyenne deux euros et vous le trouvez également dans les magasins de vélos. Dans ce cas, par contre, achetez le fil du changement de vitesse du vélo et pas celui du frein, parce qu’il est beaucoup plus rugueux et cela ne va pas dans le sens de réduire la friction.

Et à propos de pédales du kart, si vous êtes très grands et mince, essayez de les faire avancer légèrement de manière à détendre un peu plus les jambes, sans toucher le siège qui autrement vous fait modifiet toute l’organisation.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alex Ruben 162 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte