Magazine Société

Georges Séguy voit des similitudes entre 68 et 2008

Publié le 05 mai 2008 par Yulgrejes

6a00e5502f71d4883300e5511ff85a88348 A l'occasion de la sortie de son livre de mémoires Résister: de Mathausen à mai 68, l'ancien secrétaire général de la CGT Georges Séguy explique à La Croix qu'il voit des "similitudes" entre le printemps 1968 et 2008. A l'époque, Georges Séguy, fils de cheminot communiste lui-même entré à la SNCF au retour d'un camp de concentration nazi, participa aux accords de Grenelle qui, le 27 mai, actèrent une hausse moyenne des salaires de 10%, et de 35% pour le SMIG, en plus de la reconnaissance de la section syndicale dans l'entreprise. Trois jours après le consensus syndicats-patrons-gouvernements, mai 68 finissait par la reprise du travail et la démonstration de force gaulliste sur les Champs-Elysées.

Images_4

Pour l'ancien gardien du temple rouge, "avant 1968, toute négociation était bloquée. Aujourd'hui, ce qu'on appelle le dialogue social se termine souvent par des mesures autoritaires sans véritables négociations". Spectateur attentif et actif de notre société, le vif octogénaire considère que "la colère s'accroit car le Président explique aux Français qu'il va persévérer dans l'erreur".
Lucide sur l'état de santé du syndicalisme, celui qui dirigea pendant 15 ans (1967-1982) la machine cégétiste appelle ses héritiers à "œuvrer au rassemblement pour se hisser au-dessus des vieux clivages".
Signe annonciateur (ou pas) d'un printemps social agité, les chefs de file  de la CGT et de la CFDT, Bernard Thibault et François Chérèque, ont défilé côte-à-côte au cours de la traditionnelle  manifestation du 1er mai. Pas sûr pourtant que les deux hommes aient téléphoné à l'honorable camarade Séguy pour lui demander la recette d'une grêve générale de 10 millions de personnes.

Herwin Bere


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Yulgrejes 55 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine